bâillement

(Mot repris de bâillements)

bâillement

n.m.
1. Action de bâiller : Il réprime un bâillement d'ennui.
2. Fait de bâiller, d'être entrouvert ; ouverture de ce qui bâille : Le bâillement de sa chemise.

bâillement

(bɑjmɑ̃)
nom masculin
personne action de bâiller étouffer un bâillement

BÂILLEMENT

(bâ-lle-man, ll mouillées, et non ba-ye-man ; il faut avoir bien soin de donner à l'a le son marqué par l'accent circonflexe) s. m.
Inspiration grande, forte et longue, indépendante de la volonté, avec écartement plus ou moins considérable des mâchoires, et suivie d'une expiration prolongée.
En grammaire, rencontre de deux voyelles, l'une à la fin d'un mot, l'autre au commencement du mot suivant. Nous disons plus souvent hiatus.
Maladie particulière des faucons.

HISTORIQUE

  • XVIe s.
    Un ris, un baillement, comme quand on a envie de dormir, est reprehensible [AMYOT, Comm. il faut ouïr, etc. 21]

ÉTYMOLOGIE

  • Bâiller.

bâillement

BÂILLEMENT. n. m. Action de bâiller. Faire un bâillement prolongé. Être pris de bâillements. Manifester son ennui par des bâillements.

baillement

Baillement, Traditio, Tributio.

bâillement


BâILLEMENT, s. m. BâILLER, v. n. On écrivait autrefois baaillement, baailler. Ils expriment l'action de respirer en ouvrant la bouche extraordinairement et involontairement. "Avoir de fréquens bâillemens; bâiller d'ennui, de sommeil.
   Il se dit des chôses, figurément, dans le sens de s'entr'ouvrir~, être mal joint; porte qui bâille, cloison qui bâille.
   Rem. Dans ces deux mots l'â est long et doit porter un acc. circ. Dans les suivans, il est bref et sans acc. Bâ-glie-man, bâ-glié; mouillez les ll.

Traductions

bâillement

Gähnen

bâillement

yawn

bâillement

gaap, geeuw

bâillement

פיהוק (ז), פעירה (נ), פִּהוּק

bâillement

oscedo

bâillement

bostezo

bâillement

haukotus

bâillement

ásítás

bâillement

sbadiglio, sbadiglo

bâillement

欠伸

bâillement

하품

bâillement

bocejo

bâillement

哈欠

bâillement

зевок

bâillement

[bɑjmɑ̃] nmyawn