avouer

(Mot repris de avouassent)

avouer

v.t. [ lat. advocare, appeler auprès, recourir à ]
1. Reconnaître qu'on est l'auteur, le responsable de qqch de blâmable : Avouer un mensonge ou que l'on a menti admettre ; nier
2. (Sans compl.) Reconnaître sa culpabilité : Le coupable a avoué.
3. Reconnaître comme vrai, réel : Avouer son ignorance confesser déclarer

s'avouer

v.pr.
Se reconnaître comme : Ils se sont avoués vaincus.

avouer


Participe passé: avoué
Gérondif: avouant

Indicatif présent
j'avoue
tu avoues
il/elle avoue
nous avouons
vous avouez
ils/elles avouent
Passé simple
j'avouai
tu avouas
il/elle avoua
nous avouâmes
vous avouâtes
ils/elles avouèrent
Imparfait
j'avouais
tu avouais
il/elle avouait
nous avouions
vous avouiez
ils/elles avouaient
Futur
j'avouerai
tu avoueras
il/elle avouera
nous avouerons
vous avouerez
ils/elles avoueront
Conditionnel présent
j'avouerais
tu avouerais
il/elle avouerait
nous avouerions
vous avoueriez
ils/elles avoueraient
Subjonctif imparfait
j'avouasse
tu avouasses
il/elle avouât
nous avouassions
vous avouassiez
ils/elles avouassent
Subjonctif présent
j'avoue
tu avoues
il/elle avoue
nous avouions
vous avouiez
ils/elles avouent
Impératif
avoue (tu)
avouons (nous)
avouez (vous)
Plus-que-parfait
j'avais avoué
tu avais avoué
il/elle avait avoué
nous avions avoué
vous aviez avoué
ils/elles avaient avoué
Futur antérieur
j'aurai avoué
tu auras avoué
il/elle aura avoué
nous aurons avoué
vous aurez avoué
ils/elles auront avoué
Passé composé
j'ai avoué
tu as avoué
il/elle a avoué
nous avons avoué
vous avez avoué
ils/elles ont avoué
Conditionnel passé
j'aurais avoué
tu aurais avoué
il/elle aurait avoué
nous aurions avoué
vous auriez avoué
ils/elles auraient avoué
Passé antérieur
j'eus avoué
tu eus avoué
il/elle eut avoué
nous eûmes avoué
vous eûtes avoué
ils/elles eurent avoué
Subjonctif passé
j'aie avoué
tu aies avoué
il/elle ait avoué
nous ayons avoué
vous ayez avoué
ils/elles aient avoué
Subjonctif plus-que-parfait
j'eusse avoué
tu eusses avoué
il/elle eût avoué
nous eussions avoué
vous eussiez avoué
ils/elles eussent avoué

AVOUER

(a-vou-é. Dans j'avouerai et temps analogues l'e ne se prononce pas et ne compte pas dans les vers ; mais l'ancienne langue le prononçait, et avouerai était de quatre syllabes) v. a.
Dans le langage de la féodalité, faire vœu à un supérieur, le reconnaître pour seigneur ou protecteur.
Par extension, et dans le langage actuel, avouer une personne, approuver ce qu'elle a fait en notre nom.
Parle, écris, je t'avouerai de tout, pourvu que tu m'aides à sortir de cette botte [l'Italie] [P. L. COUR., Lett. I, 164]
Je t'avouerai de tout [RAC., Phèd. III, 1]
Et sans doute son cœur vous en avouera bien [CORN., D. San. IV, 2]
Alors, sans consulter si Phébus l'en avoue [BOILEAU, Disc. au roi.]
Quels doctes vers me feront avouer Digne de te louer ? [MALH., III, 4]
Et si ta faveur tutélaire Fait signe de les avouer [les Muses], Jamais ne partit de leur veilles Rien qui se compare.... [MALH., III, 2]
Approuver, ratifier, en parlant des choses. Des moyens que l'honneur avoue.
Les dieux n'avoueront point un combat plein de crimes [CORN., Hor. III, 2]
Me voyant froidement ses œuvres avouer, Il les serre [RÉGNIER, Sat. VIII]
Reconnaître qu'une chose est ou n'est pas. Avouer sa faute. Il avoua ses méfaits. Vous avouerez que votre conduite a été blâmable.
Ceux qui sont instruits des affaires étant obligés d'avouer que le roi n'avait point donné d'ouverture ni de prétexte aux excès sacriléges.... [BOSSUET, Reine d'Anglet.]
J'avouerai les rumeurs les plus injurieuses [RAC., Brit. IV]
Reconnaître comme sien. Avouer un enfant. Il n'ose avouer un parent pauvre. Il n'avoua jamais ce pamphlet.
Une lettre que l'on m'a assuré que vous aviez avouée [BOSSUET, Lett. 181]
Mon père ne peut plus l'avouer pour sa fille [CORN., Hor. IV, 6]
Rome ne voudra point l'avouer pour Romaine [RAC., Bérén. IV, 4]
Avouer une dette, la reconnaître. Fig.
Ma foi, madame, avouons la dette [ne dissimulons pas], vous voudriez qu'il fût à vous [MOL., Princ. d'Él. IV, 6]
S'avouer, v. réfl. S'avouer de quelqu'un, le prendre à garant. Il s'est avoué d'un banquier de cette ville. Se reconnaître. S'avouer coupable. S'avouer vaincu.
S'avouer, être confessé, en parlant d'une chose. Cela ne s'avoue pas.

HISTORIQUE

  • XIIIe s.
    Ha ! sire Diex, fait ele, mon cuer à vous [j'] avo [, Berte, XXXII]
    Com celle qui du tout à vous servir m'avo [, ib.]
    Car nus ne puet Dieu trop loer, Ne trop por seignor avoer, Trop criendre, ne trop obeir [, la Rose, 7078]
    Et doit mander que cil qui en est porsivis en avoue tel garant quiconque [BEAUMANOIR, XXXIV, 44]
  • XVIe s.
    Je advoue Dieu, sil ne la faisoyt bon veoir [RAB., Garg. I, 8]
    En bonne foi, dit Emarsintte, j'avoue cette dame du tour qu'elle a fait [MARG., Nouv. LVIII]
    Entre tous les philosophes qui ont advoué des dieux [MONT., I, 47]
    Lachès se radvisant advoue cet usage aux Scythes [reconnaît qu'ils ont cet usage] [ID., I, 48]
    La vertu n'advoue rien que ce qui se faict par elle et pour elle [ID., I, 263]
    Ils souffroient tout, avant que d'advouer estre vaincus [ID., I, 307]
    C'estoit heresie d'advouer des antipodes [ID., II, 332]
    Il faut que vous avouez que la possession de ces seuls biens est suffisante pour vous faire benir le donateur [LANOUE, 155]
    Le vassal est tenu avouer [reconnaître] ou desavouer son seigneur, sinon qu'il y eust contention de tenure entre deux seigneurs [LOYSEL, 645]
    Non seulement il sauva Phoebidas, ains feit que la ville de Sparte prit sur elle et advoua la forfaitture qu'il avoit commise [AMYOT, Agésil. 39]
    Leotychides sçut si bien faire que Agis, en presence des tesmoings, declara qu'il l'advouoit pour son filz [ID., ib. 3]
    Ceste proposition ayant esté leue publiquement, le peuple l'advoua et authorisa de merveilleuse affection [ID., Pomp. 39]
    .... Qui, auparavant sa mort, endura des gehennes inventées pour lui faire advouer le purgatoire [D'AUB., Hist. I, 73]

ÉTYMOLOGIE

  • À et vouer ; provenç. avoar.

avouer

AVOUER. v. tr. Confesser et reconnaître qu'une chose est ou n'est pas, en demeurer d'accord. Avouer le fait, le crime. Avouer ingénument, franchement. Il a tout avoué. Avouez-moi la vérité. Je vous avoue mon faible, mon ignorance. Il avoua l'avoir fait. Il avoua qu'il l'avait fait. Je vous avoue que je n'y connais rien. Je vous avoue que je ne sais rien de ce qui s'est passé. J'étais, je l'avoue, un peu confus. Avouez-le, vous avez été bien surpris. C'est un pauvre homme, il faut l'avouer. Il faut avouer que cet homme est bien étourdi. S'avouer vaincu. S'avouer plus faible qu'un autre. S'avouer coupable.

Prov., Péché avoué est à moitié pardonné.

Avouer un écrit, un ouvrage, S'en reconnaître l'auteur. Avouer un enfant, S'en reconnaître le père. Avouer pour fils, pour soeur, etc., Reconnaître pour fils, pour soeur, etc.

Il signifie aussi Approuver, ratifier. J'avoue tout ce qui s'est fait. Ce sont des principes que la morale peut avouer.

Avouer une personne, Approuver ce qu'elle a jugé à propos de faire d'après l'autorisation qu'on lui en a donnée. Je l'avouerai de tout ce qu'il fera, en tout ce qu'il fera.

avouer

Avouer, Cherchez Advouer.

Quand le pere avoüe quelqu'un pour fils, Agnitus filius a patre.

avouer


AVOUER, v. act. [A-vou-é, 2e brève, mais devant l'e muet elle est longue, j'avoûe.] Au futur et au conditionel, j'avouerai, j'avouerois, il n'est que de trois syllabes. [Avouré, avourès, l'e est entièrement muet.] On pourroit même se dispenser de l'écrire.
   Hé bien! je l'avouerai, que ma juste colère
   Aime la guerre autant que la paix vous est chère.
       Racine.
  AVOUER, 1°. Confesser et reconnoître qu'une chôse est: en demeurer d'acord. Il se dit, ou avec le seul régime direct: "Il a avoué sa faute; il a tout avoué; ou avec le datif pour 2d régime: avouez-moi la vérité; je vous avoûe mon ignorance. — Pour les verbes, il régit, ou l'infinitif sans prép. Il avoûe l'avoir fait. (L'Acad. ne met point d'exemple de ce régime.) Ou la conjonction que avec l'indicatif dans le sens afirmatif; ou le subjonctif, si le sens est négatif, ou exprime du doute: "Il avoûe qu'il l'a fait; il n' avoue pas qu'il l'ait dit: je ne sais s'il avouera qu'il en ait été complice.
   M. Moreau le fait impersonel au mode passif: "Dans un temps où il étoit encôre avoué que la Courone seule donoit un pouvoir absolu et universel.
   Rem. On dit quelquefois, je l'avoûe, comme en parenthèse; mais alors il ne régit point les verbes. * À~ l'aspect de cette tirade,  je vous l'avoue, Monsieur, que je reste immobile d'étonnement. Ann. Litt. — Le que est de trop. Il falait,  j'avoue que je reste, etc., ou,  je vous l'avoue, Monsieur,  je reste, etc.
   On dit, dans le style familier, avouer la dette, reconaître qu'on a tort. "Avouer un enfant, un ouvrage, s'en déclarer le pere, l'auteur.
   2°. Avouer, aprouver, autoriser: j'avoûe d'avance tout ce que vous ferez en mon nom. — Avec les persones pour régime, il régit de: "Je vous avouerai de tout ce que vous ferez.
   3°. S'avouer, dans le premier sens, régit les adjectifs et les participes: "Il s'avoue coupablë: je m'avoûe vaincu. — Un Auteur anonyme donne ce régime à l'actif, contre l'usage. "Ce bien qu'il avoûe destiné à de bonnes oeuvres. Il faut, qu'il avoûe être destiné, etc. — M. Fallet dit aussi, dans sa Tragédie de Tibère:
   Phorbice vous trompoit, et ce lâche en mourant
   Vient d'avouer enfin Serenus innocent.
   Là, être innocent, ne vaudrait rien: il faut dire, du moins en prôse, avouer que Serenus est innocent. La raison de la différence, est que le régime direct dans la premiere phrâse est le pronom que, qui précède le verbe; qu'il avoûe être, etc., et dans la 2de, Serenus qui suit. L'usage et l'oreille admettent l'un pour cette raison, et rejètent l'autre.
   S'AVOUER, dans le 2d sens, régit l'ablatif de la persone (la prép. de). "Il s'est avoué (renomé, autorisé) de vous.
   Rem. AVOUER, aveu, comme confesser, confession, ne se disent que des chôses vraies. Ce serait mal parler, que de dire: "Il a avoué des chôses fausses. Réflex. Il faut dire alors: il s' est accusé, il s'est vanté de chôses fausses, ou par désespoir, ou par une détestable vanité.

Synonymes et Contraires

avouer

verbe avouer
Traductions

avouer

zugeben, anerkennen, eingestehen, gestehen, desavouierenconfess, admit, own up, avow, acknowledge, profess, own, approvebekennen, toegeven, erkennen, als wettig beschouwen, opbiechtenהודה (הפעיל), התוודה (התפעל), הוֹדָה, הִתְוַדָּהيُقَرِبُpřiznat (se)tilståαναγνωρίζω σφάλμαreconocertunnustaapriznaticonfessareすっかり白状する인정하다tilståprzyznać sięconfessarпризнавать(ся)erkännaสารภาพsahip çıkmakthú nhận承认 (avwe)
verbe transitif
reconnaître Il a enfin avoué son crime.

avouer

[avwe]
vt [+ crime, défaut] → to confess to
avouer avoir fait → to admit to having done, to confess to having done
avouer que → to admit that, to confess that
avouer que oui
Je dois avouer que oui → I must admit that this is so.
avouer que non
Je dois avouer que non → I must admit that this is not so.
vi [suspect, criminel] → to confess