baste

BASTE1

(ba-st' ; et quelquefois, dans la conversation, bâ-t') interj.
Elle indique qu'on se contente, qu'on ne se fâche pas. Baste pour cela ou, simplement, baste, passe pour cela.
Baste ! ce n'est pas peu que deux mille francs dus Depuis deux ans entiers nous soient ainsi rendus [MOL., l'Étour. I, 6]
Elle marque le dédain ; il n'importe.
Baste ! songez à vous dans ce nouveau dessein [ID., ib. IV, 1]
Baste ! laissons là ce chapitre [ID., Méd. malg. lui, I, 1]
Terme de marine. Baste ou vaste, commandement qui signifie : Assez, Tiens bon, Arrête !

HISTORIQUE

  • XVIe s.
    Ilz entrarent en la case mal bastie, .... baste, dist Epistemon.... [RAB., Pant. III, 17]
    Ou si c'est un malheur, baste, je delibere De vivre malheureux en si belle misere [RONS., 132]
    Baste. qu'elles peuvent, sans nous, renger la grace de leurs yeulx à la gayeté, à la severité [MONT., III, 281]

ÉTYMOLOGIE

  • Ital. basta, de bastare, suffire (voy. BASTANT).

BASTE2

(ba-st') s. m.
L'as de trèfle, aux jeux de l'hombre et du quadrille. Le baste est le troisième des matadors.

ÉTYMOLOGIE

  • Espagn. basto, trèfle, proprement bâton, massue, à cause de la forme des trèfles (voy. BÂTON).

baste

BASTE. n. m. As de trèfle, aux jeux de l'hombre, du quadrille, etc.

baste

BASTE. Interjection qui sert a exprimer qu'on ne s'inquiète pas d'une menace, qu'on tient peu de compte des paroles de quelqu'un. Il dit cela : baste! il n'en fera rien.

baste

une Baste, Stropha.