aune


Recherches associées à aune: aulne

1. aune

n.f. [ frq. alina, avant-bras ]
Ancienne mesure de longueur, utilisée surtout pour les étoffes et valant env. 1,20 mètre.
À l'aune de,
Litt. en mesurant par rapport à, en comparant avec : Repenser la médecine à l'aune de la révolution biotechnologique.

2. aune

n.m. aulne.

AUNE1

(ô-n') s. f.
Mesure ancienne de 3 pieds 7 pouces 10 lignes 5/6, équivalant à 1m, 182.
La chose mesurée. Une aune de soie, de drap, de galon.
Fig. Savoir ce qu'en vaut l'aune, connaître par expérience les difficultés, les périls, les peines d'une chose. Familièrement.
Ta bouche déjà s'ouvre large d'une aune [tu bâilles et ouvres une grande bouche] [BOILEAU, Épîtr. X]
Le visage allongé d'une aune [visage exprimant le désappointement] [SÉV., 586]
Tout du long de l'aune, excessivement.
C'est véritablement la tour de Babylone, Car chacun y babille, et tout du long de l'aune [MOL., Tart. I, 1]
Il en aura tout le long de l'aune, c'est-à-dire on lui fera tout le mal qu'on pourra. On dit d'un grand mangeur qu'il a toujours dix aunes de boyaux vides pour festoyer ses bons amis.

PROVERBES

  • Les hommes ne se mesurent pas à l'aune ; ce n'est pas d'après la taille qu'on les apprécie.
  • Mesurer les autres à son aune ; juger des autres d'après soi.
  • Au bout de l'aune faut le drap ; toutes choses ont leur fin.

HISTORIQUE

  • XIIe s.
    Dedans [il] l'en [lui en] boute [de la lance] une alne et un quartier [, Ronc. p. 97]
    Seisante alnes out li temples de lung, e vint de led [, Rois, 246]
  • XIIIe s.
    Quant li postaus et li contes le sorent, si en furent moult dolant, car il savoient bien combien c'estoit l'aune [, Chr. de Rains, 118]
    Alé fu querre une droite aune, Dont il voloit son drap auner [, Ren. 11996]
    Sans faille ce n'est pas merveille, S'ous [si vous] n'en savés quartier ne aune ; Car vous avés trop le bec jaune [, la Rose, 13017]
  • XVe s.
    Il prit à son usage une longue espée qui avoit deux aunes [FROISS., II, II, 18]
    Les autres y vinrent pour piller ce que les dits Anglois avoient laissé ; car ils n'avoient emporté fors or, argent, vestements precieux, haubers et aunes de grand valeur [MONSTREL., liv. I, ch. 156]

ÉTYMOLOGIE

  • Provenç. alna, auna ; ital. auna. Ce mot ne vient pas directement du latin ulna ; il passe par l'intermédiaire du bas-latin alena, qui vient du goth. aleina ; anc. haut allem elina ; allem. Elle, avant-bras ; qui, à leur tour, se rattachent à ulna, avant-bras, grec, coude. Ulna est l'avant-bras et, comme mesure, la coudée, qui a en effet la longueur d'un avant-bras ; et c'est par extension que cette dénomination a été donnée à l'aune qui, d'après Saigey, est le quadruple du pied romain.

AUNE2

(ô-n') s. m.
Arbre qui croît dans les lieux humides (betula alnus, L.)
. Les vallées étaient plantées de myrtes, d'aunes et de sycomores [CHATEAUBR., Mart. 55]
Aune noir, nom vulgaire de la bourdaine (voy. BOURDAINE).

HISTORIQUE

  • XIVe s.
    J'ay entendu par aucuns : qui seme sa chambre de feuilles d'aune, les puces s'y prennent [, Ménagier, I, 7]
  • XVIe s.
    Nous avons plusieurs arbres desquels la teinture est noire, aussi bien comme des noix de galle, entre autres les aulnes ou vergnes apportent teinture noire [PALISSY, 290]
    Autant qu'autre arbre aquatique, s'allonge l'aune, en d'aucuns endroits appellée verne ; de l'escorce de cest arbre, les chapeliers et tanneurs se servent à taindre leur ouvrage en couleur noire [O. DE SERRES, 800]
    Du pied des vieilles aunes, tirera-on des rejettons enracinés [ID., 803]

ÉTYMOLOGIE

  • Alnus ; wallon, onai, aunai ; namur. aurnia ; rouchi, auniau, auniche.

aune

AUNE. n. f. Mesure ancienne de 3 pieds 7 pouces 10 lignes 5/6, équivalant à 1 mètre 188. Mesurer à l'aune. Vendre à l'aune. Cette pièce de toile à vingt aunes. Pièce de toile de vingt aunes. Une aune et demie. Une demi-aune.

Il désigne aussi le Bâton de même longueur dont on se servait pour mesurer. Aune ferrée par les deux bouts. Aune brisée. Aune étalonnée.

Il se dit encore de la Chose mesurée. Une aune de drap. Une aune de toile, de dentelle, de ruban.

Prov., Au bout de l'aune faut le drap, Il ne faut pas s'étonner de voir que les choses manquent quand on en a usé autant qu'on le pouvait.

Prov. et fig., Les hommes ne se mesurent pas à l'aune, Il ne faut pas juger de leur mérite par leur taille.

Fig., Mesurer les autres à son aune, Juger d'autrui par soi-même. On le prend ordinairement en mauvaise part. Il croit toujours qu'on veut le tromper, il mesure les autres à son aune.

Fig., Savoir ce qu'en vaut l'aune, se dit en parlant des Choses que par expérience on sait être difficiles, fâcheuses, pénibles, de grande dépense, etc. Il a eu des procès, il sait ce qu'en vaut l'aune. J'ai passé par là, je sais ce qu'en vaut l'aune.

Fig., Tout du long de l'aune, Beaucoup, excessivement. On l'a battu, il en a eu, on lui en a donné tout du long de l'aune. S'il perd son procès, il en aura tout du long de l'aune. Il a fait débauche, il en a pris, il s'en est donné tout du long de l'aune.

aune

AUNE. n. m. Voyez AULNE.
Traductions

aune

els, elsboom

aune

vern

aune

Erle, Elle

aune

alder

aune

alno

aune

aliso

aune

ontano

aune

alnus

aune

al