béal

BÉAL

(bé-al) s. m.
Dans le Midi, nom d'un petit cours d'eau.
À un certain moment, l'eau a manqué pour alimenter les pompes, et M. le maire de la ville [Toulon] a dû faire détourner le béal communal et l'amener jusque sous les murs de l'arsenal [, Gaz. des Trib. 2 juill. 1873, p. 723, 3e col.]
Marie C.... se serait trouvée.... sur le fossé de la grand'route de Riols, pendant qu'on aurait transporté le cadavre de Françoise R.... vers le béal de Gargne [, Extr. de la Rev. de Saint-Pons, Hérault, dans Gaz. des Trib. 2 oct. 1873, p. 946, 3e col.]

HISTORIQUE

  • XVe s.
    Curer et nettoyer le bealaige de la riviere [DU CANGE, beale.]

ÉTYMOLOGIE

  • Bas-lat. beale, bedale, canal, de bedum (voy. BIEZ).