bâfrer

(Mot repris de bâfrés)

bâfrer

v.t.
Fam. Manger avidement et avec excès se gaver

bâfrer

(bɑfʀe)
verbe transitif
manger avec avidité bâfrer des petits gâteaux

BÂFRER

(bâ-fré) v. n.
Manger gloutonnement et avec excès. Populaire. Il se conjugue avec l'auxiliaire avoir.

HISTORIQUE

  • XVIe s.
    Il feut conclud que ils les bauffreroient sans rien y perdre [RAB., Gar. I, 4]
    On [au] dyable l'ung qui se feignoyt ; c'estoyt triumphe de les voir bauffrer [ID., Pant. II, 26]

ÉTYMOLOGIE

  • Berry, baufrer ; piémont. bafrè. Diez le rattache à bave, citant le picard bafe, gourmand, et baflier, baveur ; dérivation qui reste douteuse. On trouve dans l'ancien français baufrée, avec le sens de pièce et avec celui de soufflet ; ce qui porte à croire que bafre ou baufre signifie les joues et, par extension, joue pendante, pièce ; d'où viendrait bâfrer avec le sens qu'il a : de la sorte il se rattacherait au radical baf ou bav, lèvres (voy. BAFOUER). Il y a aussi dans le dictionnaire de Thomas, publié par Maï, t. VIII, p. 71 : bafer, grossus, turgidus, ventriculosus ; d'où l'on tirerait sans peine le verbe baferare, s'emplir la panse. Mais rien n'est certain.

bâfrer

BÂFRER. v. intr. Manger avidement et avec excès. C'est un homme qui ne fait que bâfrer. Il est bas.

bâfrer


BâFRER, v. n. BâFREUR, s. m. [1re lon. l'â doit porter un accent circonflexe. Le Rich. Port. ne le met pas. Joubert écrit bauffrer, mais mal.] Ces mots sont bas et populaires. L'Acad. marque le verbe actif, et dans les exemples il le marque neutre et sans régime. "Il aime à bâfrer, à manger; il ne fait que bâfrer. — Grand bâfreur, gourmand, qui aime excessivement à manger.

Synonymes et Contraires
Traductions

bâfrer

schransen, schrokken, gulzigeten, gulzig eten

bâfrer

wolf

bâfrer

manĝegi

bâfrer

[bɑfʀe]
vi → to guzzle, to gobble
vt → to guzzle, to gobble