bête

1. bête

n.f. [ du lat. bestia ]
1. Tout animal autre que l'homme : Le lion, le tigre sont des bêtes fauves
des fauves : Les ânes, les mulets sont des bêtes de sommeLes bêtes à cornes
animaux auxquels on fait porter des fardeaux : Les bêtes à cornes
bœufs, vaches, chèvres
2. Instinct animal chez l'homme : Dompter la bête en soi
Bête à bon Dieu,
coccinelle.
Bête à concours,
Fam. personne qui réussit brillamment dans ses études en raison, notamm., d'une grande capacité de travail.
Bête de scène,
Fam. artiste qui a une très grande présence sur scène, qui y déploie toute son énergie.
Chercher la petite bête,
s'évertuer à découvrir un défaut sans importance.
Comme une bête,
Fam. exprime une très grande intensité : Elle souffre, travaille comme une bête
beaucoup
La bête noire de qqn,
personne, chose que l'on déteste ou que l'on craint : La correction des copies, c'est sa bête noire. Ce critique est la bête noire des cinéastes.
Regarder qqn comme une bête curieuse,
regarder qqn avec étonnement et insistance.
Sale bête,
Fam. personne malveillante, méprisable.

bêtes

n.f. pl.
1. Le bétail : Elle mène les bêtes au pré
2. Petits animaux que l'on craint sans vouloir ou savoir les nommer ; vermine, vers, insectes : Il y a beaucoup de bêtes dans l'herbe de la pelouse.

2. bête

adj. [ de 1. bête ]
1. Dépourvu d'intelligence ; sot : Il est trop bête pour saisir la nuance
borné, stupide ; fin, intelligent, subtil : Un sourire bêteIl a posé une question très bête
idiot : Il a posé une question très bête
2. Se dit d'une personne distraite : Mais que je suis bête ! J'ai encore oublié ma clef !
3. Se dit de qqch de désolant, de regrettable : C'est bête que tu ne viennes pas
Bête comme chou,
Fam. facile à comprendre ou à faire : Un exercice bête comme chou
enfantin, simple
Bête comme ses pieds ou bête à manger du foin,
Fam. se dit d'une personne totalement stupide.
En rester tout bête,
rester sans réaction sous l'effet de la surprise, du désappointement.

BÊTE

(bê-t') s. f.
Tout animal excepté l'homme, ou, dans le langage scientifique, animal qui est placé, dans la série, au-dessous du genre humain. La bête est privée de raison. On a discuté sur l'âme des bêtes. Suivant Descartes, les bêtes sont des machines.
Viens mon chien, viens ma pauvre bête ; Mange malgré mon désespoir [BÉRANG., Violon brisé.]
Le vin ne fait pas mourir l'homme, il le rend bête [FÉN., Tél. VIII]
Par exemple, il ne croyait pas que les bêtes fussent de pures machines, comme on le peut croire par un effort de raisonnement et par la liaison d'un système qui conduit là ; il le croyait comme on croit communément le contraire, parce qu'on le voit ou qu'on pense le voir [FONTEN., Carré.]
Bêtes à cornes, les bœufs, les vaches, les chèvres, etc. Bêtes à laine, celles qui portent une toison. Bêtes à poil, boucs, chèvres, cochons. Bêtes de somme, celles qui portent des fardeaux. Bêtes de trait, celles qu'on attelle à une voiture. Bête épaulée, bête de trait ou de somme qui a l'épaule disloquée, et, en général, qui ne vaut plus rien et qui n'est plus en état de servir ; et figurément, une personne absolument sans capacité ; une fille qui a fait une faute. On l'a trompé, on lui a fait épouser une bête épaulée.
Bêtes féroces, celles qui se repaissent de chair et de sang. Bêtes farouches, celles qu'il est difficile d'approcher et presque impossible d'apprivoiser. Bêtes sauvages, celles qui vivent en liberté dans les bois et les campagnes.
En termes de chasse, bêtes fauves, les cerfs, les chevreuils, les daims, ainsi que leurs femelles et leurs faons. Bêtes noires, les sangliers, leurs femelles et leurs marcassins. Bêtes puantes, les renards, les blaireaux, les fouines, les putois, etc. Bêtes rousses ou carnassières, les loups, les renards, les blaireaux, les fouines, les putois, etc. Bêtes de compagnie, jeunes sangliers qui vont encore en troupes. Les bêtes, les biches. Au singulier et absolument, la bête, celle que poursuivent les chasseurs. La bête a donné le change. Lancer, détourner la bête. Fig. La bête est dans nos filets, nous nous sommes rendus maîtres de telle personne, nous l'avons fait tomber dans quelque piége.
Au pluriel et absolument, les bêtes, les animaux féroces que les Romains faisaient figurer dans le cirque. Les martyrs étaient livrés aux bêtes. Fig. Être livré aux bêtes, être livré au jugement, à la critique de gens ignorants ou passionnés.
En langage mystique, la bête, le caractère animal qui se retrouve au fond de l'humanité.
N'est-il pas juste d'imprimer le sceau douloureux de la croix sur une chair qui a été marquée tant de fois du caractère honteux de la bête ? [MASS., Jeûne.]
La grande bête, nom, dans l'Apocalypse, de l'Antechrist.
La partie animale de notre personne. Je suis fatigué, la bête n'en peut plus.
La bête noire, la bête d'aversion, ou simplement la bête, la personne qu'on déteste le plus.
Un amiral était sa bête [à Pontchartrain], et un amiral bâtard du roi son bourreau [SAINT-SIMON, 141, 63]
Pour les femmes, elles étaient toutes ses bêtes [à Larochefoucauld], à peine pouvait-il souffrir ses parentes [ID., 229, 72]
Je craindrais l'avarice, qui est ma bête [SÉV., 567]
J'aime bien moins mon peuple et la religion que je ne hais la révolution, qui est proprement ma bête noire [P. L. COUR., II, 260]
Personne de peu d'esprit, de jugement. Je n'ai été qu'une bête.
Chacun eût cru passer pour une bête [LA FONT., Fab. V, 1]
Ainsi cette raison [de l'homme] est une étrange bête [RÉGNIER, Sat. XI]
Fig. et familièrement. Une fine, une maligne bête, une personne rusée, méchante, artificieuse.
Et ne sais bête au monde pire Que l'écolier, si ce n'est le pédant [LA FONT., Fab. IX, 5]
Pour voir la prison où cette méchante bête était renfermée [HAMILT., Gramm. 9]
C'est une bonne bête, une personne de peu d'esprit, mais d'un bon naturel. C'est la bête du bon Dieu, il pousse la bonté, la crédulité jusqu'à la bêtise. Faire la bête, pleurer, s'attrister sans raison ; et aussi affecter la bêtise, et encore refuser mal à propos. Adj. Sot, stupide. Un air bête.
Elle ne songe qu'à se rendre bête [SÉV., 427]
Vraiment nous sommes bien bêtes [ID., 9]
C'est agir en dieu qui n'est pas bête [MOL., Amph. Prol.]
Bien m'y connais, et ne suis des plus bêtes ; Très peu s'en faut que ne soyez l'amour [LAFARE, à Mme B.]
Vous le verrez plus stupide et plus bête que le fils du manant [J. J. ROUSS., Ém. II]
Par exagération. Suis-je bête de pleurer ainsi ! Elliptiquement et familièrement. Pas si bête ! c'est-à-dire je ne suis pas assez sot pour faire telle chose.
10° Jeu de cartes qui se joue à quatre ou à cinq, en donnant cinq cartes à chacun, après avoir ôté du jeu les petites cartes.
À la bête, gémir d'un roi venu sans garde [BOILEAU, Sat. X]
11° Somme qu'on dépose quand on a perdu un coup et qui reste au jeu pour celui qui gagnera. Faire sa bête. Mettre la bête. Tirer la bête. Remonter sur sa bête, gagner le coup après celui où on a fait la bête et reprendre ce qu'on avait perdu ; et figurément, réparer une perte, un mécompte, une mésaventure.
Chavigny me demanda si le cardinal serait assez innocent pour ne se pas servir de cette occasion pour remonter sur sa bête [RETZ, II, 114]
12° Bête à Dieu, ou bête à Martin, ou bête à bon Dieu, nom vulgaire des coccinelles. Bête à feu, nom vulgaire des vers luisants. Bête noire, nom vulgaire du grillon et de la blatte. Bêtes rouges, insectes du genre acarus. Bête à la grande dent, un des noms vulgaires du morse. Bête de la mort, nom vulgaire de la chouette, effraie ou fresaie.

PROVERBES

  • Reprendre du poil de la bête, chercher son remède dans la chose même.
  • Morte la bête, mort le venin, c'est-à-dire un ennemi ne peut plus nuire quand il est mort, ou bien, après la mort de notre ennemi, notre ressentiment doit s'éteindre.
  • Quand Jean bête est mort, il a bien laissé des héritiers, c'est-à-dire il y a encore bien des sots au monde.

HISTORIQUE

  • XIe s.
    Beste [cheval] n'i a qui encontre lui aille [, Ch. de Rol. CXIII]
    Que n'i adeist [approche] ne beste ne lion [, ib. CLXXIV]
  • XIIe s.
    At dons Deus cure des beestes ? Il nen avoit fait mais ke dous nobles creatures, ki resnaules [raisonnables] estoient, et ki devoient estre bien aürouses [ST BERN., 524]
    Sauvages bestes ne les pourront manger [, Ronc. p. 83]
  • XIIIe s.
    De plus crueuse beste ne fut parole ouïe [, Berte, II]
    Car de paour [je] fuoie comme une beste mue [, ib. LII]
    Ours ne lion n'est ne beste sauvage, Qui, tel foiz est, ne freigne son vouloir De faire mal et ennui et domage [EUST. LE PEINTRE, dans Couci.]
    J'ai assez capons et gelines, Et assez bestes aumelines, Grosses brebiz et crasses vaches [, Ren. 11472]
    Se un home achate une beste restive, et que le vendeur li dit : ceste beste est restive, et je por restive la vos vens [, Ass. de Jér. I, 183]
    N'est mie legiere à garder La beste qui se veut embler [, Fl. et Bl. 1635]
    Et teles uzures apele on bestes de fer, porce qu'eles ne poent morir à lor segneurs [BEAUMANOIR, LXVIII, 18]
  • XIVe s.
    Et ceste [proposition] est false : homme est beste [ORESME, Prol.]
    En la maniere que l'en duit et chastie un asne ou un autre beste de labeur [ID., Eth. 326]
    Il s'ensuivroit que nulle des bestes mues [muettes] ne les enfans ne feissent nulle operacion voluntairement [ID., ib. 63]
  • XVe s.
    Les seigneurs sont gouvernés par le clergé, ils ne sauroient vivre et seroient comme bestes si le clergé n'estoit [FROISS., II, III, 27]
    [Ils étaient] hommes formés à la semblance de leur seigneur, et on les tenoit comme bestes [Discours des serfs anglais] [ID., II, II, 106]
    Seigneurs, vecy un homme honeste ; Par le grant Dieu ! ce n'est pas beste [, La Pass. de N. S. J. C]
    Qui ce feroit seroit bien beste [, Mir. de Ste Genev]
    Je treuve, quant à moi, que les gens sont bien bestes, Qui ne se font plus tost au vin rompre les testes, Qu'aux coups de coutelas, en cherchant du renom [BASSELIN, XIX.]
    Et croyez que Dieu n'a pas estably l'office du roy ne de prince pour estre exercé par les bestes ne par ceulx qui par gloire dient : je ne suis pas clerc [COMM., II, 6]
  • XVIe s.
    Chassans devant eux un grand butin de bestes blanches et d'aumailles [M. DU BELL., 408]
    Du poil de la beste qui te mordit ou de son sang seras guery [GÉNIN, Récréat. t. II, p. 237]
    Nous allons les uns après les autres comme les bestes de compagnie [CHARRON, Sagesse, II, 1]

ÉTYMOLOGIE

  • Bourguig. béte ; provenç. espagn. et ital. bestia ; portug. besta ; du latin bestia.

SUPPLÉMENT AU DICTIONNAIRE

    BÊTE. Ajoutez :
    13° La bête, absolument, se dit quelquefois pour la fouine, le putois, la belette.
    Dans mon paillier rien ne m'était resté ; Depuis deux jours la bête a tout mangé [LA FONT., Faucon.]
    14° Nom donné par les protestants à Rome, à l'Église romaine, qu'ils comparent à la bête de l'Apocalypse.
    Les vaudois et les albigeois, et Jean Wiclef et Jean Huss et tous les autres de cette sorte reviennent partout dans les nouvelles interprétations [des protestants] comme de fidèles témoins de la vérité persécutée par la bête [BOSSUET, Var. XIII, 37]

    REMARQUE

    • Corneille a dit faire de la bête, au lieu de faire la bête :
      J'ai fait autrefois de la bête, J'avais des Philis à la tête [CORN., Lexique, éd. Marty Laveaux]

bête

BÊTE. n. f. Animal privé de raison. Bête à quatre pieds. Bête sauvage. Bête farouche. Bête féroce. Bête brute. Bête à cornes. Bête à laine. Bête à poil. Bête de charge, de voiture. Bête de somme. Quelle vilaine bête! Une grosse bête. Une petite bête. Une bête venimeuse. Des peaux de bêtes.

Bête à bon Dieu, Nom vulgaire de la coccinelle.

Fam. et fig., Remonter sur sa bête, Recouvrer l'avantage ou le bien qu'on avait perdu, reprendre des forces, être rétabli dans un emploi.

Fam. et fig., Reprendre du poil de la bête. Voyez POIL.

Prov. et fig., Morte la bête, mort le venin, Un ennemi, un méchant ne peut plus nuire quand il est mort et, par extension, Le danger cesse avec la cause.

Fig. et fam., Vivre en bête, mourir en bête, Vivre, mourir sans aucun sentiment de religion.

Pop., Bête épaulée, Bête de trait ou de somme qui ne vaut plus rien et qui n'est plus en état de servir.

Fig. et fam., C'est la bête noire du pays, se dit de Quelqu'un qui est généralement haï. C'est ma bête noire, ma bête d'aversion.

Fig. et fam., C'est une fine bête, une maligne bête, se dit d'une Personne rusée et artificieuse. Ne vous fiez pas à lui, c'est une fine bête, une maligne bête.

Fig. et fam., C'est une bonne bête, se dit d'une Personne de peu d'esprit, mais d'un bon naturel.

En termes de Chasse, il désigne absolument le Cerf, le sanglier, le daim, ou tout autre animal qu'on poursuit dans les chasses à courre. Relancer la bête. Détourner la bête. La bête donne le change.

Fig. et fam., La bête est dans nos filets, Nous nous sommes rendus maîtres de telle personne.

Bêtes fauves, Les cerfs, les chevreuils, les daims. Bêtes noires, Les sangliers, etc. Bêtes puantes, Les renards, les blaireaux, etc.

Bêtes de compagnie, Jeunes sangliers qui vont encore par troupes.

BÊTES se dit absolument, au pluriel, des Bêtes sauvages, des animaux féroces que, chez les Romains, on faisait combattre dans le cirque et auxquels on livrait quelquefois des condamnés à mort. Combat de bêtes. Ces martyrs furent exposés, livrés aux bêtes. Ce saint martyr fut dévoré par les bêtes.

Fig. et par plaisanterie, Être condamné aux bêles, Être livré aux bêtes, Être livré à la critique des gens ignorants ou malveillants.

BÊTE se dit, figurément et familièrement, de Ce qui, dans l'homme, le rapproche de la bête : les sens, les passions, les appétits matériels. Si l'on pouvait toujours réfléchir, on ferait moins de fautes, mais la bête l'emporte.

Prov., Qui fait l'ange fait la bête, Celui qui veut trop s'élever au-dessus de la condition humaine tombe souvent au-dessous.

Il se dit aussi, figurément et familièrement, d'une Personne stupide ou qui n'a que peu ou point d'esprit, de bon sens. C'est une bête. C'est une vraie bête, une grosse bête, une grande bête.

C'est la bête du bon Dieu se dit d'une Personne qui pousse la bonté, la crédulité jusqu'à la bêtise.

Faire la bête, Affecter la bêtise. Vous faites la bête, mais vous me comprenez fort bien. Il signifie aussi Refuser quelque chose mal à propos, contre ses véritables intérêts. On vous offre un bel établissement, ne le refusez pas et n'allez pas faire la bête, ne vous avisez point de faire la bête.

Il s'emploie aussi adjectivement, dans l'acception de Qui est sot, stupide. Cet homme-là, cette femme-là est bien bête. Il est impossible d'être plus bête. Il est bête à manger du foin. Il n'est pas si bête qu'il en a l'air.

Il se dit souvent de la Conduite, des propos, des manières, etc. Une conduite bête. Un propos bête. Voilà une réponse bien bête. Rien de si bête que ce qu'il vient de dire, que ce qu'il a fait. Il écoutait d'un air bête.

Fam. et par ellipse, Pas si bête, Je ne suis pas assez sot pour consentir à faire telle chose. Il voulait m'entraîner à faire un mauvais marché; mais pas si bête.

BÊTE, nom, signifie aussi une Sorte de jeu de cartes auquel on joue à trois, à quatre ou à cinq. Jouer à la bête. Ce jeu, ou un jeu très approchant, s'appelle aussi Bête ombrée.

Il se dit également, en termes de jeux de Cartes, de la Somme que l'on dépose quand on a perdu un coup et qui reste au jeu pour être payée à celui qui gagnera le coup d'après ou un des coups suivants. Ma bête est sur le jeu. Faire la bête. Mettre sa bête. Tirer la bête, gagner la bête.

bête


BêTE, s. f. [1re ê ouvert et long, 2e e muet.] Animal irraisonable. "Bête sauvage, bête farouche, bête privée. — Bêtes fauves, les cerfs, les daims, les chevreuils: bête noire, le sanglier; bétes puantes, les renards, les blaireaux, etc.
   Figurément, bête se dit d'une persone stupide et qui n'a point d'esprit. On est bête par défaut d'intelligence; stupide par défaut de sentiment; idiot, par défaut de conoissance. GIR. Synon.
   Rem. 1°. Dans le style familier, bête régit quelquefois la prép. de: "Ma fille, voilà une sote bête de lettre: je ferois bien mieux de dormir. SÉV. — On dit, d'une chôse qu'on déteste, c'est ma bête, ou, ma bête noire, ou, ma bête d'aversion. "Vous êtes bien aise que ce ne soit pas votre afaire de résoûdre. Une résolution est quelque chôse d'étrange pour vous; c'est votre bête. SÉV. "La jolie, l'heureûse disposition (d'aimer à lire), on est au-dessus de l'ennui et de l'oisiveté, deux vilaines bêtes. La Même. Voyez AVERSION. "Cet Auteur est devenu la bête noire du public. — Voy. ANIMAL.
   2°. Dans le style précieux moderne, on emploie bête adjectivement. "Le sourire des sotes campagnardes, l'étonement bête des provinciaux. Observ. Fr. à Londres. "C'est une folie bien bête. Th. d'Éduc.
   On dit, en style proverbial, d'un désert, ou d' un endroit obscur: on n'y voit ni bêtes ni gens. — Prendre du poil de la bête; se guérir par les mêmes chôses qui ont causé le mal. — Remonter sur sa bête; rétablir sa fortune, recouvrer ses droits, son crédit. — Faire la bête; refuser quelque chôse mal-à-propos. — Vivre, mourir en bête, sans aucun sentiment de Religion. — Morte la bête, mort le venin; un homme mort ne peut plus nuire.

Synonymes et Contraires

bête

adjectif bête
Traductions

bête

(bɛt)
nom féminin
animal Une petite bête courait sur sa main.

bête

Tier, blöd, doof, dumm, erzdumm, albernbeast, animal, dumb, silly, stupid, foolish, brute, dense, thick, idiotic, daftbeest, dier, dwaas, dom, (dood)eenvoudig, de (instinctieve) mens, domkop, monsterbeest, onzinnig, uilskuiken, idioot, gek, suf, stom, dufאידיוט (ז), אידיוטי (ת), בהמה (נ), הדיוטי (ת), חיה (נ), טיפשי (ת), טמבל (ז), שטותי (ת), טִפְּשִׁיbees, dierbèstiazvíře, hloupý, pitomýdyr, dum, tåbeligζώο, θηρίο, κτήνος, μουρλός, παλαβός, κουτός, χαζόςbestobestia, animal, guajolote, guanajo, pavo, bobo, tontoeläin, tyhmä, typeräállatbebalanimale, bestia, scioccobestia, feradyr, fjollet, tøysetezwierzę, głupialimária, animal, besta, bicho, bobo, idiota, toloanimalзверь, глупыйbest, djur, fånigmnyamahayvan, hayvansal, aptalca, safأَبْلَه, أَحْمَقbudalast, šašavばかな, 愚かな어리석은โง่ngớ ngẩn愚蠢的野獸 (bɛt)
adjectif
stupide Il n'est pas bête.

bête

[bɛt]
nf
(tout animal)animal
les bêtes → animals
comme une bête [travailler] → like a dog
(= bestiole) → insect, creature
chercher la petite bête (fig) → to nit-pick
adjstupid, silly
bête de somme nfbeast of burden