balèvre

BALÈVRE

(ba-lè-vr') s. f.
L'ensemble des lèvres, avec un sens de dénigrement et de mépris.
Terme d'architecture. L'excédant d'une pierre sur une autre, près d'un joint. Éclat produit dans la pierre, près du joint, par une trop grande pression.
Dans la fonderie, inégalités à la surface d'une pièce fondue. Dans la serrurerie, le fer qui à l'extrémité d'un barreau, excède la traverse dans laquelle ce barreau est assemblé.

REMARQUE

  • L'Académie définit ce mot lèvre inférieure. C'est une erreur de sens, produite par une fausse étymologie.

HISTORIQUE

  • XIIIe s.
    Si a son balevre retret, Les eulz clot et la langue tret [, Ren. 3955]
    Je oy dire que il en fist cuire [brûler] le nez et la balevre à un bourgeois de Paris [JOINV., 293]
    Les cheveus ot tout hericiés, Les yex crues [creux] en parfond gliciés, Vis pale et balievres sechies [, la Rose, 10202]
  • XIVe s.
    Nous voulons qu'on lui fende [au blasphémateur] la levre de dessus d'un fer chaud et que les dens lui apparoissent ; à la tierce fois, la levre de dessous ; et à la quarte toute la baslevre [DU CANGE, banlauca.]
    Les fist mener jusque vers le gibet, et coper les nés et bauleffres [ID., ib.]
    Le baulievre dessus, c'est assavoir ce qui est entre le nez et le baulievre desous [ID., ib.]
    Aiez la teste droite et les bolievres tousjours mouvans en disant oroisons ou prieres [, Ménagier, I, 2]
  • XVe s.
    Quand ils sentirent ces sagettes qui leur perçoient bras, testes et baulevres [FROISS., I, I, 287]
  • XVIe s.
    Aussi se cognoit aucunement l'aage des chevaux aux balievres crespues de dessus, contant pour autant d'années qu'on y treuve de plissures [O. DE SERRES, 304]

ÉTYMOLOGIE

  • Le sens des exemples prouve que balèvre signifie l'ensemble des lèvres, et aussi la lèvre de dessus ou la lèvre de dessous. Aussi dans du Cange, donne-t-on pour étymologie ban, comme dans banlieue, signifiant pourtour. Mais en comparant les mots qui ont le même préfixe, on voit qu'ici il y a la particule ba, au sens dépréciatif (voy. BA-), et lèvre.

SUPPLÉMENT AU DICTIONNAIRE

    BALÈVRE. - HIST.
  • XVIe s. Ajoutez :
    Les Indes la peignent [la beauté] noire et basannée.... et chargent de gros anneaux d'or le cartilage d'entre les nazeaux.... comme aussi la balievre de gros cercles enrichis de pierreries [MONT., II, 201]

balèvre

BALÈVRE. n. f. Ensemble des lèvres avancées et faisant la moue. Dans ce sens il a vieilli et est inusité.

Il désigne spécialement, en termes d'Arts, Légère saillie qu'une pierre, une pièce de charpente, de menuiserie ou de serrurerie, mal dressées, présentent près de leurs joints d'assemblage dans une construction.

Il se dit aussi, à propos d'un ouvrage coulé en plâtre ou fondu en bronze, des Parties de la matière qui font saillie sur la surface de l'épreuve moulée et présentent des plans inégaux.