avantageux, euse

AVANTAGEUX, EUSE

(a-van-ta-jeû, jeû-z') adj.
Qui apporte de l'avantage. La manière de cultiver la plus avantageuse. Ses exploits furent avantageux à l'empire. Fortifier son camp dans le lieu le plus avantageux. Nous avons eu le dessous dans des positions avantageuses. L'issue avantageuse de votre affaire. Il est très avantageux pour moi que vous ayez parlé en ma faveur. Il est avantageux de prendre ses précautions.
Ma perte n'est pour vous qu'un change avantageux [CORN., Poly. V, 2]
Qui procure de la faveur, qui fait honneur. Le tour avantageux qu'il a donné à ses paroles. Avoir de quelqu'un une opinion avantageuse. Il ne parle de vous qu'en termes très avantageux.
Et remplir dignement par une mort pompeuse De mes premiers exploits l'attente avantageuse [CORN., Poly. II, 2]
Il en avait fait un portrait fort avantageux [HAMILT., Gramm. 4]
Pythagore était d'une taille avantageuse, bien fait et très beau de visage [FÉN., Pyth.]
Charles XII était d'une taille avantageuse et noble [VOLT., Charles XII, 8]
Qui sied bien. Parure, coiffure, couleur avantageuse.
Qui prend avantage, présomptueux.
De peur qu'on ne me traite d'homme avantageux, qui prend ici le ton décisif [LE P. COURBEVILLE, dans DESFONTAINES]
J'aurais de quoi vous en faire un [poulet] le plus amoureux du monde, si je voulais vous écrire la moindre partie de ce que j'ai pour vous dans le cœur ; mais sachant combien vous êtes avantageuse, je n'oserais vous faire savoir de quelle sorte vous y êtes [VOIT., Lett. 49]
Le nom de petits-maîtres qu'on applique à la jeunesse avantageuse et mal élevée [VOLT., Louis XIV, 4]
Il. se dit, au même sens, du ton, des manières. Un ton avantageux. Substantivement. L'avantageux est toujours porté à se vanter.

REMARQUE

  • Nodier a prétendu que avantageux, au sens de vain, de présomptueux, n'était pas français et qu'il provenait sans doute des provinces et des gazettes ; mais outre que l'usage l'a reçu, on le trouve, comme on voit, dans Voltaire et dans Voiture.

HISTORIQUE

  • XVe s.
    Le suppliant a aucunefois joué de faulx et avantageux dez [DU CANGE, avantagium.]
    Le lieu estoit mal advantageux pour eulx [COMM., I, 6]
    Leurs picques longues qui sont bastons advantageux [ID., II, 2]
  • XVIe s.
    Les medecins sont advantageux, quand ils vous tiennent à leur misericorde [MONT., IV, 269]
    Un homme si advantageux en matiere et en conduicte, pourquoy mesle il à son escrime les injures ? [ID., IV, 41]
    Le logis estoit avantageux, et la commodité de vivre bonne [LANOUE, 684]
    Il s'estoit logé sur les cousteaux en lieux forts et avantageux [AMYOT, Marcel. 40]

ÉTYMOLOGIE

  • Avantage.