bénédiction

bénédiction

n.f.
1. Prière, cérémonie par laquelle un religieux bénit qqn, qqch : Bénédiction « urbi et orbi »
que le pape donne à la ville de Rome et au monde
2. Approbation sans réserve : Faire un investissement avec la bénédiction des actionnaires
C'est une bénédiction,
c'est un bienfait qui arrive au moment voulu : C'est une bénédiction que tu sois venu.

BÉNÉDICTION

(bé-né-di-ksion ; en poésie, de cinq syllabes) s. f.
Action de consacrer, de bénir avec les cérémonies de l'église. La bénédiction d'une église.
Action d'un prêtre qui bénit les assistants en faisant le signe de la croix.
Fêtes sacrées, mariage fortuné, voile nuptial, bénédiction, sacrifice, puis-je mêler aujourd'hui vos cérémonies et vos pompes avec ces pompes funèbres, et le comble des grandeurs avec leurs ruines ? [BOSSUET, Marie-Thér.]
Lui donne toutefois la bénédiction [BOILEAU, Lutr. I]
Nous entrâmes dans l'église au moment où le prêtre donnait la bénédiction [CHATEAUB., Génie, III, V, 3]
Action par laquelle les pères et les mères bénissent leurs enfants.
Elle me donna sa bénédiction [SÉV., 151]
Grâce et faveur particulière du Ciel.
Les bénédictions qu'il versa sur les Français [BOSSUET, Unité, 2]
Et ces bien heureuses prémices ont attiré une telle bénédiction sur la maison Palatine, que nous la voyons enfin catholique dans son chef [ID., Anne de Gonz.]
Les bénédictions qu'il verse sur ceux qui le craignent [FLÉCH., M. de Mont.]
Courez et servez bien le Dieu des nations ; Je répands sur vous tous ses bénédictions [M. J. CHÉN., Charles IX, IV, 5]
Fig. Maison, pays de bénédiction, maison, pays où tout afflue, abonde.
Ce précieux levain que Dieu conserve dans ce vaste diocèse non-seulement pour empêcher toute la masse d'aigrir et de se corrompre, mais pour la sanctifier peu à peu, pour l'étendre, l'augmenter, et en multiplier la bénédiction [MASS., Confér. Retraite.]
C'est une bénédiction, se dit quand tout abonde, réussit, comme par une faveur particulière du Ciel. Les vignes, cette année, sont chargées de grappes, c'est une bénédiction. Par extension et dans le langage familier, c'est une bénédiction, ou, que c'est une bénédiction, se dit de tout ce qui surpasse l'attente.
Elle engraissait, que c'était une bénédiction [HAMILT., Gramm. 10]
Il se laissait enfiler [au jeu de trictrac], que c'était une bénédiction [ID., ib. 3]
Enfin, cette locution se dit aussi par antiphrase. Le temps était affreux, il pleuvait, que c'était une bénédiction. Dans ces exemples, le que ne fait pas partie de la locution ; c'est une ellipse pour à tel point que.
Sentiments et expressions de gratitude. Sa charité lui attirait les bénédictions des pauvres. Être en bénédiction, être béni, aimé, respecté.
Dont la mémoire sera en bénédiction dans l'Église [BOSSUET, Exp. Avert.]
Ce monde où sa mémoire est en bénédiction [FLÉCH., Mont.]
La mémoire de M. de Thou est en bénédiction chez les Français [VOLT., Métaph. 9]

HISTORIQUE

  • XIe s.
    [Il] Leve sa main, fait sa beneïçun [, Ch. de Rol. CLX]
  • XIIe s.
    En paradis aurez benecion [, Ronc. p. 71]
    Tout en plorant [il] leur fit beneïçon [, ib. p. 98]
  • XIIIe s.
    Sire rois, grant beneïçon Vos doint li fils sainte Marie [, Ren. 20096]
    Biau chier filz, je te donne toutes les beneïssons que bon pere peut donner à fil [JOINV., 301]
  • XVe s.
    Et volt le roy qu'en chants melodieux et orgues fussent à Dieu chantées laudes et beneyssons [CHRIST. DE PISAN, Charles V, III, ch. 71]
  • XVIe s.
    Parquoi Dieu fait que toute nation, Sans fin te loue en benediction [MAROT, IV, 286]
    Et n'est demouré des hommes que le renom de leurs faitz de bien en benediction et de mal en malediction [, Rozier histor. I, 2]

ÉTYMOLOGIE

  • Provenç. benedictio, benediccio ; espagn. bendicion ; portug. bençao ; ital. benedizione, de benedictionem, de benedicere (voy. BÉNIR).

bénédiction

BÉNÉDICTION. n. f. Action de bénir, de consacrer au culte, au service divin avec certaines cérémonies. La bénédiction d'une église, d'une chapelle, des fonts baptismaux, d'un cimetière, etc. La bénédiction du pain, de l'eau, d'un cierge, etc.

Il désigne aussi l'Action d'un prélat ou d'un prêtre qui bénit une personne ou une chose en faisant sur elles le signe de la croix. Donner la bénédiction. Recevoir la bénédiction. Bénédiction nuptiale. Bénédiction des drapeaux.

Il se dit également de l'Action par laquelle les pères et mères bénissent leurs enfants. Bénédiction paternelle, maternelle. Je te donne ma bénédiction. Ses enfants lui demandèrent sa bénédiction.

Il signifie aussi Grâce et faveur particulière du Ciel. Dieu l'a comblé de bénédictions. Les bénédictions célestes. Dieu a répandu, a versé ses bénédictions sur cette famille. Dieu y a mis, y a donné sa bénédiction. Attirer, s'attirer les bénédictions du ciel.

Fig., Une maison de bénédiction, une Maison qui semble l'objet d'une particulière protection divine; et familièrement, une Maison où tout abonde. On dit aussi, dans un sens analogue, C'est un pays de bénédiction.

Fam., C'est une bénédiction, se dit en parlant d'une Grande abondance qui semble résulter d'une faveur divine particulière. Il y a cette année une énorme quantité de fruits, c'est une bénédiction. Il se dit populairement, et par une sorte d'ironie, pour marquer l'Excès d'une chose fâcheuse, désagréable; alors il est ordinairement précédé de que signifiant tellement que. Il pleut, il neige, que c'est une bénédiction. Il a été battu, que c'est une bénédiction.

Il se dit encore, surtout au pluriel, des Voeux qu'on fait pour la prospérité de quelqu'un, des souhaits qu'on forme en sa faveur. Si vous faites cette bonne oeuvre, vous mériterez toutes les bénédictions. Il a fait beaucoup de bien dans cette province et les habitants le comblent de bénédictions. Les bénédictions du pauvre.

Sa mémoire est en bénédiction, On se souvient de lui et on loue ses actes de bienfaisance, ses vertus, etc.

benediction

Benediction, Isaac donna sa benediction à ses enfans, Lustrauit filios suos Isaac numine paternae charitatis, B.

La coustume est que les peres et meres à leur mort donnent leur benediction à leurs enfans, Extrema precatione filios lustrare solent, B. Vt res fauste, prospereque eueniat, precari.

bénédiction


BÉNÉDICTION, s. f. [Bénédik-cion, en vers, ci-on: les deux premières é fer. tout bref.] 1°. Action par laquelle un Prêtre bénit les Assistans, ou un Évêque ou un Prêtre bénit une Abesse, une chapelle, des fonts, des cloches, etc. ou un Père et une Mère bénissent leurs enfans. = 2°. Grâce, faveur particulière du Ciel. "Dieu a répandu ses bénédictions sur cet homme, sur cette famille. = 3°. Voeu, souhait que l'on fait pour la prospérité de quelqu'un. "Les Pauvres lui donoient mille bénédictions. — En bénédiction. "Sa mémoire est en bénédiction.
   En style proverbial, un pays de bénédiction est un lieu où tout abonde, une maison de bone chère. On le dit aussi, et avec plus de raison, d'une famille sainte et vertueûse — Doner à quelqu'un sa bénédiction: le renvoyer, le congédier. "Je lui ai doné ma bénédiction. = * En parlant de la bénédiction du St. Sacrement, on dit: recevoir la bénédiction; mais aller à la bénédiction est un gasconisme. Il faut dire, aller au salut. DESGR.

Traductions

bénédiction

benediction, blessing, godsendברכה (נ), התברכות (נ), מגד (ז), קידוש (ז), הִתְבָּרְכוּת, קִדּוּשׁzegen, (in)zegening, zegeningαγιασμόςbênçãobenedizioneSegen祝福požehnánívelsignelse축복välsignelse (benediksjɔ̃)
nom féminin
1. accord, fait d'accepter donner sa bénédiction à qqn pour faire qqch
2. événement heureux, chance C'est une bénédiction.
3. religion acte par lequel un prêtre bénit qqn, qqch recevoir la bénédiction

bénédiction

[benediksjɔ̃] nfblessing
donner sa bénédiction à qn/qch → to give one's blessing to sb/sth
avec la bénédiction des autorités → with the blessing of the authorities