bagne

bagne

n.m. [ it. bagno, bain, par allusion à l'établissement de bains où l'on détenait, à Constantinople, les chrétiens destinés aux galères ]
1. Établissement, lieu où, jusqu'en 1942, était subie la peine des travaux forcés ou de la relégation ; la peine elle-même : Le bagne de Toulon
pénitencier : Vingt ans de bagne.
2. Fig. Lieu où l'on est astreint à un travail, à une activité très pénible : Cette usine, c'est le bagne !

bagne

(baɲ)
nom masculin
1. prison où l'on fait des travaux forcés prisonnier envoyé dans un bagne
2. figuré lieu où l'on est forcé de faire qqch de pénible Quel bagne, cette école !

BAGNE1

(ba-gn') s. m.
Lieu où sont renfermés les forçats.

ÉTYMOLOGIE

  • Ital. bagno ; espagn. baño, que les Arabes nomment ainsi, dit Cervantès. Mais le dire de Cervantès paraît erroné, et l'on ne trouve, ni dans l'arabe, ni dans le turc, aucun mot qui se rapproche de bagne en cette signification. On dit, et cela paraît vraisemblable, qu'à Constantinople il y eut un local de bains employé accidentellement à renfermer des prisonniers, et que de là vient le nom de bagne.

BAGNE2

(ba-gn') s. m.
Terme de jardinage. Tonneau contenant de la terre à pots tamisée.

bagne

BAGNE. n. m. Lieu où l'on tenait les forçats à la chaîne, où l'on renfermait les forçats après le travail. Le bagne de Brest, de Toulon. Il a été mis au bagne. Il a fait dix ans de bagne.

Fig., Mériter le bagne, se dit d'un Homme dont la moralité est détestable.

Par analogie, C'est un bagne, C'est un séjour odieux.

bagne


BAGNE, s. m. [Mouillez le gn, 2e e muet.] Lieu où l'on renferme les esclâves en Turquie. Ce n'est pas un mot turc; il vient de l'italien bagno, qui a cette signification. — On le dit aussi du lieu où logent les forçats qui ne sont pas sur les Galères.

Traductions

bagne

punlaborejo

bagne

затвор

bagne

監獄

bagne

vězení

bagne

fængsel

bagne

הכלא

bagne

fängelse

bagne

คุก

bagne

[baɲ] nmpenal colony
c'est le bagne (fig) → it's sheer slavery