balustre

balustre

n.m.
Colonnette renflée servant d'appui à une balustrade.

BALUSTRE

(ba-lu-str') s. m.
Nom donné à de petits piliers à hauteur d'appui joints par leur sommet, pour enfermer quelque espace. Un balustre de pierre.
Là ce balcon s'enferme en un balustre d'or [BOILEAU, Art p. I]
Balustrade, assemblage de plusieurs balustres servant de clôture dans une église. Petits piliers qui se mettent autour du lit des princes.
Quand est-ce qu'on a étalé plus de titres, plus de couronnes, plus de balustres ? [BOSSUET, Honn. 1]
Le roi fit entrer Portland dans le balustre de son lit, où jamais étranger n'était entré [SAINT-SIMON, 54, 150]
Balustre de chapiteau de la colonne ionique, partie latérale du rouleau qui fait la volute.
Ornement au-dessous de l'anneau d'une clef. Partie de la monture d'un chandelier. Petite colonne ornant le dos d'une chaise.

HISTORIQUE

  • XVIe s.
    Elle est environnée de parabandes et accoudoirs sur des balustres [O. DE SERRES, 602]

ÉTYMOLOGIE

  • Espagn. balaustre et barahuste ; ital. balaustro ; du grec, fleur du grenadier, parce que chaque pilier ressemble, par le renflement de son milieu, à cette fleur.

SUPPLÉMENT AU DICTIONNAIRE

  • BALUSTRE, ÉE (ba-lu-strée), part. passé. Garni d'une balustrade.
    Le pont [de bateaux pour traverser un fleuve] a quatre petites guérites aux quatre coins, et le reste est balustré [PELLISSON, Lett. hist. t. I, p. 125]

balustre

BALUSTRE. n. m. Sorte de petit pilier façonné. Balustre de marbre. Balustre de bronze. Balustre de bois. Balustre bien tourné.

Il se prend aussi pour un Assemblage de plusieurs balustres servant de clôture dans une église ou dans une chambre. Balustre d'autel.

Traductions

balustre

baluster

balustre

balaústre