bégayer

(Mot repris de bégayaient)

bégayer

[ begeje] v.i.
Être atteint d'un bégaiement : Les bègues ne bégaient pas en chantant.
v.t.
Exprimer avec embarras : Elles ont bégayé des excuses balbutier, bredouiller

BÉGAYER

(bé-ghè-ié) , je bégaye, tu bégayes, il bégaye ou il bégaie, nous bégayons, vous bégayez, ils bégayent ou ils bégaient ; je bégayais, nous bégayions, vous bégayiez, ils bégayaient ; je bégayai ; je bégayerai ou bégaierai, ou bégaîrai ; je bégayerais ou bégaierais, ou bégaîrais ; bégaie, bégayez ; que je bégaye, que nous bégayions, que vous bégayiez, qu'ils bégayent ; que je bégayasse ; bégayant ; bégayé v. n.
Être affecté du vice de parole dit bégayement. Il bégaye si fort qu'on ne peut l'entendre.
Commencer à parler. Les enfants commencent à bégayer à douze ou quinze mois.
Fig. Parler de quelque chose avec hésitation, embarras.
Voilà mes faibles pensées ; je ne fais que bégayer ; mais qu'importe ? je veux bien paraître parler mal à propos par un excès de zèle [FÉNEL., XXII, 561]
On le vit bégayer avec les enfants, raisonner avec les doctes [FLÉCHIER, Panég. I, p. 309]
Terme de manége. Un cheval bégaye ou bat à la main, lorsqu'il secoue la bride en branlant la tête. Il se conjugue avec l'auxiliaire avoir.
V. a.
Il s'est mis à vous bégayer un compliment [SÉV., 492]
Sait d'un air innocent bégayer sa pensée [BOILEAU, Épît. IX]
Non pas en bégayant quelques paroles à l'oreille d'une gouvernante [J. J. ROUSS., Ém. I]
Apollon présidait au jour qui m'a vu naître ; Au sortir du berceau j'ai bégayé des vers [VOLT., dans GIRAULT-DUVIVIER]
Ici ma voix, mêlée aux chants de fêtes, De la patrie a bégayé le nom [BÉRANG., Souv. d'enfance.]

HISTORIQUE

  • XVe s.
    Pour ce que icelui prestre estoit moult chargié de vin ou de cidre en besgoiant.... [DU CANGE, balbuzare.]
    Soif que confort ne rassasie, Dueil baigné en froides sueurs, Begayant, et changeant couleurs, Par le vent de merencolie [CH. D'ORL., Bal. 88]
  • XVIe s.
    Voyez les uns un peu begayer sur le poinct de l'enfanter [MONT., I, 188]
    Il n'eust su dire trois mots sans begayer [DES PÉRIERS, Contes, XLVII]
    Ainsi qu'un pere begaye et faict le petit avec ses petits [CHARRON, Sagesse, I, 39]

ÉTYMOLOGIE

  • Picard, béguer ; wallon, bèketer ; namurois, bègui ; rouchi et génev. béguer. Bégayer dérive, par un substantif inusité bégai, du primitif béguer (voy. BÈGUE).

bégayer

BÉGAYER. (Il se conjugue comme BALAYER.) v. intr. Articuler mal les mots, les prononcer en hésitant et en répétant la même syllabe avant de prononcer celle qui suit. Cet homme bégaie si fort qu'on a toutes les peines du monde à le comprendre. On bégaie quelquefois par embarras, par timidité.

Il se dit par analogie du Langage imparfait des enfants qui commencent à parler. Cet enfant ne fait encore que bégayer.

Il signifie, par extension, Parler de quelque chose d'une manière très vague, très imparfaite. Les plus grands philosophes ne font que bégayer quand ils veulent parler de ce qui est inaccessible à la raison humaine.

Dans ces deux dernières acceptions, il peut être employé transitivement. Cet enfant commence à bégayer quelques mots. Cet écolier a bégayé sa leçon. Il nous a bégayé de plates excuses.

Synonymes et Contraires

bégayer

verbe bégayer
Parler avec embarras.
Traductions

bégayer

stammeln, stottern, lallenstutter, stammer, gibber, falterstotteren, stamelen, hakkelenגמגם (פיעל), גִּמְגֵּםbalbucejar, quequejarbalbutibalbucear, tartamudeardadogbalbutirestamme, stotregaguejar, balbuciar, tartamudearbalbettare, tartagliareيَتَلَعْثَمُ, يَتَلْعَثَمُkoktatstammeκεκεδίζω, τραυλίζωänkyttäämucatiどもる말을 더듬다jąkać sięзаикатьсяstamma, stamningติดอ่าง, พูดติดอ่างkekelemeknói lắp口吃, 口吃着说 (begeje)
verbe intransitif
parler en répétant les syllabes

bégayer

[begeje]
vt → to stammer
vi → to stammer