attendre

(Mot repris de attendants)

attendre

v.t., v.i. [ lat. attendere, être attentif ]
1. Rester quelque part jusqu'à ce que qqn vienne ou que qqch arrive ou soit prêt ; (sans compl.) patienter : Je t'attends depuis une heure. Attendre un taxi. Elle n'aime pas attendre.
2. Rester dans le même état, en parlant d'une chose : Ce travail peut attendre n'est pas urgent
3. Être prêt pour qqn, en parlant d'une chose : Le dîner nous attend.
4. Compter sur qqch ; prévoir : Attendre une lettre, une réponse escompter, espérer
En attendant,
pendant ce temps : En attendant, tu peux habiter chez moi provisoirement ; quoi qu'il en soit : toujours est-il que...
v.t. ind.
(après)Région. Compter avec impatience sur ; avoir besoin de : Il attend après cette somme.

s'attendre

v.pr.
(à) Prévoir, imaginer : Elle ne s'attend pas à cette surprise. Elle s'était attendue à payer plus cher.

attendre


Participe passé: attendu
Gérondif: attendant

Indicatif présent
j'attends
tu attends
il/elle attend
nous attendons
vous attendez
ils/elles attendent
Passé simple
j'attendis
tu attendis
il/elle attendit
nous attendîmes
vous attendîtes
ils/elles attendirent
Imparfait
j'attendais
tu attendais
il/elle attendait
nous attendions
vous attendiez
ils/elles attendaient
Futur
j'attendrai
tu attendras
il/elle attendra
nous attendrons
vous attendrez
ils/elles attendront
Conditionnel présent
j'attendrais
tu attendrais
il/elle attendrait
nous attendrions
vous attendriez
ils/elles attendraient
Subjonctif imparfait
j'attendisse
tu attendisses
il/elle attendît
nous attendissions
vous attendissiez
ils/elles attendissent
Subjonctif présent
j'attende
tu attendes
il/elle attende
nous attendions
vous attendiez
ils/elles attendent
Impératif
attends (tu)
attendons (nous)
attendez (vous)
Plus-que-parfait
j'avais attendu
tu avais attendu
il/elle avait attendu
nous avions attendu
vous aviez attendu
ils/elles avaient attendu
Futur antérieur
j'aurai attendu
tu auras attendu
il/elle aura attendu
nous aurons attendu
vous aurez attendu
ils/elles auront attendu
Passé composé
j'ai attendu
tu as attendu
il/elle a attendu
nous avons attendu
vous avez attendu
ils/elles ont attendu
Conditionnel passé
j'aurais attendu
tu aurais attendu
il/elle aurait attendu
nous aurions attendu
vous auriez attendu
ils/elles auraient attendu
Passé antérieur
j'eus attendu
tu eus attendu
il/elle eut attendu
nous eûmes attendu
vous eûtes attendu
ils/elles eurent attendu
Subjonctif passé
j'aie attendu
tu aies attendu
il/elle ait attendu
nous ayons attendu
vous ayez attendu
ils/elles aient attendu
Subjonctif plus-que-parfait
j'eusse attendu
tu eusses attendu
il/elle eût attendu
nous eussions attendu
vous eussiez attendu
ils/elles eussent attendu

ATTENDRE

(a-tan-dr') , j'attends, tu attends, il attend, nous attendons ; j'attendais ; j'attendis ; j'attendrai ; j'attendrais ; que j'attende ; que j'attendisse ; attendant ; attendu v. a.
Demeurer pour la venue de quelqu'un ou de quelque chose. Qu'attendez-vous pour vous sauver ? L'armée attend impatiemment son général. Le vaisseau attend un vent favorable. Attendre les bêtes à la chasse. Attendre l'arrivée d'une lettre. Il attendait le beau temps. J'attends votre commodité.
Mais attendons la fin [LA FONT., Fab. I, 21]
Il n'attend qu'un prétexte à s'éloigner de lui [RAC., Andr. II, 3]
L'ingrat qui ne m'attend que pour m'abandonner [ID., Iph. II, 5]
La bonté de Dieu nous attend à repentance [BOSSUET, Asc. 3]
Ne vous a-t-il pas attendu assez longtemps à pénitence ? [MASS., Rech.]
On attend tous les jours que M. de Luxembourg batte les ennemis [SÉV., 300]
[Elle] Attend l'ordre d'un père à choisir un époux [CORN., Cid, I, 1]
Qu'attendez-vous à vous soumettre ? [BOSSUET, Hist. II, 13]
Qu'attendez-vous, chrétiens, à vous convertir, et pourquoi désespérez-vous de votre salut ? [ID., Anne de Gonz.]
Sur cette terre déserte Qu'attends-tu ? je n'y suis pas ! [LAMART., Harm. II, 1]
Familièrement et par ironie. Attendez-moi sous l'orme, se dit d'un rendez-vous où l'on n'a pas dessein d'aller, d'une chose que l'on ne veut pas faire.
Attendez-moi sous l'orme ; Vous m'attendrez longtemps [REGNARD, Attendez-moi sous l'orme, 22]
Faire attendre une chose à quelqu'un, la lui retenir, différer de la lui donner.
Une circonstance essentielle à la justice que l'on doit aux autres, c'est de la faire promptement et sans différer ; la faire attendre, c'est injustice [LA BRUY., 12]
De ces Égyptiens qui la mirent ici, Trufaldin qui la garde est en quelque souci, Et trouvant son argent qu'ils lui font trop attendre, Je sais bien qu'il serait très ravi de la vendre [MOL., l'Étour. I, 2]
Compter sur, espérer ; quelquefois, craindre. On ne pouvait attendre aucun secours du sénat. N'attendre son salut que de sa valeur. Je n'attends rien que de moi-même. On attend beaucoup de vous.
Ce service, monseigneur, n'est pas le seul qu'on attend de vous [BOSSUET, Reine d'Anglet.]
S'il nous ouvre aujourd'hui le sein de l'enfer, c'est pour nous y montrer un réprouvé que nous n'y attendions point [MASS., Car. Mauvais riche.]
Concurrent malheureux à cette place insigne, Votre orgueil l'attendait ; mais en étiez-vous digne ? [VOLT., Catin. I, 5]
Quels honneurs dans sa cour, quel rang pourrais-je attendre ? [RAC., Brit. IV, 2]
Les apôtres attendaient que leur maître délivrerait Israël du joug des nations, et qu'il les ferait asseoir eux-mêmes sur douze trônes terrestres [MASS., Car. Fausse confiance.]
N'attendez-pas que je recueille ici toutes ses actions dont une partie est presque incroyable [FLÉCH., Panég. II, p. 366]
N'attendez pas ici que j'éclate en injures [RAC., Bér. IV, 5]
Attendez tout aussi de ma reconnaissance [CORN., Sert. I, 2]
Elle qui de vous seul attend son diadème [ID., Pomp. III, 3]
Les Juifs n'attendent rien d'un méchant tel que toi [RAC., Esth. III, 5]
Dans un âge si tendre Quel éclaircissement en pouvez-vous attendre ? [ID., Ath. II, 7]
Attendant tout de sa bonté pour les malheureux [MASS., Prière.]
Il n'y a rien à attendre de la tradition des saints [BOSSUET, 3e écrit.]
Attendre de, suivi d'un infinitif, espérer, se promettre.
N'attendez pas de le trouver sans imperfection [FÉN., Tél. XI]
Cher amant, n'attends plus d'être un jour mon époux [CORN., Hor. I, 3]
Attendre quelqu'un à.... attendre qu'il s'engage dans une difficulté dont on pense qu'il ne se tirera pas.
Il est vrai, cette somme lui est due ; mais je l'attends à cette petite formalité ; s'il l'oublie, il n'y revient plus et il perd sa somme [LA BRUY., 14]
Il ne faut plus qu'un pas, mais c'est où je l'attends [RAC., Baj. I, 3]
Ne vous mettez pas en peine, j'ai des remèdes qui se moquent de tout, et je l'attends à l'agonie [MOL., Méd. m. lui, III, 5]
Les comédiens m'ont dit qu'ils l'attendaient sur la réponse [ID., Impromptu, 3]
Attendre de, différer.
Si vous attendez de vous convertir à la mort, vous mourrez dans votre péché [MASS., Car. Impénit.]
Ils attendent de n'être plus propres au monde pour être propres au royaume de Dieu [ID., Étienne.]
Pour juger de ce qu'il est, attendez de savoir ce qu'il a fait [J. J. ROUSS., Ém. V]
Être réservé à, menacer. Les indignes traitements qui attendent les vaincus.
Est-ce donc là ce qui vous attend ? De nouveaux outrages vous attendaient dans votre gloire [MASS., Indig.]
Fig. Un coup n'attendait pas l'autre, les coups se succédaient sans interruption.
La valeur n'attend pas le nombre des années [CORN., Cid, II, 2]
Attendre un cheval, en retarder l'éducation jusqu'à ce qu'il ait acquis de la force. Attendre du vin, attendre qu'il soit à point. Attendre des fruits, attendre qu'ils soient mûrs.
V. n. Attendez ici un moment. J'attendis longtemps sans rien voir venir.
Pour ne pas attendre et pour arriver justement en ce temps-là [VOIT., Lett. 43]
Espérer, attendre, c'est vivre ? Que sert de compter et de suivre Des jours qui n'apportent plus rien ? [LAMART., Harm. III, 9]
Faire attendre quelqu'un, le retarder, lui faire perdre son temps. Il fait attendre ses créanciers. Préparez tout, je ne ferai pas attendre. Se faire attendre, tarder à venir, au propre et au figuré. Il ne se fit pas attendre. Ses bienfaits ne se feront pas attendre.
Attendre à, différer jusqu'à. Il attend à la belle saison, au printemps.
Faudra-t-il sur sa gloire attendre à m'exercer Que ma tremblante voix commence à se glacer ? [BOILEAU, Épît. I]
Il y a des hommes qui attendent à être dévots que tout le monde se déclare impie ou libertin [LA BRUY., 16]
César résolut d'attendre à se déterminer, qu'il fût sûr du parti qu'embrasseraient Lépidus et Plancus [VERTOT, Révol. rom. liv. XIV, p. 329]
On attend à se convertir à l'heure de la mort [FLÉCH., Serm. II, 28]
Gardez-les pour son père [les cendres de Pisistrate], mais attendez à les lui donner quand il aura assez de force pour les demander [FÉN., Tél. XX]
À me chercher lui-même attendrait-il si tard ? [RAC., Baj. III, 3]
Le feu demeure caché dans les veines des cailloux, et il y attend à éclater jusqu'à ce que le choc d'un autre corps l'excite [FÉN., Exist. 15]
Il n'attendit pas à la mort à consacrer à Jésus-Christ une partie de ses richesses [FLÉCH., M. de Mont.]
10° Attendre après, avoir besoin d'une personne, d'une chose. Apporte-lui ce livre ; il attend après.
Ce n'est pas avoir du respect pour le ministre que de le faire attendre après vous [BOSSUET, Ord.]
11° En attendant, loc. adv. Jusqu'à tel moment. En attendant il s'est reposé. En attendant que, loc. conjonct. Jusqu'à ce que. En attendant qu'il vienne. Les poëtes disent quelquefois attendant que.
Il satisfera, sire, et vienne qui voudra, Attendant qu'il l'ait su, voici qui répondra [CORN., Cid, II, 7]
Le sort de nos guerriers réglera notre sort ; Cependant tout est libre attendant qu'on le nomme [ID., Hor. I, 3]
S'ATTENDRE, v. réfl.
12° Différer jusqu'à ce qu'on soit réuni. Nous nous sommes attendus, et nous sommes partis ensemble.
13° Compter sur, espérer ou craindre. Tous s'attendent à retourner dans leur patrie. Attends-toi à essuyer des contrariétés sans nombre. Il s'attend bien à ce qui doit arriver. Plutôt qu'on ne s'y attendait. Au moment qu'ils s'y attendaient le moins.
L'erreur la plus pernicieuse est de nous attendre que Dieu nous attendra [BOURD., Carême, II, Grâce, 243]
Je sais ce qu'il faut croire de ce pays-là ; je ne m'attends pas du tout à m'y amuser [STAËL, Corinne, liv. I, ch. 3]
Ils ne s'attendaient pas, lorsqu'ils me virent naître, Qu'un jour Domitius dût me parler en maître [RAC., Brit. III, 8]
S'attendre à quelqu'un, compter sur quelqu'un.
Ne t'attends qu'à toi seul : c'est un commun proverbe [LA FONT., Fab. IV, 22]
Toi donc, qui que tu sois, ô père de famille, T'attendre aux yeux d'autrui, quand tu dors, c'est erreur [ID., ib. XI, 3]
Après ce coup, Narcisse, à qui dois-je m'attendre ? [RAC., Brit. II, 6]
Avec la préposition de et un infinitif.
Cassius s'était bien attendu de trouver une opposition générale à sa proposition, de la part des grands de Rome [VERTOT, Révol. rom. liv. III, p. 228]
On lui donne une pompe funèbre où l'on s'attendait de lui dresser un triomphe [FLÉCH., Turenne.]
Ulysse en fit autant : On ne s'attendait guère De voir Ulysse en cette affaire [LA FONT., Fab. X, 3]
Mes transports aujourd'hui s'attendaient d'éclater [RAC., Bérén. III, 1]
Des grammairiens ont prétendu que ce vers de Racine était fautif et que la faute avait été commandée par la nécessité d'éviter l'hiatus ; mais on voit par les exemples que la préposition de était alors aussi usitée dans ce sens que à, et que, aujourd'hui, parler ainsi, ce serait non pas pécher contre la grammaire, mais user d'une tournure dont on peut dire seulement qu'elle est présentement moins usitée.

PROVERBES

  • On l'attend comme les moines font l'abbé ; c'est-à-dire en se mettant à table et commençant toujours à dîner.
  • Il ennuie à qui attend.
  • Tout vient à point à qui sait attendre, c'est-à-dire avec de la patience on finit par trouver une occasion favorable.
  • Vous ne perdrez rien pour attendre ; le retard sera un avantage, ou, dans un sens contraire, vous recevrez le châtiment qui vous est dû.
  • Il faut attendre le boiteux [le messager] ; c'est-à-dire, pour être sûr d'une nouvelle, il faut en avoir la confirmation.
  • Qui s'attend à l'écuelle d'autrui a souvent mal dîné, c'est-à-dire il ne faut pas compter sur autrui.

REMARQUE

  • 1. S'attendre que régit l'indicatif quand le sens est affirmatif : Je m'attends qu'il viendra. Il régit le subjonctif quand le sens est négatif : Ne vous attendez pas que je le fasse.
  • 2. S'attendre, avec le sens d'espérer, compter, serait inintelligible si on ne connaissait pas à attendre un autre sens que celui qu'il a aujourd'hui. Ce verbe signifiait aussi faire attention, ce qui en est le sens propre. S'attendre, c'est donc s'appliquer à, tendre son esprit à, et de là la signification dérivée dont il s'agit.

HISTORIQUE

  • XIe s.
    De Guenelon atent li reis noveles [, Ch. de Rol. LII]
    À grant dolur illec [il] atent son plait [, ib. CCLXXII]
  • XIIe s.
    Baron, or atendez [faites attention] [, Ronc. p. 4]
    Où Sarazin atendent l'ajournée [, ib. p. 33]
    Qui l'atendist ne fit mie que sage [, ib. p. 64]
    Puis sont monté, n'i ont plus atendu [, ib. p. 123]
    Dist l'uns à l'autre : grant joie nous atend [, ib. p. 135]
    S'onques granz biens dut estre desserviz Pour mal avoir, bien [je] doi merci atendre [, Couci, V]
    De vous [j'] aten guerredon et merci [, ib. VII]
    Et tous les biens qu'on puet avoir d'aimer, Aura mes cuers qui adès s'i atent [, ib. XII]
    Les biens d'amour que j'ai atendus tant [, ib.]
  • XIIIe s.
    Si me convient atendre son vouloir [de ma dame], Et j'atendrai come loial ami [LE COMTE D'ANJOU, Romancero, p. 124]
    En Hongrie [elle] revient, là où li rois l'atent [, Berte, IX]
    Lors s'est couchiez lez une haie, Ilec atendra aventure [, Ren. 771]
    Monseigneur Baudoin de Reins, un preudomme qui estoit descendu à terre, me manda par son escuier que je l'atendisse [JOINV., 215]
    Ci après orrez de pluseurs persecucions et tribulacions que j'oy en Acre, desquiex Dieu, à qui je m'atendoie et à qui je m'atten, me delivra [ID., 253]
  • XIVe s.
    Liberalité doit estre attendue et jugiée selon la substance et la faculté [ORESME, Eth. 105]
    On dit que bien attent, qui point ne seuratent [n'attend trop] [, Guesclin. 19691]
    Aussi dit-on communement Que trop ennuye à qui atant [, Liv. du bon Jeh. 455]
    Considerans et attendans diligemment les bons et agreables services [DU CANGE, attendere]
  • XVe s.
    Les aucuns disoient en chevauchant et conseilloient que on attendesist le matin et qu'il seroit tantost nuit [FROISS., II, III, 20]
    Le roi attendit un petit à parler [ID., I, I, 321]
    Cela fait, elle revint à sa maistresse, et lui dit que son ami n'attend qu'elle [ne pense qu'à elle, l'attend impatiemment] [LOUIS XI, Nouv. XXXIX.]
  • XVIe s.
    Je m'attends bien qu'il y fera son devoir, et qu'il n'y obmettra rien [MARG., L. 72]
    J'estois bien fort mal, de mal de cueur et desvoyement d'estoumac, que j'attendois durer jusques à mercredi, qui est le bout de mon troisiesme mois [ID., ib. 114]
    Ne vous attendez pas qu'ils y mettent la main [MONT., I, 72]
    Attendez vous y [faites-y attention] pendant que vous y estes [ID., I, 88]
    Un malade auquel je m'attends [je m'intéresse] et que je considere [ID., I, 91]
    Je m'attends à ce qu'elle [la science] serve d'ornement, non de fondement [ID., I, 163]
    Quelle resverie est-ce de s'attendre de mourir de vieillesse ? [MONT., I, 406]
    Il permet au sage d'agir à sa mode, sans s'attendre aux lois [ID., IV, 129]
    Plus on attend, plus s'enracine le mal [LANOUE, 254]
    Chascun commencea à luy porter envie, pource que l'on s'attendoit bien qu'il emporteroit encore le prix [AMYOT, Thésée, 22]
    Va t'en demain les avertir qu'ilz s'attendent d'avoir bientost icy les Gaulois [ID., Cam. 23]
    Plusieurs en conceurent bonne esperance, s'attendans que, quand et la charté des vivres, deust aussi cesser la sedition civile [ID., Cor. 22]
    Pensans tousjours à l'advenir, et attendans à quelle fin et à quelle issue la fortune conduira l'envie de prosperité presente [ID., P. Aem. 45]
    Des esclairs si souvent recouppez, que l'un n'attendoit pas l'autre [ID., Timol. 38]
    Ils n'avoient qu'un corps de logis, qui ne pouvoit attendre un canon [D'AUB., Hist. II, 193]
    Puis la cavalerie commença à passer, à s'atendre et à reprendre quelque forme [ID., ib. III, 441]
    Attenduës les nouvelles qu'il avoit dudit ennemy, l'intention du maistre, et l'estat et consequence de ses affaires, il persistoit en cet advis [M. DU BELL., 368]
    Et retirant ses brebis de l'herbage, Sous un rocher attend venir l'orage [RONS., 964]
    À celui qui attendre peult, tout vient à temps et à son vœu [GÉNIN, Récréat. t. II, p. 233]

ÉTYMOLOGIE

  • Bourguig. étandre ; provenç. atendre ; espagn. atender ; ital. attendere ; du latin attendre, de ad, à, et tendere, tendre (voy. TENDRE) : mot à mot, tendre vers ; de là on arrive au sens actuel. D'après Palsgrave, p. 23, on prononçait les deux t au XVIe siècle.

SUPPLÉMENT AU DICTIONNAIRE

    ATTENDRE. - REM. Ajoutez :
  • 3. Dans s'attendre, au sens d'espérer, de compter, le participe passé aux temps composés s'accorde : elle s'est attendue, ils se sont attendus, elles se sont attendues à ce qui devait arriver. S'attendre est tendre soi à, d'où espérer, compter. Cette analyse montre que le participe doit s'accorder.

attendre

ATTENDRE. v. tr. Rester en un lieu où l'on compte qu'une personne viendra, qu'une chose sera apportée, amenée. Je vous attends ici. Je vous attendrai demain chez moi. Je vous attendrai jusqu'à telle heure. Il l'attendait au passage. Des voleurs l'ont attendu au coin d'un bois. J'irai attendre le bateau à tel endroit. Ils attendirent l'arrivée du train. Je suis resté longtemps à attendre. Vous m'avez bien fait attendre. Attendre avec impatience. Attendre tranquillement. Il va peut-être arriver, attendons. Attendre l'ennemi, l'attendre de pied ferme. Tel court au danger qui n'oserait l'attendre. Ce chien attend son maître.

Par extension, Ma voiture m'attend à la porte. Deux chevaux devaient les attendre à l'entrée du bois.

Fig. et ironiq., Attendez-moi sous l'orme, se dit en parlant d'un Rendez-vous où l'on n'a pas dessein d'aller, d'une promesse sur laquelle il ne faut pas compter.

Fig., C'est où je l'attends, c'est là que je l'attends, signifie que Celui dont on parle, après quelque succès, trouvera de plus grandes difficultés où on prévoit qu'il pourra échouer. En parlant d'un Rival, d'un adversaire, cette expression veut dire qu'on le laisse jouir de ses avantages présents, mais qu'un moment viendra où l'on aura raison de lui.

Fig., Toute l'Europe attend la paix. Attendre la récompense de ses services. On m'a bien fait attendre cette grâce. Vous attendrez longtemps l'effet de ses promesses. Il n'attend que l'heure d'intervenir. J'attendais cette époque avec impatience. Attendre la mort avec courage.

Fig., Le dîner, le souper, etc., nous attend, Le dîner, le souper, etc., est prêt.

Prov., Tout vient à point à qui peut attendre, à qui sait attendre, Avec le temps et la patience, on vient à bout de tout.

Fig., Vous ne perdrez rien pour attendre, Votre paiement, pour être retardé, n'en est pas moins assuré. Cela se dit, par extension, pour exprimer que le retard apporté à quelque chose n'est pas un préjudice et peut même devenir un avantage. On tarde à vous placer, mais vous ne perdrez rien pour attendre; ou au contraire, ironiquement, que la peine en sera plus forte. La punition est différée, mais il ne perdra rien pour attendre.

Il se dit figurément de Certaines choses qui menacent une personne ou qui lui sont destinées, réservées. Voilà le sort qui vous attend. La misère attend les dissipateurs. Quelle gloire vous attend!

Il signifie encore Différer ou cesser de faire une chose jusqu'à l'arrivée d'une personne, jusqu'à ce qu'une autre chose ait lieu, jusqu'à un certain temps. Je n'attends que lui pour agir, mais je ne puis savoir quand il viendra. Il me sera impossible de vous rejoindre, si vous ne m'attendez. Vous allez trop vite, attendez donc. J'attendrai la belle saison avant de me mettre en voyage. Attendez, pour sortir, qu'il fasse beau. Il attend que son fils revienne. Qu'attendez-vous pour agir? J'attends sa décision. J'attends, pour cela, qu'on m'ait accordé une autorisation. Avant d'ajouter foi à cette nouvelle, il faut en attendre la confirmation. Sa haine n'attend qu'un prétexte pour éclater. Il se targue beaucoup de ce premier avantage, mais attendons la fin. Attendez encore un peu et vous serez satisfait. Le moment n'est pas favorable pour l'exécution de notre dessein, attendons encore, attendons. Attendez, il me vient une idée. On le dit quelquefois dans un sens de menace. Attendez, lâches! ou seulement, Attendez!

Fig., Un coup n'attendait pas l'autre, Les coups se succédaient rapidement, sans interruption. On dit également Une question, une saillie, etc., n'attendait pas l'autre.

Fig., En lui, chez lui, la raison, la valeur, etc., n'a pas attendu les années, le nombre des années, se dit d'une Personne en qui la raison, la valeur, etc., s'est montrée de bonne heure.

Dans le sens qui précède, il se joint quelquefois avec la préposition À. Pour partir, attendez au jour, attendez à la belle saison. Attendez jusqu'à demain, jusqu'à la semaine prochaine. J'attends à partir qu'il fasse moins chaud. On dit plus ordinairement J'attends pour partir, etc.

Il se joint aussi avec la préposition Après; et alors il marque le Besoin qu'on a de la personne ou de la chose qu'on attend, ou l'Impatience avec laquelle on attend. Il y a longtemps qu'on attend après vous. On n'attend plus qu'après cela. C'est un argent après lequel il attend pour partir. Cette somme est une bagatelle, et je n'attends pas après.

ATTENDRE DE signifie Espérer, se promettre ou prévoir quelque chose. Il ne faut attendre sa récompense que de Dieu. Je n'attendais pas cela de vous. N'attendez d'un traître que des perfidies. On attend quelque chose de grand de cet homme d'État. Nous n'attendions pas moins de votre prudence. J'attends cela de votre complaisance. La piété n'attend rien du monde. C'est un homme dont il ne faut rien attendre, dont je n'attends rien de bon. J'attends de vous ce service. N'attendez de moi qu'un profond mépris.

S'ATTENDRE À, S'ATTENDRE QUE signifient Se tenir comme assuré de quelque chose. Je n'en fus pas surpris, je m'y attendais bien. Je m'attends qu'il me manquera de parole. Je m'attends que vous viendrez demain. Je ne m'attendais pas à vous voir sitôt. Elle ne s'était point attendue à vous voir. Je ne m'attendais pas à un pareil traitement de votre part. Je m'attends à rencontrer bien des difficultés. Vous auriez dû vous y attendre. Je ne m'attendais pas que les choses dussent tourner si mal. Après cela on peut s'attendre à tout. On disait autrefois S'attendre de. Mes transports aujourd'hui s'attendent d'éclater. On ne s'attendait guère de vous voir.

Prov., Ne t'attends qu'à toi seul, Ne compte que sur toi.

Iron., Attendez-vous-y, se dit pour exprimer qu'une chose sur laquelle une personne compte n'arrivera pas.

EN ATTENDANT, loc. adv. Jusqu'à tel moment, jusqu'à tel temps, déterminé par ce qui précède. Il se mit à lire en attendant. Reposez-vous en attendant. En attendant, nous nous promènerons. Je vais, en attendant, copier cette lettre.

EN ATTENDANT QUE, loc. conj. Jusqu'à ce que. En attendant que vous soyez mieux informé.

Le participe passé ATTENDU s'emploie comme nom masculin en termes de Palais. Les attendus d'un jugement. Les motifs donnés par les juges de première instance.

ATTENDU s'emploie aussi comme une sorte de préposition : alors il est invariable et signifie Étant donné, eu égard à. Il fut exempté de cette charge publique, attendu son âge, attendu son infirmité. Attendu les circonstances atténuantes, la Cour ne l'a condamné qu'à...

ATTENDU QUE, loc. conj. Étant donné que. Attendu qu'il s'agissait d'une affaire importante, on décida que... Attendu que l'acte ne renferme point cette clause, le tribunal déclare... Je ne saurais accorder cette permission, attendu que toutes sortes de motifs s'y opposent.

attendre

Attendre, Demorari, Operiri, Expectare, Praestolari.

Attendre quelqu'un, Manere aliquem.

Attendre assis au port, Assidere apud portum.

Suy moy cy dedans, qu'il n'attende apres toy, Sequere me intro, ne in mora illi sis.

Fay qu'on n'attende point apres toy, Faxo haud quicquam sit morae.

En qui on n'attend plus de vie, Intermortuus, Deploratus.

Je ne fay qu'attendre que Cherea parle en ceste façon, Expecto quam mox Chaerea hac oratione vtatur.

Craignant que la chose ne peust attendre, ou endurer d'estre delayée, Metuens, ne dilationem res non pateretur.

¶ Faire attendre quelqu'un, Differre aliquem.

Je fay trop attendre ceux que j'ay invité, Egomet conuiuas moror.

Que je ne le face trop attendre, Ne illum morer.

¶ Attendre le tour du rolle, Nomini in ordinem incurrenti imminere.

Attendre que l'on plaide, ou qu'on appelle advocats, Causarum ac nominum inclamationem facere.

¶ S'attendre aux promesses d'aucun, Pendere promissis alterius, Promissa sequi.

Qui s'attend à fortune, Cui spes pendet a fortuna.

Par trop s'attendre les uns aux autres, ils sont negligens, Mutua inter se fiducia negligentiores sunt.

Attendre le coup, Experiri certamen.

¶ Ne vous attendez point qu'il sorte hors, Ne expectetis dum exeat.

Attendons nous que les bestes parlent? An dum bestiae loquantur expectamus?

Faire plus qu'on n'attendoit ou esperoit, Expectationem vincere.

¶ Qu'on n'attendoit point, Inexpectatus.

Il est venu qu'on ne l'attendoit point, Praeter opinionem venit.

¶ Ils attendent, In expectando sunt.

Ils attendent à l'yver, In hyemes moras prorogant.

J'attens toutes nouvelles de, etc. Sum in expectatione omnium rerum, quid, etc.

Je n'attens ou desire que de sçavoir que c'est que tu veux dire, Expecto quid velis.

Quand l'attens-tu? Quoad expectas? B. ex Terent.

On ne s'attend point à luy, Nihil est in eo praesidij, B. ex Liuio.

Ne t'en attens pas à moy, Nihil est quod in dextram aurem fiducia mei dormias, B.

Attens jusques à amen, Mane vsque ad plaudite, B.

Attens doncques et escoute plus grandes choses, Manedum, et maiora accipe.

N'attens point que tu ne luy bailles incontinent sur la jouë, Ne mora sit quin pugnus continuo in mala haereat.

Pais mes chevrettes, attendant que je retourne, Dum redeo, pasce capellas.

J'ay esté tousjours caché, en attendant qu'ils fissent voiles, Delitui, dum vela darent.

¶ Tu n'as pas attendu, Haud mansisti.

Apres avoir bien attendu, j'ay receu lettres de Cesar, Redditae mihi iam tandem sunt literae a Caesare.

Qu'on a long temps attendu et pource est fort desiré et aggreable, Expectatus.

¶ Attendu que tu es venu, etc. Tyriam qui adueneris vrbem.

Je ne le blasme pas, attendu que j'ay dit que, etc. Nec vtique damno, vt quid dixerim in omnibus, etc.

Veu ou attendu l'heure qu'il est, je suis d'advis que nous nous levions, Quoniam id temporis est, surgendum censeo.

Attendu mesmement que vous dites, etc. Praesertim cum ipsi dicatis, etc.

attendre


ATTENDRE ou ATENDRE, v. a. et n. [Atandre, 2e lon. 3e e muet.] 1° Être dans l'atente, l'espérance ou la crainte de quelque chôse qu'on croit devoir arriver. Acad. Demeurer dans un lieu ou dans une situation jusqu'à ce que quelque chôse ou quelqu'un arrive. Trév. Cette dernière définition n'est pas juste; car on attend, et souvent long-temps, en changeant de lieu et de situation. Atendre la paix, la fièvre, l'heure de faire telle chôse. Atendre l'ocasion, atendre l'énemi, atendre la mort sans la craindre.
   ATENDRE, espérer. Le 1er dit plus que le 2d: on atend avec assurance, on espère avec incertitude. Atendre se dit du bien et du mal; espérer ne se dit que du bien: il espère sa grâce; il atend tous les jours le moment de son suplice ou de sa délivrance. — Enfin atendre régit et les chôses et les persones; espérer ne régit que les chôses. Voy. ESPÉRER.
   2° ATENDRE, se promettre, a pour 2d régime la prép. de: "Il ne faut attendre sa récompense que de Dieu. "Chacun n'attend son salut que de sa légéreté et de sa vitesse. M. le Dacier, Iliade. J'attendois de vous plus d' empressement.
   3° ATENDRE, neutre, régit après devant les persones et les chôses, dans le sens de désirer: on atend après vous, on n'atend plus qu'après cela. Cette expression n'est bone que pour le discours familier: L'Acad. n'en distingue point l'usage. Racine dit:
   Attendez-vous encôre après l'aveu d'un frère?
       Berénice.
L'expression n'est pas fort noble. — Il régit que et le subjonctif, et non pas l'infinitif sans prép. "J'atens qu' il viène, et non pas je l'atens venir. L'Auteur de la Cantate des Femmes a fait cette faute. "J'attendrois sans impatience renaître l'astre du matin. — Plusieurs Écrivains ont employé la prép. à devant l'infinitif. "Qu' attendons-nous donc à nous soumettre? Boss. "Dieu attendoit seulement à perdre Juda, qu' il eût rétiré du monde le pieux Josïas. Id. "Quelle obligation vous aura-t-on, si vous attendez à nous defendre que le feu, qui aura consumé notre flotte, menace vos vaisseaux. Mde. Dacier, Iliade. "Il attendoit toujours du succès des affaires à se déclarer. Vertot. — Dans cette dernière phrâse les deux régimes, et du nom et du verbe, me paraissent mauvais; et il me semble qu'il falait dire: "Il atendait le succès, etc. pour se déclarer — Dans les autres exemples, pour me paraît aussi meilleur que à, excepté le premier où je préférerais de: Qu'atendez-vous de vous soumettre? — P. Corneille emploie atendre actif, avec ce même régime de la prép. à.
   Attend l'ordre d'un Père à choisir un époux.
Il faut pour choisirRacine dit que pour ce que:
   Attend que deviendra le destin de la Reine.?
— Avec tard, la prép. à fait fort bien.
   À~ me chercher lui-même attendroit-il si tard.
       Racine.
"Il me semble qu'on n'auroit pas dû attendre si tard à rire. Fonten.
   4° Il est un autre régime assez particulier doné à ce verbe; c'est la conjonction que avec ne et le subjonctif. "Toi, dont l'office est d'avoir soin du peuple et qui es payé pour cela, qu'attends-tu que tu ne te hâtes de le secourir? Anon. Ce régime est peu usité, et il n'est employé que dans les phrâses interrogatives.
   5° ATENDRE, actif, ne se dit pas d'ordinaire des chôses comme sujet de la phrâse (nominatif.) Il fait pourtant fort bien dans la phrâse suivante: "Une demande n'attendoit pas l'autre, et le Chevalier ne trouvoit point assez de mots pour répondre à cette foule de questions. Fielding.
   6° S'ATENDRE ne régit point les persones. "Je ne m'attends qu'à vous, dit Vaugelas, (Quinte curce) pour, je ne me fie qu'à vous. On ne le dit point aujourd'hui. L'Acad. met pourtant, je m'~ attends à vous; il ne faut pas s'attendre à lui, compter sur vous, sur lui. — Cela est tout au plus bon pour la conversation, et n'est pas digne du ton de l'Histoire. — Il régit à devant les noms et les verbes: "On doit s'attendre à tout; je m'attends à beaucoup souffrir. "On doit s'attendre à exciter l'envie, quand on a du succès.
   "À~ les voir obéir ne vous attendez plus.
       P. Marion Cromwel.
Racine met de au lieu d'à. — Ses transports aujourd'hui s'attendoient d'éclater. Il falait, s' atendaient à éclater. Le Poète a préféré l'autre manière: on voit bien pourquoi. Un Prosateur, qui n'avait pas les mêmes gênes de mesûre, a dit aussi: dont nous nous attendons bien de profiter. Neufville, Vie de Leibnitz. — À~ profiter ne vaudrait rien non plus. Il falait: dont nous espérons bien de profiter; car s'atendre n'était pas là le mot propre. — S'atendre régit aussi la conjonct. que, quand le sens est afirmatif avec l'indicatif, et quand il est négatif, avec le subjonctif: "Je m'attends qu'il viendra, je ne m'attends pas qu' il viène. "Ne vous attendez pas que je le fasse, et non pas, que je le ferai. — "Qu'on ne s'attende pas que nous donerons la liste des Despotes Russes. Ann. Litt. Je crois qu'il falait dire, que nous donions, comme on le dirait avec le v. espérer: n'espérez pas que nous donions, et non pas, que nous donerons, etc. — * S'atendre pour être atendu, est un vrai gasconisme. "Mon frère s'attend tous les jours. Dites: on atend tous les jours son arivée, il est atendu incessamment.
   7° Être atendu a deux régimes, de et à; le 1er pour le lieu d'où vient celui qu'on atend.
   Plistène est d'Épidaure attendu chaque jour.
       Oreste.
Le 2d pour le lieu où il doit venir. "Il est atendu à Paris dans le cours de la semaine. — Racine a employé ce dernier régime au figuré.
   Quoiqu'attendu, Madame, à l'empire du monde,
   Il sembloit à lui seul appeler tous les coups.
       Bérénice.
Cette expression figurée ne serait pas bone en toute ocasion. On dit ordinairement, dans le même sens, d'un héritier présomptif, qu'il est~ apelé au trône, à la royauté, à la succession, etc.
   8° Atendez-moi sous l'orme, se dit en style proverbial et ironiquement, pour signifier qu'on n'ira pas et qu'on nous atendra vainement. — Voy. BOITEUX. — Atendre quelqu'un au passage, le saisir dans une ocasion où il ne peut se défendre d'acorder une grâce. — C'est où je l'atends, c'est-là que je l'atends; je ne le crains pas, ou je puis lui faire plus de mal qu'il ne peut m'en faire; ou, je ne demande pas mieux, et je saurai tirer parti de ce sur quoi il compte le plus. Voy. ABBÉ. — Il ennuie à qui atend. — Tout vient à point à qui peut atendre; avec le temps et la patience on vient à bout de tout.

Synonymes et Contraires

attendre

verbe attendre
1.  Rester longtemps quelque part.
2.  Compter sur quelque chose, quelqu'un.

attendre (s')

verbe pronominal attendre (s')
Traductions

attendre

warten, erwarten, harren, gewärtigen, abwarten, warten auf, bevorstehen, drohen, rechnen auf, rechnen mit, lauern, winkenwait, await, expect, wait for, hang on, abide, anticipate, wantwachten, verwachten, afhalen, tewachtenstaan, verbeiden, (af)wachten, rekenen (op), te wachten staan, even wachten, wachten opהמתין (הפעיל), חיכה (פיעל), ייחל (פיעל), ציפה (פיעל), קיווה (פיעל), הִמְתִּין, חִכָּה, יִחֵל, קִוָּהverwag, wagesperarforvente, vente, vente påatendiesperar, aguardarodottaa, odottaa jotakinvár, várakozikvæntaaspettare, attendere, sospirare, restare in attesa待つ, そのまま待つvente, forvente, vente litt, vente påczekać, czepić się, poczekać, poczekać naaguardar, esperar, estar à espera deaşteptaждать, подождать, ожидать, выжидать, погодитьvänta, forvänta, vänta sig, klamra sig fast, vänta påbeklemek等待, , 坚持περιμένω, αναμένω, περιμένω γιαيَنْتَظِرُčekat, počkatčekati, pričekati...을 기다리다, 기다리다คอย, รอ, รอได้chờ đợi, kiên trì等待 (atɑ̃dʀ)
verbe transitif
1. rester jusqu'à l'arrivée de qqn ou de qqch attendre qqn à la gare attendre le bus faire attendre qqn J'attends qu'il ait terminé.
2. jusqu'à ce que qqn ou qqch arrive Il arrive, en attendant, lisez ceci. en attendant qu'il fasse beau
3. espérer, compter sur attendre un coup de téléphone attendre qqch de qqn
4. être enceinte

attendre

[atɑ̃dʀ]
vt
[+ visiteur, événement] → to wait for
attendre qn → to wait for sb
il se fait attendre! → he's keeping us waiting!
attendre que qch se produise → to wait for sth to happen, to wait until sth happens
Attends qu'il ne pleuve plus → Wait for it to stop raining., Wait until it's stopped raining.
attendre de recevoir qch → to be waiting to receive sth
J'attends d'avoir de ses nouvelles → I'm waiting to hear from him.
attendre qn de pied ferme → to be ready and waiting for sb
Je l'attends de pied ferme → I'm ready and waiting for him.
en attendant
voir attendant
(avec l'idée de différer une action) attendre que → to wait until
attendre de faire → to wait until one does
attendre d'être → to wait until one is
J'attends d'avoir un appartement à moi → I'm waiting until I've got a flat of my own.
attendre un enfant → to be expecting a baby
(être destiné ou réservé à) → to be in store for, to await
On ne sait jamais ce qui nous attend → We never know what's in store for us.
(= escompter, espérer) → to expect
attendre qch de → to expect sth of
Je n'attends plus rien de la vie → I expect nothing more from life.
vi
(dans l'attente d'un visiteur, d'un événement) → to wait
Attendons, cela ne sert à rien de s'énerver → Let's wait, there's no point getting annoyed.
Attends, je vais t'expliquer → Wait, I'll explain.
faire attendre qn → to keep sb waiting
attendez que je réfléchisse → wait, let me think [atɑ̃dʀ] vpr/vi
s'attendre à qch → to expect sth
Je ne m'y attendais pas → I didn't expect that.
Ce n'est pas ce à quoi je m'attendais → That's not what I expected.
s'attendre à ce que → to expect that
Je m'attends à ce qu'il soit en retard → I expect he'll be late.