bâillonné, ée

BÂILLONNÉ, ÉE

(bâ-llo-né, née, ll mouillées, et non bâ-yo-né) part. passé.
Bâillonné par les voleurs, pour qu'il ne donnât pas l'alarme.
Les décollés, les bâillonnés, les brûlés, les incarcérés [VOLT., Lettr. d'Argental, 6 août 1766]
Fig. La presse bâillonnée par des lois rigoureuses.
Terme de blason. Il se dit de tout animal qui est représenté avec un bâton entre les dents.