avisé, ée


Recherches associées à avisé, ée: enjouée, obstinée, rationnelle

AVISÉ, ÉE

(a-vi-zé, zée) part. passé.
Aperçu. Le cerf avisé par le maître dans l'étable où il s'était blotti.
Imaginé.
[Le chat] Blanchit sa robe et s'enfarine.... Se niche et se blottit dans une huche ouverte ; Ce fut à lui bien avisé [LA FONT., Fab. III, 18]
Adj. Qui fait attention à, qui agit avec intelligence.
Hélas ! que nous savons peu ce que nous faisons, quand nous ne laissons pas au ciel le soin des choses qu'il nous faut, quand nous voulons être plus avisés que lui [MOL., le Festin, IV, 6]
Maxime, en voilà trop pour un homme avisé [CORN., Cinna, IV, 5]
Les bons esprits Qui savent, avisés, avecque différence, Séparer le vrai bien du fard de l'apparence [RÉGNIER, Sat. V]
C'est un mal avisé (voy. MALAVISÉ).

HISTORIQUE

  • XIVe s.
    [Il] A quis un garçon aviset [, Roman du chast. de Couci, 2941]
  • XVe s.
    Et aussi messagers sages et avisés et bien idoines et taillés de faire ce message [FROISS., I, I, 11]
  • XVIe s.
    En est il devenu meilleur ou plus advisé ? [MONT., I, 142]