bagues

BAGUES

(ba-gh') s. f. plur.
Bagage. Usité seulement en cette phrase : sortir vie et bagues sauves, sortir d'une place de guerre en sauvant ses bagues, c'est-à-dire avec permission d'emporter sur soi tout ce qu'on peut. Fig. Sortir, revenir bagues sauves ; se tirer heureusement d'un danger, d'une difficulté.

HISTORIQUE

  • XVe s.
    Le roy m'envoya parler à ceulx qui estoient dedans Mondidier, lesquelz s'en allerent leurs bagues saulves, et laisserent la place [COMM., IV, 3]
    ... Or je Vous laisse gantelet et dague, Car au surplus je n'ay plus bague De quoy je me pusse deffendre [VILLON, Arch. de Bagn.]
  • XVIe s.
    Ceulx de dedans lors bagues saulves crient [J. MAROT, V, 91]
    Marcou souloient crier, et faire grosses bragues, Mais ores vouldroient ils quicter harnoys et bagues [ID., V, 156]
    Herophytus conseilla aux alliez de prendre plus tost les bagues et despouilles des Perses, que les Perses mesmes [AMYOT, Cimon, 15]
    Gylippus leur envoya denoncer par un herault, qu'il leur permettoit de s'en pouvoir aller vies et bagues sauves hors de la Sicile [ID., Nicias, 35]

ÉTYMOLOGIE

  • Bourguig. baigues ; wallon, baguez, hardes ; provenç. bagua ; espagn. et ital. baga ; bas-latin, baga ; du celtique : gaélique et irl. bag ; kymri, baich ; bas-breton, beac'h, paquet, charge.

bagues

BAGUES. n. f. pl. Bagages. Il ne s'emploie que dans cette phrase : Sortir vie et bagues sauves, Sortir d'une place de guerre avec permission d'emporter sur soi tout ce qu'on peut. Il a vieilli.

Fig. et fam., Sortir, revenir bagues sauves, Sortir heureusement d'un danger.

Traductions