avoine ou aveine

AVOINE ou AVEINE

(a-voi-n' ou a-vè-n'. Cette dernière forme tombe en désuétude) s. f.
Plante de la famille des graminées, qui fournit un aliment aux bêtes de somme.
Le grain. Un picotin d'avoine.
Deux mulets cheminaient, l'un d'avoine chargé.... [LA FONT., Fab. I, 4]
Balle d'avoine, pellicule qui enveloppe le grain.
S. f. plur. L'avoine sur pied. Les avoines sont belles cette année.

PROVERBES

  • Cheval d'aveine, cheval de peine, c'est-à-dire un homme bien payé doit bien travailler.
  • Cheval faisant la peine ne mange pas l'aveine, c'est-à-dire ce n'est pas celui qui a le plus de peine qui est le mieux traité.

HISTORIQUE

  • XIIIe s.
    Si a choisi [aperçu] en un plessié, Par encoste d'unes avaines, Une abaïe de blans moines [, Ren. 6519]
    Longue est et megre et lasse et vaine ; Grand soffrette a de pain d'avaine [, la Rose, 10198]
    Li pains et li avoine lor est tote faillie [, Ch. d'Ant. VII, 414]
  • XVe s.
    Le bled et les avoines furent respitées de non ardoir [FROISS., II, II, 66]
  • XVIe s.
    Escouter les aveines lever (proverbe) [GÉNIN, Récréat. t. II, p. 239]

ÉTYMOLOGIE

  • Bourguig. aivonne ; Berry, aveine ; picard, avène ; provenç. et espagn. avena ; portug. avêa ; ital. avena ; du latin avena. Aveine est la prononciation de l'ouest de la France.