basse-cour

(Mot repris de basses-cours)

basse-cour

n.f. (basses-cours).
Cour, bâtiment d'une ferme où l'on élève la volaille et les lapins ; l'ensemble des animaux qui y vivent.

BASSE-COUR

(bâ-se-cour) s. f.
Terme d'économie rurale. Ensemble des bâtiments et cours habités par les animaux domestiques, et de toutes les dépendances qui s'y rattachent.
Dans les habitations de princes ou de bourgeois, cour destinée aux écuries, aux équipages, etc.
Dedans la basse-cour [il] vient de faire paraître Ce port grave et charmant qui le fait reconnaître [ROTR., Bélis. I, 4]
Familièrement et fig. Nouvelles de basse-cour, bruits sans fondement et indignes de foi. Au plur. Des basses-cours.

HISTORIQUE

  • XVe s.
    La basse-cour [partie de la fortification des châteaux] fut prise et arse [FROISS., II, II, 65]
  • XVIe s.
    Au milieu de la basse court estoit une fontaine [RAB., Garg. I, 54]

ÉTYMOLOGIE

  • Bas et cour.

basse-cour

BASSE-COUR. n. f. Cour d'une ferme, où l'on entasse le fumier, où se trouve assez ordinairement une mare d'eau et où l'on nourrit la volaille, etc. Il a une basse-cour bien fournie de volailles. Ce fermier paye son propriétaire du produit de sa basse-cour. De grandes basses-cours. Les travaux de la basse-cour.

Fille de basse-cour, Servante qui s'occupe des animaux domestiques.

Il se dit aussi, dans les maisons de campagne des particuliers, de la Cour ou des cours destinées à des usages qui ont quelques rapports avec ceux des cours de fermes.

bâsse-cour


BâSSE-COUR, s. f. [Bâce-cour; 1re lon. 2e e muet.] Cour qui sert au ménage d'une maison de campagne. — Dans les palais, cour séparée de la principale cour, et destinée pour les écuries, les remises, etc. — On apèle proverbialement, nouvelles de bâsse-cour, des nouvelles fausses et mal fondées.

Traductions

basse-cour

אווזייה (נ)pollaioHof (bɑskuʀ)
nom féminin pluriel basses-cours
ensemble des petits animaux élevés dans uneferme

basse-cour

[basses-cours] (pl) [bɑskuʀ] nf
(= lieu) → farmyard
(= animaux) → farmyard animals