aventurier, rière

AVENTURIER, RIÈRE

(a-van-tu-rié, riê-r' ; l'r ne se lie pas ; au pluriel, l's se lie : les aventuriers et.... dites : les a-van-tu-rié-z et....) s. m.
Celui qui cherche les aventures et surtout les aventures de guerre, et qui n'a d'attache nulle part.
C'était un aventurier qui s'était donné à Nestor [FÉN., Tél. XVI]
Seigneur aventurier, s'il te prend quelque envie De voir ce que n'a vu nul chevalier errant [LA FONT., Fab. X, 14]
Il tient que les combats sentent l'aventurier [CORN., Attila, IV, 1]
Celui-ci, qui ne passa que pour un aventurier audacieux, parce qu'il ne réussit pas [VOLT., Louis XIV, 3]
Anciennement, ceux qui faisaient la guerre en volontaires et sans recevoir de solde ; et aussi ceux qui se hasardent aventureusement à la guerre.
Certains corsaires des mers de l'Amérique ; on les appelle aussi flibustiers, boucaniers. Bâtiment marchand qui s'expose sans escorte en temps de guerre.
Familièrement et par dénigrement, un aventurier, une aventurière, celui, celle qui n'a pas de moyens d'existence connus. Adj. Une vie aventurière. Des gens aventuriers et hardis.
Le maréchal de Gassion, si aventurier pour les partis et si brusque à les chercher, craignait un engagement entier [SAINT-ÉVREMOND, dans RICHELET]
Fig.
Combien de ces mots aventuriers qui paraissent subitement et que bientôt on ne revoit plus [LA BRUY., 5]

HISTORIQUE

  • XVe s.
    Au temps où je vous parle, estoit ce pays rempli d'Anglois et de larrons gascons, bretons, allemans et gens aventuriers de toutes nations [FROISSARD, III, 75, Lyon, 1569, in-f°.]
  • XVIe s.
    Adventuriers qui ne vouldroient rien touldre Non plus que loups, à desployée enseigne, Marchant avant, courant par la montaigne [J. MAROT, t. V, p. 24]
    Des adventuriers hespagnolz et numidiens [AMYOT, Pélop. et Marcel. comp. 5]

ÉTYMOLOGIE

  • Aventure ; provenç. aventurier ; catal. aventurer ; espagn. aventurero ; portug. aventureiro ; ital. avventuriere.

SUPPLÉMENT AU DICTIONNAIRE

  • AVENTURIER. Ajoutez : - SYN. AVENTURIER, HOMME D'AVENTURE., Aventurier a deux sens : d'abord un homme qui cherche les aventures ; puis un homme qui vit à l'aventure, sans règle et qui n'a point de consistance. Homme d'aventure peut être synonyme d'aventurier, au premier sens ; mais il ne l'est pas d'aventurier au second sens ; témoin cet exemple :
    M. P..., un israélite saxon, qui n'est pas un aventurier, mais qui est tout au moins un homme d'aventure [BÉRARD DES GLAJEUX, Gaz. des Trib. 14 mars 1873, p. 250, 2e col.]