aumôner

(Mot repris de aumônais)

AUMÔNER

(ô-mô-né) v. a.
Terme de pratique ancienne. Être condamné judiciairement à payer une somme au profit des pauvres.

HISTORIQUE

  • XIIIe s.
    Par le [la] reson de ce qu'à sainte Eglise appartient le [la] garde des cozes ammosnées et amorties heritavlement [BEAUMANOIR, LVI, 5]
    Guillaume aquesta le dit heritage, et le peust donner, aumosner ou vendre sans retraite [ID., XLIV, 2]
    Li tiers cas qui apartient à sainte Eglise, si est de toz les biens et de toutes ammosnes qui sont données, ammosnées ou amorties, por sainte Eglise servir et soustenir [ID., XI, 4]

ÉTYMOLOGIE

  • Aumône ; provenç. almornar ; anç. espagn. almosnar ; portug. esmolar ; ital. limosinare.

aumôner

AUMÔNER. v. a. T. de Pratique ancienne. Payer une somme au profit des pauvres, en vertu d'une condamnation judiciaire. Aumôner cent écus aux pauvres. On ne condamne plus à aumôner.

aumôner


AUMôNER, v. a. Doner par aumône. Acad. Il me semble qu'il faut ajouter forcée.
* Le Rich. Port. dit, condamner à une aumône: mais ce n'est pas le sens de ce mot: aumôner exprime la peine, et non pas la condamnation. "Il a été condamné à aumôner cent écus aux Pauvres. Le Dictionaire cité dit, être aumôné. On ne le dit pas non plus, par la raison que vous venons de dire, qu'aumôner ne signifie pas condamner.