atterrer

(Mot repris de atterrassiez)

atterrer

v.t. [ de terre ]
Jeter dans la consternation, l'affliction ; accabler : Les images de la catastrophe m'ont atterré affliger, consterner, terrifier

atterrer

(ateʀe)
verbe transitif
jeter dans la consternation, la désolation Ses paroles m'ont atterré.

atterrer


Participe passé: atterré
Gérondif: atterrant

Indicatif présent
j'atterre
tu atterres
il/elle atterre
nous atterrons
vous atterrez
ils/elles atterrent
Passé simple
j'atterrai
tu atterras
il/elle atterra
nous atterrâmes
vous atterrâtes
ils/elles atterrèrent
Imparfait
j'atterrais
tu atterrais
il/elle atterrait
nous atterrions
vous atterriez
ils/elles atterraient
Futur
j'atterrerai
tu atterreras
il/elle atterrera
nous atterrerons
vous atterrerez
ils/elles atterreront
Conditionnel présent
j'atterrerais
tu atterrerais
il/elle atterrerait
nous atterrerions
vous atterreriez
ils/elles atterreraient
Subjonctif imparfait
j'atterrasse
tu atterrasses
il/elle atterrât
nous atterrassions
vous atterrassiez
ils/elles atterrassent
Subjonctif présent
j'atterre
tu atterres
il/elle atterre
nous atterrions
vous atterriez
ils/elles atterrent
Impératif
atterre (tu)
atterrons (nous)
atterrez (vous)
Plus-que-parfait
j'avais atterré
tu avais atterré
il/elle avait atterré
nous avions atterré
vous aviez atterré
ils/elles avaient atterré
Futur antérieur
j'aurai atterré
tu auras atterré
il/elle aura atterré
nous aurons atterré
vous aurez atterré
ils/elles auront atterré
Passé composé
j'ai atterré
tu as atterré
il/elle a atterré
nous avons atterré
vous avez atterré
ils/elles ont atterré
Conditionnel passé
j'aurais atterré
tu aurais atterré
il/elle aurait atterré
nous aurions atterré
vous auriez atterré
ils/elles auraient atterré
Passé antérieur
j'eus atterré
tu eus atterré
il/elle eut atterré
nous eûmes atterré
vous eûtes atterré
ils/elles eurent atterré
Subjonctif passé
j'aie atterré
tu aies atterré
il/elle ait atterré
nous ayons atterré
vous ayez atterré
ils/elles aient atterré
Subjonctif plus-que-parfait
j'eusse atterré
tu eusses atterré
il/elle eût atterré
nous eussions atterré
vous eussiez atterré
ils/elles eussent atterré

ATTERRER

(a-tê-ré) v. a.
Renverser par terre. Après un moment de lutte, il l'atterra sous lui. Fig.
Se ralentir après l'avoir atterré, c'est lui faire reprendre ses forces [BOSSUET, IV, Pâq. 1]
Après l'avoir ainsi rabattu [l'orgueil] dans tous les endroits où il semblait vouloir s'élever, David l'atterre par ces paroles.... [ID., IV, Marie-Thér.]
Il n'est orgueil endurci Qu'à tes pieds elle [la fortune] n'atterre [MALH., II, 2]
Tu me subjugues, tu m'atterres, ton génie écrase le mien [J. J. ROUSS., Hél. IV, 2]
Atterre son orgueil et montre ta puissance à perdre également l'un et l'autre rival [CORN., Médée, IV, 5]
C'eût été pour le parti de M. du Maine le dernier désespoir de se voir privés de la massue qui avait si bien joué sur le jeune prince, et de laquelle ils se proposaient bien de l'atterrer sans ressource avant la fin de la campagne [SAINT-SIMON, 207, 33]
Jeter dans l'abattement, l'affliction, l'épouvante. Ce désastre les a tous atterrés.
Le coup, le rude coup dont je suis atterré, C'est de me voir par vous ce rival préféré [MOL., D. Garcie, III, 2]
Ce dernier coup du sort Atterre mon esprit luttant contre la mort [VOLT., Triumv. III, 1]
Çà, mesdames, qu'en pensez-vous ? C'est à vous de juger les coups. Quoi ! ce spectacle vous atterre ! [BÉRANG., Box.]
Il semble que la consternation qui avait si longtemps atterré l'esprit des Génois eût passé dans les Allemands [VOLT., Louis XV, 21]
V. n.Terme de marine. Approcher de la terre, reconnaître un parage. Nous atterrâmes à la pointe de l'île. Les marins disent aujourd'hui atterrir.

HISTORIQUE

  • XIIe s.
    Cist Crestien m'ont trop mal atierié ; Li dex qu'il servent doit bien estre proisié [, Li coronemens Looys, V. 1311]
    Le piler [pilier] e le chief qui'l [qui le] sustint atterrer [, Th. le mart. 149]
  • XIIIe s.
    Moult [j'] ai veü et moult ai esprouvé, Mainte merveille eüe et endurée ; Mais ceste m'a le corps si ateré, Que je ne puis avoir longue durée [ANONYME, dans Couci.]
    François lor courent sus, lances baissies, et fiert cascuns le sien, pour lui atierer, se il peüst [H. DE VALENC., XXVI]
    Quant Renart se vit delivré, Et il vit celui aterré [, Ren. 25054]
    Dans Hues de Saint-Pol estoit jà aterrés, Et ses chevaus ocis.... [, Ch. d'Ant. IV, 691]
    Por povreté, qui moi aterre [RUTEB., 24]
    Ains y est le monde et le dyable, Et char ensemble guerroiable, Que ta grace vainc et aterre [J. DE MEUNG, Tr. 35]
  • XVe s.
    Ceux de dedans se defendirent moult longuement et en atterrerent et blesserent plusieurs [FROISS., I, I, 248]
  • XVIe s.
    Un pere atteré d'années et de maulx [MONT., II, 75]
    Il y a des maladies qui atterrent jusques à nos desirs et nostre cognoissance [ID., III, 91]
    Le corps demeure cependant sans action, s'atterre et s'attriste [ID., III, 290]
    Il sembloit que le bonheur voulut relever ceux qui avoyent esté atterrez [YVER, 704]

ÉTYMOLOGIE

  • Provenç. aterrar ; ital. atterrare ; de à et de terre. L'Académie, à côté de atterrer, écrit aussi attérer ; orthographe à rejeter, car terre étant le radical, c'est introduire une anomalie qui déroute.

atterrer

ATTERRER. v. tr. Abattre, renverser par terre. Ils en vinrent aux prises et il l'atterra sous lui. Il attendit le taureau, le prit par les cornes et l'atterra. Il a vieilli dans cette acception.

Il signifie plus ordinairement au figuré Accabler, affliger excessivement, consterner. Il avait soutenu ses malheurs avec constance, mais ce dernier coup l'atterra. Cette nouvelle a de quoi atterrer. Je fus atterré de cette réponse.

Il s'emploie aussi intransitivement en termes de Marine avec le sens d'Arriver de la haute mer dans le voisinage d'une terre et la reconnaître. Nous atterrâmes sur Belle- Isle, sur Ouessant.

atterrer

Atterrer, voyez Aterrer.

atterrer


ATTERRER, ou ATERRER, v. a. [Le Rich. Port. écrit attérer; M. l'Ab. Grosier aussi: attérer, il attère, mais tant qu'on écrira terre, avec deux r, il faudra écrire atterrer ou aterrer. On ne prononce pourtant qu'une r, quoiqu'on en écrive deux, atérer, il atère: 2e è moy. long au 2d. r forte. V. ATTÉRAGE.] Abatre, renverser par terre. Il ne se dit d'ordinaire qu'au figuré, dans le sens d'acabler. "Ce dernier coup, ce reproche l'a aterré. — On se sert de terrasser pour le sens propre. "Il ne le relève que pour avoir la gloire de l'atterrer. Boss. Il falait là terrasser~. Aterrer c'est fraper de terreur, terrasser, c'est renverser par terre. Trév. et le Rich. Port. mettent aterrer dans ce dernier sens. L'Acad. aussi, mais seulement dans deux phrâses, qui sont comme consacrées, et en avertissant que hors de là il ne se dit point. "Ils en vinrent aux prises, et il l'atterra sous lui: "Il prit le taureau par les cornes et il l'atterra. Je crois que terrassa vaudrait encôre mieux, même dans ces deux ocasions.

Synonymes et Contraires
Traductions

atterrer

stagger, dismay

atterrer

[ateʀe] vt → to appal