auspice

AUSPICE

(ô-spi-s') s. m.
Terme d'antiquité romaine. Divination de l'avenir, surtout d'après le vol des oiseaux. Prendre les auspices. Sous de bons, sous de mauvais auspices. Annoncer des auspices contraires. Lieu consacré par les auspices.
Un simple officier du peuple, qui n'avait ni auspices ni juridiction [J. J. ROUSS., Contrat, IV, 5]
Fig. Heureux auspice. Auspice favorable. Auspice malheureux, triste ou fâcheux. Né sous les plus heureux auspices.
Jamais hymen formé sous un plus noir auspice [RAC., Mithr. I, 2]
Nous autres réunis sous de meilleurs auspices [CORN., Nic. V, 10]
Qu'on redouble demain les heureux sacrifices Que nous leur offrirons sous de meilleurs auspices [ID., Cinna, V, 3]
Sous les auspices de quelqu'un, sous la direction, par l'influence de quelqu'un.
... Vous marchiez au camp conduit sous mes auspices [RAC., Brit. IV, 2]
Nous sommes en sûreté sous ses auspices [SÉV., 225]
Mon attachement pour votre excellence et mon goût pour l'ouvrage entrepris sous vos auspices [VOLT., Lettr. Schouvalof, 9 nov. 1761]

HISTORIQUE

  • XIVe s.
    Auspice, ce n'est autre chose à dire mès aür [heur] ou fortune ou felicité ou bon commencement [BERCHEURE, f° 1, verso]

ÉTYMOLOGIE

  • Auspicium, de avis, qui a donné oiseau (voy. ce mot), et de spicere, considérer (voy. SPECTACLE).

auspice

AUSPICE. n. m. T. d'Antiquité romaine. Manière de consulter et de connaître l'avenir par le vol, le chant des oiseaux et par la manière dont mangeaient les poulets sacrés. Les Grecs et les Romains attachaient beaucoup d'importance aux auspices. Heureux auspice. Les auspices lui furent favorables, lui furent contraires. Les empereurs prenaient les auspices pour toute l'armée romaine. Les succès des généraux étaient rapportés aux auspices des empereurs qui les avaient pris.

Fig., Sous les auspices de quelqu'un, Sous sa conduite, avec son appui, sa faveur, sa protection. J'entreprendrai cette affaire sous vos auspices. Il entra dans la carrière des armes sous les auspices de ce général, de ce ministre.

Fig., Sous d'heureux auspices, sous de tristes, sous de fâcheux auspices, Dans des circonstances qui présagent quelque succès ou quelque revers, quelque malheur, etc.

auspice


AUSPICE, s. m. [Il se prononce comme hospice, mais le sens est bien diférent. Les ignorans sont sujets à les confondre, comme autel et hôtel.] L'origine de ce mot est avispicium, inspection des oiseaux. On prenait les auspices par le vol, ou par le chant des oiseaux, ou par la manière de manger des poulets sacrés. "Heureux auspice; les auspices furent favorables. — On dit figurément, sous d'heureux auspices, ayant la fortune favorable: reste du langage de la superstition. — Sous les auspices de... sous la conduite, ou sous l'apui et la faveur de; sous ses auspices, sous vos auspices. — M. Linguet, ou sans doute, son Imprimeur, a dit, sur les auspices, contre l' usage, qui veut la prép. sous. "C'est sur les auspices de ce nom (d'Aguesseau) à jamais mémorable, qu'il (le Parlement) a vengé la raison, la justice.

Synonymes et Contraires

auspice

nom masculin auspice
1.  Présage tiré du vol d'oiseaux.
2.  Circonstance favorable ou non.
3.  Appui dont on bénéficie.
Traductions

auspice

auspice