bêler

(Mot repris de bêleriez)

bêler

v.i.
1. Émettre un bêlement, en parlant du mouton, de la chèvre.
2. Péjor. Parler d'une voix chevrotante, geignarde ; chevroter, geindre.

BÊLER

(bê-lé) v. n.
Faire un bêlement, pousser des bêlements.
L'oiseau chante, l'agneau bêle, L'enfant gazouille au berceau ; La voix de l'homme se mêle Au bruit des vents et de l'eau [LAMART., Harm. I, 3]

PROVERBES

  • Brebis qui bêle perd sa goulée, c'est-à-dire à trop parler on perd le temps de manger, et aussi d'agir.
  • La brebis bêle toujours de même, c'est-à-dire on ne change guère les manières qui proviennent de la nature.
  • Il se conjugue avec l'auxiliaire avoir.

HISTORIQUE

  • XIIIe s.
    Qant il ala esbanoier, Les brebiz oit [il entend] es chans beller [, Ren. 6365]
    Lyons y belent et grans ours ; Grant joie i a de jongleours [, Fl. et Bl. 3149]
  • XVIe s.
    .... et quand une desdites testes [d'un agneau monstrueux] belloit, les autres faisoient le semblable [PARÉ, XIX, 20]
    Ils bellent comme les chevres [ID., Anim. 25]

ÉTYMOLOGIE

  • Provenç. belar ; espagn. balar ; ital. balare ; du latin balare.

SUPPLÉMENT AU DICTIONNAIRE

  • BÊLER. - HIST. XIIIe s. Ajoutez :
    Brebis recognoist son fil au baeler seulement [BRUN. LATINI, Trésor, p. 229]

bêler

BÊLER. v. intr. Faire entendre des bêlements. Les agneaux bêlent.

Prov., Brebis qui bêle perd sa goulée, Quand on cause beaucoup à table, on perd le temps de manger.

beler

Beler, voyez Beeller.

Traductions

bêler

bleat, baablaten, mekkeren, jammeren, jankenפעה (פ'), פָּעָהŝafblekibalarbelarebalareблеятьβελάζω (bele)
verbe intransitif
pour une chèvre ou un mouton, pousser son cri

bêler

[bele] vi → to bleat