baiser

(Mot repris de baisants)

1. baiser

n.m.
Action de poser ses lèvres sur qqn, qqch ; geste de la main simulant un baiser : Couvrir qqn de baisers. Un baiser sur la joue. Envoyer des baisers.
Baiser de Judas,
démonstration d'affection hypocrite.

2. baiser

v.t.
1. Donner un baiser ; poser ses lèvres sur : Elle a baisé le front de son fils
2. Vulg. Avoir des relations sexuelles avec.
3. Très fam. Duper, tromper : Il s'est fait baiser

baiser


Participe passé: baisé
Gérondif: baisant

Indicatif présent
je baise
tu baises
il/elle baise
nous baisons
vous baisez
ils/elles baisent
Passé simple
je baisai
tu baisas
il/elle baisa
nous baisâmes
vous baisâtes
ils/elles baisèrent
Imparfait
je baisais
tu baisais
il/elle baisait
nous baisions
vous baisiez
ils/elles baisaient
Futur
je baiserai
tu baiseras
il/elle baisera
nous baiserons
vous baiserez
ils/elles baiseront
Conditionnel présent
je baiserais
tu baiserais
il/elle baiserait
nous baiserions
vous baiseriez
ils/elles baiseraient
Subjonctif imparfait
je baisasse
tu baisasses
il/elle baisât
nous baisassions
vous baisassiez
ils/elles baisassent
Subjonctif présent
je baise
tu baises
il/elle baise
nous baisions
vous baisiez
ils/elles baisent
Impératif
baise (tu)
baisons (nous)
baisez (vous)
Plus-que-parfait
j'avais baisé
tu avais baisé
il/elle avait baisé
nous avions baisé
vous aviez baisé
ils/elles avaient baisé
Futur antérieur
j'aurai baisé
tu auras baisé
il/elle aura baisé
nous aurons baisé
vous aurez baisé
ils/elles auront baisé
Passé composé
j'ai baisé
tu as baisé
il/elle a baisé
nous avons baisé
vous avez baisé
ils/elles ont baisé
Conditionnel passé
j'aurais baisé
tu aurais baisé
il/elle aurait baisé
nous aurions baisé
vous auriez baisé
ils/elles auraient baisé
Passé antérieur
j'eus baisé
tu eus baisé
il/elle eut baisé
nous eûmes baisé
vous eûtes baisé
ils/elles eurent baisé
Subjonctif passé
j'aie baisé
tu aies baisé
il/elle ait baisé
nous ayons baisé
vous ayez baisé
ils/elles aient baisé
Subjonctif plus-que-parfait
j'eusse baisé
tu eusses baisé
il/elle eût baisé
nous eussions baisé
vous eussiez baisé
ils/elles eussent baisé

BAISER1

(bè-zé) v. a.
Appliquer sa bouche sur le visage, la main ou un objet quelconque. Son père le baisa et le congédia. Il portait un reliquaire qu'il baisait avec effusion.
Viens baiser cette joue et reconnais la place Où fut jadis l'affront que ton courage efface [CORN., Cid, III, 6]
Et baiser une main qui nous perce le cœur [ID., Hor. IV, 4]
Apprenons .... à trahir nos amis, nos ennemis baiser [RÉGNIER, Sat. IV]
Chacun baise en tremblant la main qui nous enchaîne [VOLT., M. de Cés. II, 2]
Il baise avec respect ce vase qu'il me rend [CORN., Pomp. V, 1]
Allons à nos martyrs donner la sépulture, Baiser leurs corps sacrés, les mettre en digne lieu [ID., Poly. V, 6]
Tu le vois tous les jours, devant toi prosterné, Baiser avec respect le pavé de tes temples [RAC., Esth. Prol.]
Les colonels [russes] ainsi traités [battus de verges] par leurs soldats, furent encore obligés de les remercier, selon l'usage oriental des criminels, qui, après avoir été punis, baisent la main de leurs juges [VOLT., Russie, 4]
Fig.
Hé, se peut-il qu'un roi craint de la terre entière, Devant qui tout fléchit et baise la poussière.... [RAC., Esth. II, 7]
Les rois des nations devant toi prosternés De tes pieds baisent la poussière [ID., Athal. III, 7]
Il faut pouvoir baiser ses fers et aimer son esclavage [MASS., Bonh.]
Elle nous fait baiser la main qui nous frappe [ID., Dégoûts.]
Baiser la main, porter sa main par respect près de sa bouche, quand on veut présenter ou recevoir quelque chose, ou quand on veut saluer quelqu'un. Anciennement, baiser dans le sens de rendre ou de recevoir visite, parce qu'on se baisait à chaque visite.
Vous avez donc baisé toute la Provence ? [SÉV., 229]
Familièrement. Baiser les mains à quelqu'un, lui faire ses compliments.
Sur cela je vous baise très humblement les mains [SÉV., 10]
Je baise les mains à monsieur le docteur [MOL., Mar. forcé, 6]
Ironiquement. Je vous baise les mains, je ne suis pas de cet avis, je ne ferai pas ce que vous voulez.
Répare ce malheur et me sois secourable. - Je vous baise les mains, je n'ai pas le loisir [MOL., l'Étour. II, 7]
Je vaux bien que de moi l'on fasse plus de cas, Et je baise les mains à qui ne me veut pas [MOL., F. sav. V, 4]
Fig. Vous devriez baiser la trace de ses pas, c'est-à-dire vous devriez à chaque instant lui prouver votre reconnaissance, votre respect. Populairement, à certains jeux, baiser le cul de la vieille, perdre sans prendre un point, sans gagner un coup. Terme de féodalité. Baiser le verrou, la serrure, espèce d'hommage du vassal, le seigneur étant absent.
Par extension. Toucher légèrement.
Ces flots qui baisent sans murmure Les flancs de ce rocher.... [V. HUGO, Orient. 14]
L'onde qui baise ce rivage, De quoi se plaint-elle à ses bords ? [LAMART., Méd. II, 15]
Ancien terme de mathématiques. Avoir une osculation ou un contact de second ordre.
Fig. Arriver jusqu'à.
Ceux du conseil des finances y entrèrent ce jour-là sans en savoir davantage que le public, ni même si l'affaire baiserait ou non le bureau de ce conseil [SAINT-SIMON, 284, 113]
Se baiser, v. réfl.
Il est constant qu'elles se baisent de meilleur cœur devant les hommes [J. J. ROUSS., Ém. V]

HISTORIQUE

  • XIe s.
    Quand l'ot [ouit] Marsile, si l'ad baiset al col [, Ch. de Rol. XLIV]
  • XIIe s.
    Au departir de li [elle] [il] l'a doucement baisie [, Sax. VII]
    Fait dunc li arcevesques, cui Deus esteit mult près : Sire, à l'onur de Deu e la vostre vus bes [, Th. le mart. 109]
    Si vint devant le rei, si aürad à terre, puis sil baisad li reis [, Rois, 172]
  • XIIIe s.
    En larmes et en pleurs souvent le baiserai [, Berte, VII]
    La terre mout souvent par humbleté [elle] baisoit [, ib. XXVIII]
    Il deviennent si homme, chascun en foy [il] baisa [, ib. CXXXI]
    Grant joie fait à sa mesnie, Qui devant li est esmaïe, Celui bese et cestui enbrace [, Ren. 11851]
    Et, par behordeïs [combat] de vens, Les undes de mer eslevans, Font les flots as nues baisier [, la Rose, 19147]
    Et tu qui la rose baisas, Par quoi de duel si grant fais as, Que tu ne t'en sez apaisier ? Cuidoies-tu tous jors baisier, Tous jors avoir aide et delice ? [, ib. 6771]
    Et ces choses dites, il le doit baisier en fei, et crier quanque il peut : Entrez [, Ass. de Jér. I, 30]
    Et lors vint frere Henri de Ronnay à li, qui avoit passé la riviere, et li besa la main tout armée [JOINV., 228]
    L'en disoit que la royne Blanche le [le fils d'Élisabeth de Thuringe] besoit ou [au] front par devocion [ID., 206]
  • XIVe s.
    Toutes bouches qui rient à le fois [parfois], te dist-on, Ne voilent [veulent] pas baisier ; bien souvent le voit-on [, Baud. de Seb. XIII, 42]
  • XVIe s.
    Ou elle tient Ascaigne qu'elle embrasse, Et baise en luy de son pere la grace [DU BELLAY, IV, 8, verso.]
    Je sçay le vent Libyen, Je sçay bien Quelz flots ceste coste baisent [ID., IV, 35, recto.]
    De là il donne à ces deux cornettes qui venoient de charger les Suisses, et aux Lanskenets qui ne les avoient fait que baizer [aborder] [D'AUB., Hist. I, 168]
    Avant que cette armée eut baisé [gagné] la frontière [ID., II, 179]
    Tout cela exploité si courageusement, que sans la venuë des Anglois ils allaient baiser [atteindre] l'artillerie [ID., III, 391]
    Là sera ajusté et ajencé l'escusson, de telle sorte que l'escorce de la partie superieure baise la ligne traversante [de l'incision de l'arbre] [O. DE SERRES, 668]

ÉTYMOLOGIE

  • Bourguig. boisé ; picard, boisier, bager ; wallon, bâhi ; namurois, bauji ; rouchi, basier ; provenç. baisar ; espagn. bezar ; portug. beijar ; ital. baciare ; du latin, basiare.

SUPPLÉMENT AU DICTIONNAIRE

    1. BAISER. Ajoutez : - REM.
  • 1. Figurément, baiser les mains signifie aussi dire adieu, renoncer.
    Elle va louer une maison pour cent ans, et baise très humblement les mains à la pauvre Bretagne [SÉV., 236]
    S'il est ainsi, je vous baise les mains, Muses ; gardez vos faveurs pour quelqu'autre [J. B. ROUSS., Liv. I, Epître I]
  • 2. C'est à grand tort que plusieurs écrivains remplacent baiser par embrasser. On lit souvent : il lui embrasse les mains. Ainsi défigurée, la locution devient ridicule.

BAISER2

(bè-zé) s. m.
Action de celui qui baise.
Donner, recevoir un baiser.... de prendre un baiser il forma le dessein [LA FONT., Fianc.]
.... Mes premiers baisers s'adresseront à vous, Qu'une si longue absence a séparé de nous [ROTR., Antig. II, 4]
Baiser de paix, baiser en signe de réconciliation.
Il n'a donné à J.-C. le baiser de paix que pour le trahir [MASS., Rech. 1]
Baiser de Judas, baiser perfide.
Je ne vous donnerai pas un baiser de traître [BOSSUET, Messe.]

HISTORIQUE

  • XVIe s.
    Un long baiser [DU BELLAY, IV, 75, recto.]
    Car je baisois volontiers une bouche Qu'à plein baiser des deux levres on touche [ID., IV, 75, verso.]

ÉTYMOLOGIE

  • Baiser.

SUPPLÉMENT AU DICTIONNAIRE

    2. BAISER. Ajoutez :
  • Baiser Lamourette, réconciliation peu durable, ainsi dit d'un embrassement général qui eut lieu entre les députés à l'Assemblée nationale, sur un appel chaleureux à la conciliation fait par M. Lamourette, en 1792 ; mais, le moment d'enthousiasme passé, chacun retourna à son parti.

baiser

BAISER. v. tr. Appliquer sa bouche sur le visage, sur les lèvres, sur quelque partie du corps d'une personne, par amitié, par amour, par civilité, par respect. Baiser quelqu'un. Baiser à la bouche, à la joue, au front. Baiser sur la bouche. Baiser la main d'une femme. Par extension, Il regardait deux pigeons se baiser.

SE BAISER se dit de même, figurément et familièrement, de Certaines choses qui se touchent, qui sont en contact. Deux arbres qui se baisent dans une charmille. Deux pains qui se baisent dans le four. Il n'avait à son feu que deux pauvres tisons qui se baisaient.

BAISER se dit aussi en parlant des Choses sur lesquelles on applique la bouche en signe de vénération et de respect. Baiser la croix, des reliques. Baiser une image par dévotion. Baiser la terre par humilité. Baiser la mule du pape. Baiser l'anneau de l'évêque. Donner la paix, la patène à baiser. Baiser le bas de la robe d'une reine, d'une princesse.

Fig., Vous devriez baiser la trace de ses pas, chacun de ses pas, Il vous a rendu de très grands services, vous lui devez beaucoup de reconnaissance.

Fig. et fam., Baiser les mains à quelqu'un, Lui faire ses compliments. Je n'ai que le temps de venir vous baiser les mains et je pars. Dites à monsieur un tel, à madame une telle que je lui baise les mains, que je lui baise très humblement les mains.

Fam., Je vous baise les mains, se dit ironiquement pour témoigner à une personne qu'on n'approuve point ce qu'elle dit ou qu'on no veut pas faire ce qu'elle demande.

baiser

BAISER. n. m. Action de celui qui baise. Baiser d'amitié. Chaste baiser. Baiser amoureux. Doux baiser. Donner un baiser, des baisers à quelqu'un. Rendre un baiser. Recevoir un baiser. Elle lui a laissé prendre un baiser. Dérober un baiser. Il lui a demandé un baiser. Elle lui a refusé un baiser.

Baiser de paix, Baiser qui se donne et se reçoit en signe de réconciliation et de bonne intelligence. Il se dit aussi de la Cérémonie qui se fait à la grand-messe, lorsque le célébrant et ses ministres s'embrassent.

Fig., Baiser de Judas, Baiser d'un traître.

baiser

Baiser quelqu'un, Basiare, Affigere osculum, Aliquem osculo impertire, Osculum dare, aut ferre, aut pangere, Osculari, Suauium dare, aut facere, Sumere suauium, Suauiari.

Baiser quelque chose, Libare aliquid. B.

Baiser hastivement en passant, Osculum ingerere.

Baiser, ou estre baisé, Osculari, Exosculari.

Baiser doucement, Dissauiari.

Baiser estroittement, Deosculari.

Baiser sa fille, Oscula libare natae.

Baiser quelqu'un en rendant l'ame, Extremum spiritum alicuius excipere.

Baiser la terre, Contingere terram osculo.

Baise-la à ma requeste, Ei meis verbis suauium des.

Il ne baisoit pas de bon coeur, il n'y prenoit pas grand plaisir, Osculum illud fuit, non suauium.

baiser

Un baiser, Basium, Osculum, Suauium.

Je ne parle point des baisers et accolées, Je n'en fay conte, Mitto iam osculari atque amplexari, id nihil puto.

baiser


BAISER, v. a. [Bèzé, 1re è moy. et long. 2e é fer. la 1re est encôre plus longue devant l'e muet; il baise.] Apliquer sa bouche ou sa jouë sur le visage ou sur la main de quelqu'un, par amitié, par civilité, etc. Acad. Il me paraît que quand on n'aplique que la jouë, c'est embrasser et non pas baiser. D'ailleurs, aplique-t-on la jouë sur la main.? — Trévoux dit doner un témoignage de respect, d'amitié, etc. par l'atouchement de la bouche. — Le Rich. Port. "Aprocher sa bouche ou sa jouë de celle d'un autre pour marque d' amour ou d'amitié. Cette définition a les défauts de celle de l'Acad. et borne l'action de baiser au baiser de la bouche et de la joue, sans parler du baiser de la main, ni des pieds, etc. J'aime donc mieux la définition de Trév. qui est aplicable à toutes les manières de baiser. "Baiser quelqu'un à la jouë, à la bouche, au front, etc. Baiser la main; baiser les pieds, acte d'humilité, de mortification, en usage dans les maisons religieuses. Baiser la Croix, les Reliques; baiser l'anneau de l'Évêque, la paix, la terre par humilité. Baiser le bâs de la robe d'une Reine, d'une Princesse.
   BAISER les mains, est un terme de compliment et de civilité. On dit plus souvent, Faire ses baise-mains. — Ironiquement, Je vous baise les mains, je suis votre serviteur; se dit, pour signifier qu'on ne croit rien de ce que quelqu'un dit, ou qu'on ne fera rien de ce qu'il demande. = Il est beau au figuré. Le P. Marion fait dire à Charles I.
   Ah! cessons de nous plaindre, et soufrons sans murmure...
   Tu le veux, ô mon Dieu, j'adore tes desseins,
   Et je baise les coups qui partent de tes mains.
       Cromwel.
La métaphôre est trop forte. On dit bien, baiser la main qui nous frape; mais baiser les coups, etc. c'est outrer les droits du style figuré.
   BAISER, se dit, au réciproque, des chôses qui se touchent, qui se joignent. Deux pains qui se baisent, deux tisons qui se baisent.

baiser


BAISER, s. m. Action de celui qui baise. Baiser de paix, d'amitié, etc. On apèle proverbialement, baiser de Judas, le baiser d'un traître.

Synonymes et Contraires

baiser

nom masculin baiser
Action de poser ses lèvres sur.
-familier: bécot, bise, bisou, bizou, mimi, poutou -populaire: patin, pelle.

baiser

verbe intransitif baiser
Populaire. Accomplir l'acte sexuel.
faire l'amour -familier: copuler, coucher avec, forniquer -littéraire: connaître -populaire: coïter, à deux bête à deux dos.

baiser

verbe transitif baiser
1.  Poser ses lèvres sur quelqu'un.
bécoter, embrasser -familier: bisouiller, bisouter -vieux: baisoter.
2.  Populaire. Duper quelqu'un.
Traductions

baiser

Kuß, küssen, ficken, pimpern, poppen, vögelnkiss, fuck, screw, have sex, bangkus, naaien, zoen, kussen, wippen, copuleren, neuken, vozen, zoenenהשתגל (התפעל), התנה אהבים, התנשקות (נ), התעלס (התפעל), זיין (פיעל), נישוק (ז), נישק (פיעל), נשיקה (נ), נשק (פ'), הִשְׁתַּגֵּל, זִיֵּן, נְשִׁיקָה, נִשֵּׁק, נָשַׁק, דפק, זייןkus, neuk, soenناك, ينيك, قُبْلَةٌеба, чукам, шибамbesar, fer l’amor, follar, petópolibek, libatkys, bolle, kneppe, kysse, puleφιλί, γαμώ, φιλώ, συνουσιάζομαι, ασπασμόςfiki, kisi, kiso, seksumibeso, besar, follar, joder, ósculoبوس, گائیدن, ماچsuudella, suukkoचोदनाbaszik, baszni, csók, csókol, megbasznikoss, kyssa, ríðabacio, baciare, fottere, scopare, trombareエッチする, キス씹하다, 키스kyss, knulle, kysse, pulepocałunek, całować, jebać, pieprzyć, pierdolićbeijo, transar, beijar, coitar, comer, copular, foder, montar, pinar, treparfute, sărutaпоцелуй, ебать, ебаться, ети, еть, заниматься сексом, сношаться, трахать, трахатьсяdrbať, jebať, mrdať, pichať, šukať, trtkaťfukatipuss, kyss, kyssa, pussabuse, öpücük, , , , , 接吻poljubacการจูบnụ hôn (beze)
nom masculin
fait d'embrasser donner un baiser à qqn

baiser

[beze]
nmkiss
vt
[+ main, front] → to kiss
(= faire l'amour avec) → to shag >, to screw >
vi (= faire l'amour) → to shag >, to fuck >