avilissement

(Mot repris de avilissements)

avilissement

n.m.
Action d'avilir ; fait de s'avilir ; dégradation, rabaissement.

AVILISSEMENT

(a-vi-li-se-man) s. m.
État de ce qui est avili, dégradé.
Sans avilissement, à tout elle s'abaisse [VOLT., Scythes, I, 1]
Je vous supplie instamment de vous joindre à moi pour empêcher l'avilissement le plus odieux qui puisse déshonorer la scène française et achever notre décadence [VOLT., Lett. Mlle Clairon, 18 oct. 1760]
Les belles-lettres sont dans un étrange avilissement à Paris [ID., Lettr. Damilaville, 30 mars 1764]
Vos places rappellent sans cesse les avilissements qui les ont méritées [MASS., Pet. Car. Tent. des grands.]
État de dépréciation des marchandises, des denrées.

HISTORIQUE

  • XIIIe s.
    Vous faites mal, se Diex me saut [sauve], Qu'il bée à vostre avilement [, la Rose, 2941]
    Ce seroit grant reproche et grant avillement [, Hugues Capet, fol. 15, dans RAYNOUARD]
  • XVIe s.
    La desobeissance aux magistrats, l'avilissement des lettres et sciences [LANOUE, 56]

ÉTYMOLOGIE

  • Avilir ; provenç. avilament, anveliamen.

avilissement

AVILISSEMENT. n. m. Action d'avilir ou Résultat de cette action. Tomber dans l'avilissement. Vivre dans l'avilissement et la honte. L'avilissement des marchandises. L'avilissement d'une dignité.

avilissement


AVILISSEMENT, s. m. [Aviliceman. 4e e muet.] L'état d'une chôse avilie. L'avilissement d'une dignité, d'une charge. "Il est tombé dans un grand avilissement.

Synonymes et Contraires

avilissement

Traductions

avilissement

השפלה (נ), התבזות (נ), התקרנפות (נ), פחיתות כבוד (נ), שפילה (נ), פְּחִיתוּת כְּבוֹד, הַשְׁפָּלָה, הִתְבַּזּוּת

avilissement

verlaging

avilissement

degradation

avilissement

degradación

avilissement

[avilismɑ̃] nm (= abjection) → abasement