babil

(Mot repris de babils)

babil

[ babil] n.m.
1. Bavardage continuel, enfantin ou futile.
2. Vocalisation spontanée des nourrissons ; lallation, babillage.

babil

(babil)
nom masculin
bébé sons que fait un bébé le babil d'un nouveau-né

BABIL

(ba-bill, ll mouillées) s. m.
Abondance de paroles faciles et sans importance.
Les jeunes filles acquièrent vite un petit babil agréable [J. J. ROUSS., Ém. v.]
Il écoutait au maillot le babil de sa nourrice [ID., Ém. I]
L'éloge va se placer comme de lui-même dans leur babil éternel [des académiciens] [MONTESQ., Lett. pers. 73]
Cri de la corneille et de plusieurs oiseaux.
Terme de chasse. Aboiement d'un limier qui a perdu la piste, ou qui donne trop de voix.

SYNONYME

  • BABIL, CAQUET. On dit que les pies et les perroquets caquettent ; ce sens reste dans l'emploi de caquet. Le caquet exprime une élévation de ton, une prétention à régenter ou à médire, et des propos bons ou mauvais. Babil n'implique rien de tout cela ; ce n'est que la simple effusion, en paroles faciles, d'une personne qui se complaît à parler.

HISTORIQUE

  • XVe s.
    Au fait d'amours, babil est peu de chose ; Riche amoureux a toujours l'avantage [VILLON, Ball.]
  • XVIe s.
    Ils convertissent la philosophie en un babil sophistique [CALV., Instit. 537]
    Des nonnains la doulce babille, Leur habit sainct, le chant d'icelles, Leurs ceremonies tant belles [MAROT, IV, 187]

ÉTYMOLOGIE

  • Island. bab, babil ; Dan. bable ; angl. to babble ; holl. babbelen ; allem. babbeln ; tous verbes qui signifient babiller. D'après Diez, c'est un mot fourni par l'imitation de la nature ; d'après d'autres, il viendrait de Babel, ce à quoi l'ensemble des formes ne se prête pas.

babil

BABIL. n. m. Abondance de paroles inutiles. Il nous étourdit par son babil.

babil

Babil, a Babel, seu Babylone, vbi extitit linguarum confusio. Loquacitas, Garrulitas.

Qui a trop de babil, Impendio loquacior,

babil


BABIL, s. m. [L'l finale se fait sentir, elle n'est pas mouillée.] Caquet. Superfluité excessive de parler. Acad. Abondance de paroles inutiles, hors de propos et importunes. Trév. Vice qui consiste à trop parler. Rich. Port. "Il nous étourdit par son babil: "Il n' a que du babil..
   Rem. BABIL, n'est pas un terme noble; et l'Ab. Des Fontaines a repris, avec raison. le P. Catrou de l'avoir employé dans son Hist. Rom. "Les Tribuns, par leur babil, entretinrent la discorde. Dict. Néol.

Synonymes et Contraires

babil

nom masculin babil
Littéraire. Bavardage continuel.
babillage, caquetage, jacassement -familier: jacasserie, papotage, parlote, parlotte -littéraire: prolixité, ramage.
Traductions

babil

babilado

babil

[babil] nm [enfant] → babbling