autre

autre

adj. et pron. indéf. [ lat. alter ]
1. Qui n'est pas semblable ; distinct : Sa première chanson était romantique, celle-ci est vraiment d'une autre inspiration
différent, dissemblable ; identique : Je l'avais prise pour une autre
une personne qui n'est pas elle
2. Qui vient en supplément, s'ajoute à qqch ; supplémentaire : Il a réalisé depuis lors un autre film
nouveau : Délicieux, ces biscuits ; j'en prendrais bien un autre. Désirez-vous autre chose ?
3. Indique ce qui complète un premier élément ou une série pour constituer un tout : Les premiers sont là, les autres ont prévenu qu'ils seraient en retard. Les pommiers, les cerisiers et autres arbres fruitiers.
À d'autres !,
Fam. n'espérez pas me faire croire ça : Lui, un homme d'affaires ? À d'autres !
Autre part,
ailleurs : Je ne le trouve pas, cherchons autre part.
C'est autre chose ou c'est tout autre chose,
c'est différent, mieux ou meilleur.
Entre autres,
sert à présenter ce qu'on veut distinguer d'un ensemble ; sert à introduire des exemples : Ce magasin vend des articles de sport, entre autres du matériel de camping.
L'autre fois ou l'autre jour,
sert à situer un événement de manière imprécise dans un passé relativement proche : L'autre jour, elle m'a paru en forme.
L'un et l'autre, ni l'un ni l'autre, l'un ou l'autre, l'un... l'autre..., les uns les autres

AUTRE

(ô-tr') adj. et pron.
Adj. Qui n'est pas la même personne ou la même chose. D'autres causes. D'autre part. D'un autre côté. Il pense une chose, il en dit une autre. Parler d'autre chose. Se retirer dans quelque autre pays. On ne fit autre chose cette nuit-là que de veiller. Il n'avait d'autre titre à régner que la force. Nul autre que vous ne m'a parlé de cette affaire.
Sans autre rempart que d'un bois fragile [BOSSUET, Serm. Quinq. 2]
On se voit d'un autre œil qu'on ne voit son prochain [LA FONT., Fab. I, 7]
Tout étant réglé il n'en fut autre chose [on n'y changea rien] [SÉV., 22]
Autres sont les temps de Moïse, autres ceux de Josué [BOSSUET, Hist. II, 13]
Autre chose d'agir avec un père, autre chose de répondre devant un juge [ID., II, Pénit. 1]
Autre est de danser et de faire des festins ; autre de connaître la nature des choses [CHATEAUB., Génie, II, V, 16]
D'autres temps, d'autres soins [RAC., Mithr. III, 1]
D'autres temps, d'autres mœurs [VOLT., Orph. V, 2]
La justice, le glaive en main, Est un pouvoir autre qu'humain [MALH., VI, 16]
Je suis toujours le même et mon cœur n'est point autre [CORN., Cinna, III, 4]
Avec un autre sort il prit un cœur tout autre [ID., Perthar. I, 1]
Poussé par un tout autre intérêt que celui de l'équité [LA BRUY., 1]
Qui n'a de remède Autre que d'obéir à la nécessité [MALH., VI, 16]
Ne trouve en Chapelain.... Autre défaut, sinon qu'on ne le saurait lire [BOILEAU, Sat. X]
Des spéculations qui ne lui sont d'autre conséquence, sinon qu'il en tirera vanité [DESC., Méth. 1]
Sans faire passer ces choses pour autres qu'elles ne sont [VOIT., Lettr. 82]
C'est tout un ou tout autre ; il n'y a pas de milieu. Fig. et familièrement. C'est une autre paire de manches, c'est une affaire toute différente.
Le second par une certaine similitude. Il le regarde comme un autre lui-même.
Il fallut réveiller d'un profond sommeil cet autre Alexandre [BOSSUET, Louis de Bourbon.]
Il parle comme un autre Élie Devant cette autre Jézabel [RAC., Ath. II, 9]
Différent, mais supérieur d'une façon quelconque. C'est bien un autre homme. Ce vin-ci est bien un autre vin que celui d'hier. On lui offrait dix mille francs ; mais aujourd'hui on lui fait de bien autres propositions.
De temps à autre, par fois. D'année à autre, d'année en année ; de jour à autre, de jour en jour.
Il augmente d'année à autre sa réputation [LA BRUY., 10]
Pron. indéfini. J'aime mieux que vous l'appreniez d'un autre que de moi.
Je suis père, seigneur, et faible comme un autre [RAC., Iph. I, 5]
Une autre de César a surpris la tendresse [ID., Brit. III, 4]
Une autre cependant a fléchi son audace ; Devant ses yeux cruels une autre a trouvé grâce [ID., Phèd. IV, 5]
Qu'autres que vous soient désirées, Qu'autres que vous soient adorées, Cela se peut facilement [MALH., V, 28]
Populairement. Ah ! cet autre ! Écoutez ce que vous dit cet autre ! Cette locution s'emploie pour faire entendre que l'on ne croit pas aux paroles de quelqu'un. Autre part, ailleurs. C'est un livre que j'ai cherché partout, mais je ne l'ai pu trouver autre part que là. Vous ne le trouverez point autre part. Prendre quelqu'un pour un autre, le juger autrement qu'il ne faut. Vous voulez me faire votre dupe : vous me prenez pour un autre.
Vous avez montré à ceux qui vous renvoyaient à Dole qu'ils vous prenaient pour un autre [VOIT., Lett. 83]
Fig. Il n'en fait pas d'autres, c'est-à-dire il fait toujours les mêmes sottises. En voici bien d'une autre, voici quelque chose de plus étonnant.
Bon, dit Climène, en voici bien d'une autre ; Ma chère sœur, quelle idée est la vôtre [VOLT., Filles de Minée.]
Autre forme un gallicisme, uni aux pronoms nous, vous.
Nous autres bénissons notre heureuse aventure [CORN., Poly. V, 6]
Vous autres, suivez-moi [ID., Héracl. IV, 5]
Nous autres, réunis sous de meilleurs auspices.... [ID., Nicom. V, 10]
Vous autres, fortes têtes, Vous voilà ! vous prenez tous les gens pour des bêtes [GRESSET, le Méch. I, 4]
Autre avec ne ou avec sans.
Autre n'a mieux que toi soutenu cette guerre ; Autre de plus de morts n'a couvert notre terre [CORN., Hor. II, 5]
Sans qu'autres que les deux qui vous parlaient là-bas De tout ce qu'elle a fait sachent plus que Phocas [ID., Héracl. II, 6]
Autre avec que et ne.
Madame, autre que moi n'a droit de soupirer [CORN., Cid, IV, 2]
Comme autre qu'un Romain n'a pu l'assujettir [ID., Pomp. IV, 4]
L'autre, les autres, servant de complément à l'un, les uns. Ils s'aiment l'un l'autre. Ils se poursuivaient les uns les autres. Ces dames sont aimables les unes pour les autres. Les uns et les autres sont venus vous voir. Qui voit l'un voit l'autre, il n'y a pas de différence entre eux. Il y en a d'uns et d'autres, c'est-à-dire il y en a de bons et de mauvais. L'un vaut l'autre, c'est-à-dire l'un n'est pas meilleur que l'autre. L'un portant l'autre, c'est-à-dire en compensant l'un par l'autre. L'autre jour, un jour indéterminé, mais peu éloigné. J'ai rencontré votre frère l'autre jour. Populairement. Comme dit l'autre, c'est-à-dire comme on dit.
Au plur. masc. Les autres, autrui. Il se méfie toujours des autres.
Je me suis fait une petite destinée à part, avec laquelle je ne puis regretter aucune des folies des autres, attendu que je suis trop occupé des miennes [VOLT., Lett. à Mme du Deffant, 17 sept. 1759]
D'autres, des personnes différentes de celle ou de celles dont il s'agit. D'autres vous diront. Ne parlez pas de cela à d'autres que vos amis.
10° À d'autres ! expression elliptique signifiant : contez cela à de plus crédules.
Non ; à d'autres, dit-il ; on connaît votre style [BOILEAU, Ép. VI]
À d'autres, je vous prie [MOL., Sganar. 6]
À d'autres, je vous prie ; c'est moi, vous dis-je [ID., Festin, II, 5]
Parler de choses et d'autres, parler de diverses choses. Il en sait bien d'autres, il a bien d'autres moyens d'agir, de faire. J'en ai vu bien d'autres, j'ai vu des choses bien plus extraordinaires ou plus périlleuses.

PROVERBE

    Autres temps, autres mœurs, les mœurs changent avec le temps.

REMARQUE

  • 1. Après autre on met un ne explétif : il est autre qu'il ne paraît. Mais si la phrase est négative, on ne met pas ce ne : il n'est pas autre qu'il paraît.
  • 2. Devant autre, tout s'accorde quand il signifie quelqu'un, quelconque : toute autre personne me le dirait que je ne le croirais pas. Il reste invariable quand il signifie tout à fait : depuis qu'elle est mariée, c'est une tout autre personne.
  • 3. Faut-il dire : en voici bien d'un autre ou en voici bien d'une autre ? La seconde expression est préférable, parce que, dans ces sortes de phrases elliptiques, c'est le mot chose, aventure, qui est sous-entendu.
  • 4. Lorsque l'un est précédé d'une préposition, la même préposition doit être répétée devant l'autre : je leur ai donné dix francs à l'un et à l'autre ; je suis content de l'un et de l'autre.
  • 5. L'adjectif autre, employé avec un nom de nombre, doit toujours être placé après ce nom de nombre, contrairement à l'usage des méridionaux, qui disent les autres six, les autres vingt, au lieu de les six autres, les vingt autres.
  • 6. Au lieu de que, on peut parfois mettre sinon après autre. Il n'a pas d'autre ressource, sinon une petite place.
  • 7. Après à autre suivi d'un que, ne répétez pas la préposition à. Ne dites pas : on a offert cette place à un autre qu'à lui ; mais dites : à un autre que lui. Incorrection qui se trouve dans ce vers de MOL. Sgan. 16 : Et je le donnerais à bien d'autres qu'à moi ; et dans cette phrase de VOLT. Lettr. Mme du Deffant, 15 janv. 1760 : Ceux qui voudront de ces vieillards-là peuvent s'adresser à d'autres qu'à moi.
  • 8. Pour l'accord du verbe avec l'un et l'autre, ni l'un ni l'autre, voy. UN.

HISTORIQUE

  • XIe s.
    Forfait [condamné] fust il u [au] duble de ce que altre fust forfait [, L. de Guill. 2]
    Là où cist furent, des autres i ot bien. L'uns fut Basan et li altres Basile [, Ch. de Rol. XI]
  • XIIe s.
    Et tant des autres que nus nel puet esmer [, Ronc. p. 32]
    Sur toutes autres cremue [crainte] et redoutée [, ib. p. 48]
    D'un chief en autre [de bout en bout] [il] lui a fraite [la targe] et croissie [, ib. p. 58]
    La teste [il] i pert, n'i laissa autre gage [, ib. p. 64]
    S'autre le dist, mensonge fust prouvée [, ib. p. 84]
    D'heures en autres [il] va sa coupe [coulpe] battant [, ib. p. 92]
    Et tuit li autre sont remès en estant [, ib. p. 119]
    Et j'ai plus haute pensée Que tuit li autre ameor [amant] [, Couci, I]
    Toute beautez qui sur autre resplent Est mise en lui [elle], qu'il n'i a que mesprendre [, ib. v]
    Quant l'uns à l'autre atalente, Pour quoy nous as despartis ? [, Dame de Faiel dans Couci]
    On ne connoit boin service, Tant qu'on ait autre esprouvé [AUBOINS DE SEZANNE, Romancero. p. 127]
    Bien i parut, l'autre jour, à Compiegne. Quand li beron ne purent droit avoir [HUES DE LA FERTÉ, ib. p. 184]
    Or à mari autre que vous [je] n'aurai [, ib. p. 70]
    Je m'occirai, s'autres que Garin m'ait [m'a pour femme] ; Ou je ferai quanque amours m'aprendrait [apprendra] ; Se [je] n'ai Garin, l'uns ou l'autre aviendrait [aviendra] [, ib. p. 72]
    Et la guerre dura tante mainte saison ; Li uns rois après l'autre la reprist en son nom [, Sax. III]
  • XIIIe s.
    Fu premiers li marchis de Montferrat, li quens Baudoins de Flandres fu li autres, li quens Loys de Blois fu li tiers [VILLEH., LIII]
    D'autre part sist Pepins o la chevalerie [, Berte, II]
    S'aidoient li uns l'autre contre les Arabis [, ib. V]
    Et dist li uns l'autre [, ib. IX]
    [Elle fait] Les uns après les autres belement departir [, ib. XII]
    Fut Naymes chevaliers et maint autre avec lui [, ib. CVIII]
    .... Le cerf tant [il] parsuivi Que trestoutes ses gens un et autre il perdi [, ib. CXXII]
    Dame, fis-ge, ne puet autre estre [, la Rose, 6933]
  • XIVe s.
    Et nous disons que ami est aussi comme autre soy meisme [ORESME, Eth. 282]
  • XVe s.
    Et tant firent aucuns povres compagnons qui estoient plus subtils et aventureux les uns que les autres [FROISS., II, III, 35]
    L'amiral de la mer et ses gens trouverent [en Écosse] autre pays et autres gens que ils ne cuidoient [ID., II, II, 235]
    Les autres neuf [les neuf autres] [COMM., IV, 10]
    Je seroye assez de l'oppinion de quelque autre que j'ay vu [ID., V, 9]
    Un jour entre les autres, voyant que.... [LOUIS XI, Nouv. LXXXIV]
  • XVIe s.
    Entre autres, y en avoit une, qui.... et comme un malheureux souvent cherche l'autre, vint aborder cette pauvre damoiselle [MARG., Nouv. XX]
    Il ne requeroit aultre grace que de.... [MONT., I, 4]
    Il m'adveint l'aultre jour de.... [MONT., I, 156]
    Aultre chose est un dogme serieusement digéré ; aultre chose ces impressions.... [ID., II, 147]
    Ses trenchées croissoient d'heure à aultre [ID., IV, 321]
    Batailles tant renommées qui ont esté données deux mille ans a, et vivent encores aujourd'hui aussi fraiches en la memoire des livres et des hommes comme si c'eust esté l'autre hier qu'elles furent données en Grece [LA BOËTIE, Servit. vol.]
    Je t'assure que c'est Mercure sans aultre [et non un autre] [DESPER., Cymbal. 78]
    C'est ce livre-là sans aultre [, ib. p. 131]
    Un jour entre les autres, ayant observé que.... [AMYOT, Fab. 20]
    Il en publia, un jour après, autres deux cents et vingt [220 autres] [ID., Sylla, 65]
    Il resolut d'essayer tous moyens de parvenir à ce qu'autre ne l'eust que luy [cette commission] [ID., Lucul. 12]
    Il y veit une infinité de viandes, et entre autres huict sangliers [ID., Anton. 33]
    Numa dit qu'il en falloit faire fondre et forger autres unze, qui fussent de façon et de grandeur tous semblables à celuy là [ID., Numa, 23]
    Des autres quatre, nul n'est decedé de sa mort naturelle [ID., ib. 37]
    Les lois et coustumes des hommes sont differentes, et estiment les uns une chose honneste et les autres une autre [ID., Thém. 49]
    Quant à vous autres Grecs, on dit que vous estimez la liberté et l'egalité sur toutes autres choses [ID., ib. 4]
    Ceste bataille fut si asprement combatue de part et d'autre [ID., Fab. 6]
    Non qu'il [Luther] estime que Rome soit autre que incurable [SLEIDAN, f° 19]
    Si tu es de Dieu, parle ; si tu es de l'autre [du diable], va t'en [D'AUB., Faen. III, 24]
    Il fut porté par terre, et autres sept ou huict avecques luy [M. DU BELL., 156]

ÉTYMOLOGIE

  • Picard et bourguig. aute ; provenç. altre et autre ; espagn. otro ; portug. outro ; ital. altro ; de alter. Alter a le même radical que le sanscrit anyas, autre, qui a donné alius, et qui, prenant un suffixe comparatif, est devenu alter en latin et ander en allemand. D'après Palsgrave, p. 62, aultre se prononçait outre.

autre

AUTRE. Adjectif et pronom des deux genres. Il marque que les personnes ou les choses dont on parle sont différentes de celles dont on vient de parler. Connaissez-vous mon autre soeur? Il amena son frère et deux autres personnes. Appeler un autre médecin. Quelle autre chose voulez-vous de moi? C'est autre chose que j'exige. Entre autres choses. Revenez une autre fois. Nous nous reverrons autre part. Voyez PART. N'avez-vous que ces deux enfants? J'en ai encore un autre, deux autres. On ne peut comparer cet animal à aucun autre. Votre habit est usé, il faut en acheter un autre. Ce que vous ne ferez pas dans un temps, vous le ferez dans un autre. Autre est promettre, autre est donner.

C'est un autre homme, tout un autre homme, ou mieux un tout autre homme. Il est devenu tout autre, se dit d'un Homme qui a changé en bien ou en mal.

Prov., Autres temps, autres soins, D'autres circonstances demandent une conduite différente. Autres temps, autres moeurs, Les moeurs, les usages changent avec le temps.

Fam., Il n'en fait pas d'autres, se dit d'un Homme qui fait quelque sottise ou commet quelque étourderie et signifie qu'Il lui arrive souvent d'en faire de pareilles.

Fam., Il en sait bien d'autres, Il est capable de bien d'autres tours.

Fam., J'en ai vu bien d'autres, J'ai vu des choses bien plus extraordinaires que celle-là. J'ai passé par des épreuves bien plus pénibles.

Fam., En voici bien d'un autre ou d'une autre, Voici une chose encore plus surprenante, voici une chose à laquelle on ne s'attendait pas.

Fig. et fam., C'est une autre paire de manches, Voici bien une autre paire de manches, C'est une autre affaire, voici bien une autre affaire.

AUTRE, avec l'article défini, s'emploie aussi en opposition avec L'UN, LES UNS ou un terme analogue, pour distinguer deux êtres ou deux choses ou bien encore deux groupes d'êtres ou de choses déterminés ou indéterminés. Souvent il est gai, d'autres fois il est morne et sombre. Autre chose est une simple affirmation, autre chose est une affirmation avec serment. L'une et l'autre saison est favorable. J'ai parcouru l'une et l'autre région. Des clameurs s'élevèrent dans l'une et dans l'autre armée. D'une et d'autre manière. Tel homme recherche ce que tel autre méprise. Il paya deux de ses créanciers et ne donna rien aux autres. Je garde ce cheval et je vous cède l'autre. Aller de côté et d'autre. Des deux livres que vous me demandez, voici l'un, voilà l'autre. Des deux frères, l'un a pris le parti de l'Église et l'autre le parti de l'épée. Ils sont morts l'un et l'autre. Ils ne sont morts ni l'un ni l'autre. L'un et l'autre y a manqué. L'un et l'autre sont venus. Ni l'un ni l'autre ne viendra. Les uns et les autres. Je veux l'un et l'autre, les uns et les autres. Prenez ceux-ci et laissez-moi les autres. Je prends les miens et je laisse tous les autres. Il est chez l'un ou chez l'autre. Il y a une grande différence entre l'un et l'autre. Il en veut à l'un et à l'autre. Ils étaient les uns noirs, les autres blancs. Les uns allaient à droite, d'autres à gauche, d'autres dans tous les sens. Se louer l'un l'autre. Ils se haïssent l'un l'autre. À l'envi l'un de l'autre. Elles médisent l'une de l'autre. Ils étaient aigris l'un contre l'autre. Ils paraissent faits, ils sont nés l'un pour l'autre. Il ne faut pas prendre l'un pour l'autre, confondre l'un avec l'autre. Ils se succédaient les uns aux autres. S'unir l'un à l'autre, l'un avec l'autre. Ils sont dupes les uns des autres. Il est autre que je croyais, que je ne croyais, que je ne le croyais.

Fam., Être toujours chez l'un ou chez l'autre, Être souvent en visite chez les diverses personnes que l'on connaît.

Fam., Parler de choses et d'autres, S'entretenir, parler de diverses choses. Nous parlâmes de choses et d'autres, mais il ne fut nullement question de vous.

Il dit d'une façon et il fait d'une autre, Ses discours et ses actions ne s'accordent pas.

Fam., L'autre jour désigne indéterminément Un des derniers jours qui ont précédé celui où l'on parle. J'ai rencontré, l'autre jour, votre frère.

Fam., Nous autres, vous autres, se dit au lieu de Nous, Vous, quand, à propos de tel ou tel fait, on veut distinguer plus précisément ceux qui parlent ou ceux à qui l'on s'adresse de ceux qui sont présents ou absents et marquer une opposition entre eux.

Fam., L'un vaut l'autre, Ils sont aussi bons, aussi mauvais l'un que l'autre. Qui voit l'un voit l'autre, Il n'y a pas de différence de l'un à l'autre.

Fam., C'est tout un ou tout autre, C'est tout l'un ou tout l'autre. Il n'y a point de milieu, il n'y a point à choisir entre les deux propositions qui sont faites.

L'un dans l'autre, l'un portant l'autre, En compensant l'un avec l'autre. Ces objets coûtent tant, l'un dans l'autre, l'un portant l'autre. Ces deux fermes rapportent, l'une dans l'autre, tant par an.

Il signifie aussi Supérieur en mérite, plus important, de plus grande conséquence. L'homme que vous me citez est habile, mais celui dont je vous parle est bien un autre homme. Ce vin de Mâcon est bon, mais celui dont je vous parle est bien d'autre vin, est tout un autre vin. Vous loger, passe; mais vous nourrir, c'est une autre affaire.

Il se dit aussi dans le sens de Second, pour exprimer la ressemblance, l'égalité, la conformité qu'il y a entre deux personnes ou entre deux choses. C'est un autre Alexandre, un autre César. Il le regarde comme un autre lui-même. Cette ville est un autre Paris.

Il s'emploie quelquefois absolument pour dire Une autre personne, en général, sans en désigner aucune en particulier. J'aime mieux que vous l'appreniez d'un autre que de moi. Quelque autre vous le dira mieux que moi. Quel autre s'en serait avisé? À votre place, un autre se serait empressé de venir. Tout autre que lui ne s'en serait pas si bien tiré. C'est à lui que je veux avoir affaire et non à d'autres. D'autres sauraient vous flatter; moi, je vous dis la vérité.

Les autres, Les autres personnes en général, autrui. Il est plus aisé d'être sage pour soi que pour les autres. Vous rejetez toujours la faute sur les autres. Il se méfie toujours des autres.

Pop., Comme dit l'autre, comme dit cet autre, Comme on dit. Il faut, comme dit l'autre, souffrir ce qu'on ne peut éviter.

Pop., Ah! cet autre! Écoutez ce que nous dit cet autre! s'emploient pour faire entendre que l'on ne croit pas aux paroles de quelqu'un et pour lui témoigner une sorte de mépris.

Fam., À d'autres! Allez conter ces histoires, ces sornettes à d'autres, je n'y crois point.

autre

Autre, com. gen. Il vient de ce mot Latin, Alter, Tout ainsi que Altro, Italien, et Otro, Espagnol, Et signifie une seconde chose par presupposition d'une premiere. Car quand on dit, de quelque chose que ce soit, Un autre, ou une autre, on presuppose une chose premiere de mesme genre, espece ou qualité. Comme, Voicy un autre homme, cela presuppose, un homme, premier en propos que celuy-là. Et partant ayant parlé d'une espece en espece, on ne usera pas de ce mot Autre en chose qui sera de differente espece, Comme ayant dit, Voicy un cheval, on ne dira pas, Voilà un autre, parlant d'un homme: ne ayant dit, Voicy un Eschevin, on ne dira pas voilà un autre, parlant d'un barbier. Mais si l'on parle en genre, on dira bien de deux especes par ce mot Autre. Comme d'un cheval, disant, Voicy, un animal, on dira bien, Voilà un autre parlant d'un homme. Et cete reigle a tellement lieu, que voire mesme quand ce mot Autre importe non rang, ne subsequence, ains difference, et diversité entre deux choses, si presuppose-il identité de genre, espece, ou qualité, comme ayant dit, Voilà un bon cheval, quand on dit, En voilà bien un autre: c'est à dire bien different en bonté, ou beauté, de celuy-là dont a parlé. Selon laquelle acception on dit en comparaison. Cestuy-ci est bien autre que cestuy-là, Multum inter hunc illumque interest. Et, Cestuy-ci est tout autre, et different et dissemblable. Ce que Virgile exprime en ces mots, Hei mihi qualis erat, quantum mutatus ab illo Hectore, etc.

Voicy l'autre, Ecce alterum.

Un autre Mars, Mars alter.

Un autre soy-mesme, Alter idem.

Rien autre chose, Aliud nihil.

Affermer quelque chose d'un autre, Affirmare de altero.

D'autre lieu et part, Aliunde.

Tu me responds autre chose que je ne te demande, Aliud mihi respondes, ac rogo.

Cet autre-là est venu, Ille alter venit.

¶ C'est autre chose toute diverse, Alia res est.

C'est autre chose de mesdire d'aucun, et autre chose de l'accuser, Aliud est maledicere, aliud accusare.

Qu'est-ce autre chose, sinon, Quid est aliud nisi, etc.

¶ En autre chose, Alibi in re alia.

Il est bon en toutes autres choses, Bonus ad caetera.

¶ L'un semble meilleur aux uns, l'autre aux autres, Aliud aliis videtur optimum.

Tu m'as envoyé deux paires de lettres, les unes de, etc. les autres de, etc. Ad me literas misisti, vnas de legatis a me prohibitis proficisci: alteras de Apameorum aedificatione impedita.

Les uns, ou les aucuns estiment plus les richesses, les autres la bonne santé, les autres, etc. Diuitias alij proponunt, bonam alij valetudinem, alij, etc.

¶ Nul autre quel qu'il soit, Non alius quisquam.

¶ L'autre d'apres, Proximus.

¶ Quelque, ou quelqu'un autre, Quis alius, alius quidam.

Un autre qui se soit, Alius.

Il n'y a nul autre, Non est alter quisquam.

¶ Ils peuvent proffiter les uns aux autres, Alij aliis prodesse possunt.

L'un apres l'autre, Singulatim, Singillatim.

¶ Je t'ay trouvé autre que je ne pensois, Te esse praeter nostram opinionem comperi.

Tu es autre que le temps passé, Alius atque olim.

J'en aimoye un autre, Habebam alibi animum amori deditum.

¶ Nous n'avons autre chose à voir que, etc. Nec quicquam aliud videndum est nobis. quam, etc.

¶ Le meilleur est en Ponte, l'autre d'apres est en Phrygie, le tiers est en Illyrique, Asarum optimum in Ponto, proximum in Phrygia, tertium in Illyrico.

A l'autre, Prononcé par ennuy, est une maniere de parler Françoise, par laquelle on parle par saouleté, et hodé d'une chose. Terence en l'Eunuque l'a proprement dit en ce mesme sens par ces mots, Ecce autem alterum, Comme si à quelqu'un, ayant longuement esté importuné d'une personne, luy survenoit un autre importun aussi, il diroit à l'autre. Comme s'il disoit, En voicy encores un pareil en importunité. Comme s'il disoit par ironie, Je n'ay pas esté assez importuné, sans l'estre encore de cet autre icy.

autre


AUTRE, pénult. longue. Aûtre.

autre


AUTRE, pron. relat. [Ôtre, 1re lon. 2e e muet.] Diférent, contraire, oposé. Quand il est joint à un substantif, il est adjectif; un aûtre homme, une aûtre afaire. Il n'est pronom que quand il s'emploie substantivement. "Nul aûtre que vous n'y auroit consenti: un aûtre l'auroit fait. Je ne conais aûtre; passer d'un sujet à un aûtre.
   Mes crimes... les voici... je n'en connois point d'aûtres;
   C'est d'avoir trop long-temps laissé régner~ les vôtres.       P. Marion Cromv.
  1°. AûTRE est quelquefois répété à la tête de chacun des membres de la phrâse: "Aûtre est l'ordre dont on se sert pour instruire son Lecteur: aûtre est l'ordre qu'on doit employer, pour achever de le convaincre, quand il est instruit.
   2°. AûTRE précède ordinairement le substantif, comme on peut le voir par les ex. ci-dessus. Joint à tout, il peut précéder ou suivre: C' est un tout aûtre homme: c'est un homme tout aûtre. L'oreille et le goût doivent guider dans cette construction. Car, p. ex. on ne dirait pas indiféremment, C'est toute aûtre chôse, ou, c'est chôse tout autre. La dernière manière ne vaut rien.
   3°. * Quelque peu d'autres est une manière de parler, qui n'est pas française. On dit: un petit nombre d'aûtres. "Raphaël, Poussin et quelque peu d'autres. Fleury.
   4°. Quand aûtre est suivi de que; il exige la négative ne: "* On ne voit pas les objets, ou on les voit autres qu'ils sont. Du Plaisir. Dites: qu'ils ne sont. — Il n'admet ni pas; ni point. Voy. PAS ou POINT. n°. 1°.
   5°. AûTRE s'emploie quelquefois sans article et sans équivalent de l'article. "C'est aûtre chôse est mieux que, c'est une aûtre chôse. "Sans qu'aûtre que lui s'en mélât, mieux que, sans qu'aucun aûtre, etc.
   6°. Avec ce pronom l'adv. bien prend l'art. indéfini contre son ordinaire. "bien d'autres, et non pas bien des aûtres: Bien d'autres que Luther se briseront contre cette pierre. Boss.
   7°. AûTRE marque quelquefois une persone ou une chôse indéterminée. "Quelque aûtre vous le dira mieux que moi. L'aûtre jour; un des jours précédens. = Aûtre; meilleur, de plus grande conséquence. "C'est bien un aûtre homme, une aûtre affaire. = Il marque aussi la ressemblance: "C' est un autre César, un autre Alexandre; c. à. d. un nouveau César, etc. = Il y en a d'uns et d'aûtres, de bons et de mauvais.
   8°. Sans aûtre, joint à un nom sans article, doit être employé au singulier plutôt qu'au pluriel; sans aûtre forme de procès, et non sans autres formes, etc. Voy. PROCèS: "Les hommes, plus guidés par la coutume que par la raison, suivent, sans autres recherches, les moeurs dominantes de leur siècle. Hist d'Angl. J'aimerais mieux, sans autre recherche. V. TOUT.
   9°. Quand l'un l'aûtre sont employés sans la conjonction et; l'un est au nominatif, l'autre à un câs oblique: "Ils s'aiment l'un l'autre; ils se sont donnés le mot l'un à l'autre; à l' envi l'un de l'autre.
   1°. L'un et l'aûtre se met, ou avec le singulier, ou avec le pluriel. Tous nos bons Auteurs sont pleins d' exemples des deux manières; et il est également bien de dire: "L'un et l'autre vous a obligé, ou vous ont obligé. Avec ni, c'est encôre de même: "Ni l'un ni l'aûtre ne vaut rien, ou ne valent rien. Vaug. Bouh. — Chapelain pensait que le singulier est plus élégant; et Th. Corn. est d'avis qu'il est plus dans l'usage. = Plusieurs, et Bouhours même et La Touche pensaient que, l'un et l'autre est une espèce de neutre, et qu'on peut l'employer au masc. quoique les substantifs qui précèdent soient fém. On citait en exemple cette phrâse de Patru, puriste renomé: "Que ce soit avarice ou ambition, ou peut-être l' un et l'aûtre. M. de Wailly aimerait mieux l'une et l'autre, et moi aussi. Je crois qu'on trouverait peu d'exemples à l'apui de celui de Patru. — Que si les substantifs sont de diférens genre, le masc. l'emporte, comme de raison, d'autant plus que l'aûtre étant des deux genres, peut être atribué au féminin. "Que ce soit penchant ou raison, ou peut-être l'un et l'autre.
   11°. Quand il y a une préposition devant l' un, on en met aussi une devant l'aûtre. "Il est ami de l'un et de l'autre; je ne l'ai fait ni pour l'un ni pour l'autre. Vaug. Acad. Wailly.
   12°. L'un et l'aûtre, ou est adj. et alors il doit suivre le verbe et non pas le précéder. "* M. Le Pelletier et M. Bignon, l'un et l'autre moururent à la fin de l'année. Acad. des Inscript. Il falait, moururent l'un et l'autre; ou il est subst. à la tête de la phrâse: alors il précède le verbe. Ainsi, après avoir dit: "M. Le Pelletier et M. Bignon étoient deux illustres Académiciens, on aurait dit: "L'un et l'autre moururent, ou mourut à la fin de l'année.
   13°. Quand l'un et l'autre est régi à l'acusatif, il suit la règle des pronoms personels, c. à. d. qu'il doit être précédé de les, placé devant le verbe. "On les a payés l'un et l'autre, et non pas, comme dit un Éditeur des OEuvres de Bossuet: "* Calvin fit diférentes professions de Foi, pour satisfaire l'un et l'autre (Zuingle et Luther.) Il falait dire: pour les satisfaire l'un et l'autre.
   14°. Quand il y a raport de réciprocité de l'un à l'autre, on retranche la conjonction et: "Nous devons nous aider les uns les autres, et non pas les uns et les aûtres. Alors l'un ou les uns devient nominatif, et l'aûtre ou les aûtres se déclinent suivant le câs qu'exige le régime. "À~ l'envi l'un de l'autre; ils se sont doné le mot l' un à l'autre; et non pas, comme dit un Auteur anonyme: "* Il manque éfrontément aux égards que l'on se doit mutuellement les uns les autres. Dites: les uns aux aûtres. — Fontenelle dit: ils s'instruisoient l'un et l'autre. Retranchez et. — "J'admirai cette singularité, qui faisoit que nous nous fuyons l'un et l'autre. Anon. Et est de trop. "Il (Josephe) se retira avec le reste dans une caverne, où ils s'égorgèrent les uns et les autres. Beraud de Bercastel. Hist. de l'Égl. Il falait, les uns les aûtres. — Que ce soit la faute des Auteurs ou des Imprimeurs, la remarque ne sera pas inutile.
   * Fénélon dit: les uns regardoient les aûtres. Il les sépare mal-à-propos: Dites: "Ils se regardaient les uns les aûtres. — * Le P. Barre décline l'un comme l'aûtre. "Ils brûloient les vaisseaux des uns des autres. Dites: les uns des aûtres.
   15°. Quand il y a raport de comparaison entre l' un et l'autre, le 1er doit toujours précéder, et le second doit toujours suivre. Mde. de Sévigné, après avoir observé cet ordre dans le 1er membre de la phrâse, l'intervertit dans le second: "Voilà deux bones veûves, Mde. de Senneterre et Mde. de Leuville. L'une est plus riche que l'autre, mais l'autre est plus jolie que l'une. Cela ne peut se dire qu'en plaisantant.
   Rem. Autres ou Autrui se dit relativement à des persones à peu près égales. Je ne pense pas qu'on doive dire d'un Prince qu'il avait du penchant à faire du bien et à rendre service aux autres, comme le dit Rollin dans l'Hist. Anc. j'aimerais mieux dire, à tout le monde. Voy. AUTRUI. n°. 2°.
   On dit dans le style familier; il en a bien vu d'aûtres, on sous-entend évènemens. En voici bien d'une aûtre, c. à. d. quelque chôse de plus surprenant ou de plus fâcheux. — À~ d'autres! c. à. d. j'en crois rien.
   Au loup, s'écria-t-il, au loup! Tout le hameau
   Rit à son tour: à d'autres, je vous prie,
   Répondit-on! l'on ne nous y prend plus:
   Guillot le goguenard fit des cris superflus.
   On crut que c'étoit fourberie.
       Richer.
Comme dit l'aûtre. Façon de parler populaire, dont on se sert pour citer en général, sans nomer persone. "Car, comme dit l'autre, il faut suporter ce qu'on ne peut empêcher.

Synonymes et Contraires

autre

adjectif autre
Traductions

autre

(otʀ)
adjectif
1. qui n'est pas le même, différent prendre un autre train faire autre chose Je te verrai une autre fois.
2. ailleurs
3. qui vient en plus Tu veux un autre café ?
4. par ailleurs
5. un de ces derniers jours

autre

anderer, anders, sonst, übrig, andere, anderes, sonstig, sonstiger, übriger, noch einother, another, additional, else, remaining, rest of, different, another one, alternativeander, overig, verder, ander(e), nog een, anders, een andereאחר (ת), שאר (ז), אַחֵר, שְׁאָרanderaltre, restantostatní, dalšíøvrig, andre, en andenάλλος, ακόμηalia, ceteraotro, demás, restantetoinen, muuegyéb, más, másik, másmilyenlainannaraltro, un altroalius, ceterusen anden, annen, en tilinny, jeszcze jedenoutro, diferente, diverso, restante, adicionalalt, încăдругой, иной, прочийannan, en annan-inginebaşka, bir daha, diğer bir, diğerآخَرُdrugi, ostaliほかの, もう一つの다른, 또 하나의อีกอันหนึ่ง, อื่นๆkhác其他的, 另一个друг
pronom
1. chose ou personne différente Les autres ne sont pas encore arrivés. C'est quelqu'un d'autre. rien d'autre ni l'un ni l'autre
2. parmi plusieurs choses

autre

[otʀ]
adj
(= différent) → other, different
Je préférerais un autre verre → I'd prefer a different glass.
Prenez d'autres verres → Take some different glasses., Take some other glasses.
Je viendrai un autre jour → I'll come another day., I'll come some other day.
J'ai d'autres projets → I've got other plans.
(= supplémentaire) un autre ... → another ...
une autre ... → another...
Je voudrais un autre verre d'eau → I'd like another glass of water.
Tu veux un autre morceau de gâteau? → Would you like another piece of cake?
Il y a une autre difficulté, qui est que → There's another problem, which is that ...
(après le nom) se sentir autre → to feel different
la difficulté est autre → the difficulty lies elsewhere
(après un pronom personnel) nous autres → we
Nous autres, on préfère la Provence → WE like Provence best.
vous autres → you
Vous autres, vous ne pensez qu'à l'argent → YOU only think of money., You lot > only think of money.
(autres locutions) autre chose → something else
autre part → somewhere else
d'autre part → on the other hand
pron
(= supplémentaire) un autre → another one
une autre → another one
d'autres → others
Je t'en apporterai d'autres → I'll bring you some others.
l'autre → the other one
(= différent)
Non, pas celui-ci, l'autre → No, not that one, the other one.
les autres → the others
Les autres sont arrivés plus tard → The others arrived later.
l'un et l'autre → both of them
ni l'un ni l'autre → neither of them
se détester l'un l'autre → to hate each other, to hate one another
se détester les uns les autres → to hate each other, to hate one another
(autres locutions) d'une semaine à l'autre → from one week to the next (= incessamment) → any week now
d'une minute à l'autre (= de manière imprévisible) → from one minute to the next, from one moment to the next (= incessamment) → any minute now, any moment now
de temps à autre → from time to time
entre autres → among other things
Nous avons parlé, entre autres, de nos projets de vacances → We talked about our holiday plans, among other things.
j'en ai vu d'autres → I've seen worse
à d'autres! → pull the other one!
le respect de l'autre → respect for others