aumailles


Recherches associées à aumailles: bucaille, crépines, ganse, pampre

AUMAILLES

(ô-mâ-ll', ll mouillées, et non ô-mâye) adj. f. plur.
Bêtes aumailles, bêtes à cornes, comme bœufs, vaches, taureaux. Ce mot est encore usité dans plusieurs contrées parmi les agriculteurs.

HISTORIQUE

  • XIe s.
    Mais qu'il i out cent almoille [, Lois de Guill. 6]
  • XIIe s.
    E par tut le pople alez, si lur dites : chascuns meint [que chacun mène] chà l'almaille e le multun qu'il volt tuer [, Rois, 50]
  • XIIIe s.
    En la forest un leu [loup] avoit Ki le païs tot escilloit, Molt a occis de lor almaille [, Lai de Melion]
    Entre deus mons et une prée Où l'on amaine sovent pestre L'aumaille de celle champestre Vile.... [, Ren. 5730]
    Mes ne me chaut comment qu'il aille ; J'ai des deniers, j'ai de l'aumaille [, la Rose, 11280]
  • XVIe s.
    Chassans devant eux un gros butin de bestes blanches et d'aumailles [M. DU BELLAY, 408]
    Par la bouvine sont entendues les bestes à corne, comme bœufs et vaches, autrement dits omail [O. DE SERRES, 259]

ÉTYMOLOGIE

  • Wallon, amâ, bouvillon, âmaie, génisse ; normand, aumeau, jeune bœuf ; du latin animalia, neutre pluriel de animal (voy. ANIMAL). Les neutres pluriels sont devenus, en diverses circonstances, dans les langues romanes, des noms féminins singuliers : mirabilia, merveille. Aumaille signifie donc proprement les animaux, et, pour un cultivateur, les animaux par excellence, les bêtes à cornes.

SUPPLÉMENT AU DICTIONNAIRE

  • AUMAILLES. Ajoutez : - REM. On le trouve au sing. dans la Fontaine : D'assez priser ni vendre telle aumaille.