bataille

bataille

n.f. [ lat. battalia, escrime ]
1. Combat important entre deux groupes armés : La bataille de Stalingrad. Les troupes ont livré bataille
ont combattu
2. Lutte réelle ou par jeu entre deux ou plusieurs personnes : La police est intervenue pour mettre fin à une bataille
bagarre, rixe : Bataille de boules de neige.
3. Combat d'idées ; lutte contre des obstacles, des difficultés : Bataille électorale. Mener une bataille contre le racisme.
4. Jeu de cartes qui se joue à deux et dans lequel une carte plus forte permet de prendre celle de l'adversaire : Jouer à la bataille.
Bataille navale,
jeu dans lequel chacun des deux joueurs doit repérer et couler la flotte adverse, dessinée en secret sur les cases d'un papier quadrillé.
Cheval de bataille,
sujet, argument favori : Si elle enfourche son cheval de bataille, elle sera intarissable.
En bataille,
de travers, en désordre : Il est arrivé les cheveux en bataille.

BATAILLE

(ba-tâ-ll', ll mouillées, et non bata-ye) s. f.
Combat de deux armées.
Il va présenter la bataille au roi son frère [BOSSUET, Hist. I, 8]
Clovis gagna la bataille de Tolbiac [ID., I, 11]
Il croyait donner la bataille [SÉV., 211]
Ils ont perdu contre eux des batailles [FÉN., Tél. X]
Mais Rome ignore encor comme on perd des batailles [CORN., Hor. I, 1]
Il lui donna bataille, où mille beaux exploits.... [ID., Rodog. I, 1]
Je vais à ce moment donner la bataille à l'armée impériale [VOIT., Lettr. 7]
Il [Archimède] n'a pas donné des batailles, mais il a laissé à tout l'univers des inventions admirables [PASC., Pens. II, art. 10]
Les loups rôdaient autour de ses batailles ; De ses exploits ils vivaient plus d'un jour [MILLEV., Rançon d'Egill.]
Corps de bataille, le centre de l'armée, les corps placés entre les deux ailes. Cheval de bataille, cheval propre à être monté un jour de combat. Fig. Un cheval de bataille, la chose où l'on s'appuie de préférence. Champ de bataille, lieu où se livre le combat. Fig. Le champ de bataille lui est resté, c'est-à-dire il a eu l'avantage. Choisir son champ de bataille, porter le débat, la question sur le point qu'on regarde comme le plus avantageux.
Ordre d'une armée disposée pour combattre. Ranger une armée en bataille, c'est-à-dire disposer son ordre de bataille. Troupes en bataille. Leur flotte se présenta en bataille devant la nôtre. Marcher en bataille.
Charles XII fait débarquer son canon et forme sa bataille [VOLT., Charles XII, 2]
Il défit en bataille rangée Arphaxad [BOSSUET, Hist. I, 7]
En termes de théorie militaire, l'ordre dans lequel une troupe est déployée, par opposition à l'ordre en carré ou en colonne ou par le flanc. En termes de marine, la vergue de misaine est dite en bataille, lorsqu'elle est disposée dans le sens longitudinal du navire. Fig.
L'armée que J.-C. a mise en bataille contre les erreurs [BOSSUET, Instr. 2]
En termes de peinture, représentation d'une bataille. Un peintre de batailles. Les batailles d'Alexandre par le Brun.
Querelle, lutte.
Trêve, trêve, Nature, aux sanglantes batailles, Qui si cruellement déchirent mes entrailles [ROTR., Vencesl. V, 3]
Il a bien fallu donner des batailles, on a bien donné des batailles pour.... c'est-à-dire il a fallu bien contester, bien lutter pour....
Nom d'un jeu de cartes.
Galerie qui couronne la cheminée d'une grosse forge.

REMARQUE

  • Bataille, batailler, bataillon, devraient s'écrire par deux t ; ou battre s'écrire par un seul t ; car ces mots ont même radical.

SYNONYME

  • BATAILLE, COMBAT. On verra à l'étymologie que bataille a signifié anciennement et proprement troupe, bande ; tandis que combat n'exprime que l'idée de se battre avec. De là, quand ces deux mots sont devenus synonymes, une inclination de l'usage à consacrer bataille au conflit d'une armée, et combat à tout conflit quelconque. Dans un langage précis, bataille signifie un combat dans lequel deux armées ont engagé toutes leurs forces. Les armées ont ordinairement des combats avant d'en venir à une bataille. On dit gagner, perdre une bataille ; ce qui ne se dit pas avec combat.

HISTORIQUE

  • XIe s.
    [Qu'] une bataille leur i rendent [livrent] cil primes [d'abord] [, Ch. de Rol. XLIII]
    Par tel glouton n'ert [sera] bataille vaincue [gagnée] [, ib. CII]
    Je nen ai ost qui bataille lui donne [, ib. II]
    Une bataille [il] leur livrat, le jur, pesme [funeste] [, ib. LXII]
    Ce dist li reis : bataille font nostre home [, ib. CXXXI]
  • XIIe s.
    E feirent à eaus [eux] bataille le jor de samadi [, Machab. I, 2]
    Autre bataille [corps d'armée] lor envoyez hastie [, Ronc. p. 28]
    Bataille auront, Dex les puit delivrer [, ib. p. 37]
    Tante bataille en [de mon épée] ai faite et vaincue [, ib. 105]
    Dont [pour cela] [ils] firent la bataille sur deux homes jugier [remettre la bataille à deux champions] [, Sax. IV]
    Quant il ont en bataille fiché leur estendart [, ib. XI]
    Nous entrerons en France en bataille rangie [, ib. XXXII]
    Abner le fiz Ner asemblad ost del esliture de Israel, pur damagier e bataille tenir encuntre ces de Juda [, Rois, 125]
  • XIIIe s.
    Emprès fu devisés que Henris ses freres feroit l'autre bataille [troupe] [VILLEH., LXIX]
    Et li Grieu firent molt grant semblant d'els recevoir à bataille [, ib. LXX]
    Au cinquiesme [jour] après s'arma tous li os, et chevauchierent les batailles ensi come eles estoient devisées [, ib. LXXIV]
    Puis [il] fu mors en bataille outremer devant Sur [, Berte, XLI]
    Lor batailles en quatre partent [ils partagent] [, la Rose, 12230]
    Que il est assise ou usage, ou [au] reiaume de Jerusalem, que qui se combat por aucune carelle, et il ou son champion venque la bataille, que il a celle carelle gaaigniée [, Ass. de J. I, 195]
    Tant que la bataille seit fornie, ou que pais en seit faite [, ib. I, 171]
    Et ainsi n'est il pas de cix qui apelent du jugement que li home font, car li apiax est demenés par gage de bataille [BEAUMANOIR, 30]
    Maintenant que nostre gent les virent, il s'aresterent, et cil et les ennemis firent trois batailles aussi [JOINV., 270]
    Une grosse bataille de Turs, là où il avoit bien six mille homes à cheval [ID., 215]
  • XIVe s.
    Choses appartenantes en batailles ou guerres [ORESME, Eth. 316]
    Et de ce fust causée la bataille de Troie [ID., ib. 55]
    Car bataille de mer, c'est grant confusion ; Quant li mesquanche [mauvaise chance] tourne sur aucune parchon, Il n'en puet escaper chevalier ne pieton [, Baud. de Seb. I, 654]
  • XVe s.
    Le sire de l'Esparre fut rencontré des nefs espagnoles à qui il eut la bataille [FROISS., II, II, 4]
    Deconfit celui roi par bataille rangée et arrestée [ID., I, I, 2]
    L'endemain, au point du jour, chacun fut armé, et trairent leurs bannieres aux champs, chacun à sa bataille et dessous sa banniere, si comme ordonné estoit [ID., I, I, 35]
    Il avoit esté dit que l'on marcheroit à trois fois, pourceque la distance des deux batailles estoit longue [COMM., I, 3]
    Les batailles estoient bien eclarcies [ID., I, 4]
    Et n'estions point tant en gloire comme peu avant la bataille, parce que nous voyons les ennemis près de nous [ID., VIII, 6]
  • XVIe s.
    Pour larcin n'eschet gage de bataille [LOYSEL, 808]
    En fait de bataille, le defendeur est tenu de confesser ou nier le fait dès le mesme jour qu'il reçoit le cartel [ID., 810]
    Il fit marcher l'avant-garde, bataille et arriere-garde tout d'un front [CARL., I, 4]
    Les Sabins commencerent la bataille, qui fut aspre et dura longuement [AMYOT, Rom. 27]
    Ainsi comme les deux batailles se preparoient pour recommencer à combattre de rechef [ID., ib. 28]
    Les Perses ont esté desfaicts en bataille par les Grecs le sixieme jour du mois d'aoust en la journée de Marathon [ID., Cam. 33]
    Renger une armée en bataille [ID., ib. 51]
    Estans donques les Romains arrestez tout court par la bataille macedonique, sans qu'ils la peussent aucunement forcer [ID., P. Aem. 33]

ÉTYMOLOGIE

  • Provenç. batalha ; espagn. batalla ; ital, battaglia. On lit dans Adamantius martyr : batualia, quae vulgo battalia dicuntur. Ce passage nous apprend deux choses : d'abord que battalia est pour battualia, ce qui prouve que battre vient bien de battuere (voy. BATTRE) ; puis que battualia est un neutre pluriel de l'adjectif battualis, les choses relatives au combat, neutre devenu, dans les langues romanes, un substantif féminin comme dans aumaille, merveille, etc. De là le sens collectif qu'il avait dans l'ancien français où il signifiait un corps de troupes. On remarquera la disparition de l'u de battualia ; l'u latin ainsi placé disparaît aussi dans quelques autres mots ; par exemple, pacage, de pascuaticum.

SUPPLÉMENT AU DICTIONNAIRE

    BATAILLE. Ajoutez :
    Porter le chapeau à cornes en bataille, le porter en travers, de manière que les cornes tombent sur chaque oreille ; cette expression vient de l'assimilation à une troupe en bataille.
    Les gens mariés [de Guérande] le portent [le tricorne] en bataille, comme les gendarmes ; les veufs, les garçons en tournent les pointes d'une autre manière [ALPH. DAUDET, Journ. offic. 16-17 août 1875, p. 5923, 3e col.]

bataille

BATAILLE. n. f. Combat général entre deux armées. Bataille rangée. Grande, sanglante bataille. Champ de bataille. Hasarder, risquer une bataille. Accepter, refuser la bataille. Livrer bataille. Gagner, perdre une bataille, des batailles. Le gain, la perte d'une bataille. La bataille de Cannes. La bataille de Fontenoy, d'Austerlitz. La bataille de la Marne. Bataille navale, Action générale entre deux flottes ennemies.

Il se dit aussi de l'Ordre dans lequel on range une armée pour se disposer à la lutte. Mettre, ranger une armée, des troupes en bataille. Ordre de bataille. Ligne de bataille. Front de bataille. On dit dans un sens analogue Combattre en bataille rangée.

Il signifiait spécialement Ordre dans lequel on disposait une troupe déployée; par opposition à l'Ordre en carré, en colonne, ou par le flanc. Marcher en bataille. Passer de l'ordre en colonne à l'ordre en bataille. Se former sur la droite ou sur la gauche en bataille. Dans ce sens et dans celui qui précède, on ne l'employait jamais avec l'article.

Corps de bataille, Cette partie de l'armée qui était entre les deux ailes.

Maréchal de bataille, sergent de bataille, se disait des Officiers dont la charge était de mettre les troupes en bataille.

Cheval de bataille, Cheval propre à bien servir un jour de combat. Fig. et fam., C'est son cheval de bataille, se dit d'un Argument sur lequel quelqu'un s'appuie le plus fortement et le plus souvent. Cette preuve est son cheval de bataille. Il en fait son cheval de bataille.

Fig. et fam., Il a fallu livrer bien des batailles, pour en venir là, Il a fallu bien contester, bien disputer, bien se tourmenter, surmonter bien des obstacles.

Fig., Le champ de bataille lui est demeuré, il est resté maître du champ de bataille, se dit de Quelqu'un qui a remporté l'avantage sur un autre dans un débat. Il n'a pas mal choisi son champ de bataille, se dit de Quelqu'un qui dispute, qui entreprend quelque chose dans un lieu, dans des circonstances qui lui sont favorables.

Il se dit aussi de la Représentation d'une bataille en peinture ou en sculpture. Un peintre de batailles. Les batailles d'Alexandre, par Le Brun. Les batailles de Wouwermans.

Fig., Porter son chapeau en bataille. Parallèlement à la ligne des yeux.

BATAILLE se dit encore d'une Espèce de jeu de Cartes, qui est le plus simple de tous. Les enfants jouent à la bataille.

bataille

Bataille, f. C'est tantost la meslée et combat de deux armées rengées soit à jour assigné ou à jour forcé. Et est different de rencontre et d'escarmouche qui ne sont de deux armées entieres, et ordonnées, les Latins disent praelium et pugna, Selon ce on dit, Il s'est retiré de la bataille: ou, Il a cessé de combatre, Praelio abstitit, Liu. lib. 23. Aussi selon ceste signification on dit, jour de bataille praelio, pugnaeque condictus dies, ou bataille assignée, Pugna condicta: Bataille gagnée ou perdue, Deuicta aut amissa pugna: Bataille sanglante, Cruenta pugna, On disoit ainsi jadis, La bataille corps à corps est arrestée, Pactum ac conuentum est singulare certamen, Tantost c'est chaque bataillon où esquadron d'une armée, Acies au 3. li. d'Amad. chap. 5. Pour à quoy parvenir, le Roy ordonna neuf batailles, à chacune desquelles il mit douze cens chevaliers, reste à la sienne qui estoit de quinze cens ou plus, Nouem acies, Selon laquelle signification anciennement en l'ordonnance d'une armée et l'avant et l'arriere garde estoient appelées batailles, mais à present le mot bataille est restraint au seul esquadron ou bataillon auquel le Roy ou son lieutenant general representant sa personne en son absence est rengé, estant ledit esquadron precedé de l'avangarde comme d'un avanceur, et secondé de l'arrieregarde. Bataille se prent aussi pour l'armée entiere et en ceste signification on dit bataille rengée, Exercitus ordinibus instructus, audit livre et chap. d'Amad. Estans donques les deux batailles rengées et prestes à combatre marcherent droit l'un contre l'autre et menoit le premier reng de la part de ceux de l'isle ferme Florestan etc. Selon ce on dit l'armée est, où s'est mise en bataille, Acies aut exercitus in ordines digestus est, Instructus est.

La bataille, c'est quand il y a Avantgarde, Bataille et Arrieregarde, Media pugna, media acies, Liu. 22.

Bataille aussi se prend pour le conflict de deux armées advenu en quelque lieu, que le François dit autrement journée, comme, la Bataille ou journée de Ravenne, Rauennas pugna, Ainsi que T. Live dit, Cannensis pugna, lib. 23.

Avoir bataille avec aucun, c'est combatre contre luy, assembler à luy, En Maugis. Si voy qu'il nous faudra avoir bataille avec luy, Pugnandum cum eo nobis esse video.

Tenir l'armée en bataille est la tenir ordonnée par esquadrons et rengée ainsi que chacun doit combatre si l'ennemy la veut ou livrer ou recevoir, Aciem instructam tenere, Ainsi on dit le Roy a tenu son armée en bataille fort long temps, Aciem ad multum diei tempus tenuit instructam, Liu. lib. 22.

Mettre l'armée en bataille, ou mettre les gens de guerre en bataille, Dirigere aciem, Liu. lib. 22.

Eschapper, ou s'en fuyr de la bataille, E pugna profugere, Liu. lib. 22.

Bataille cruelle où il y a force morts, Bellum exitiabile.

Une bataille ferme, d'une grande obstination, Pertinax certamen, Depugnatum praelium.

Une vraye bataille, Iusta acies, B. ex Liuio.

Bataille qu'on fait sur la mer en navires, Praelium nauale.

Bataille plus lasche, Lentior pugna.

Apres que la bataille fut feruë et faite, Praelio facto.

Une bataille de deux quand ils ne sont pas pareils ne sortables, Pugna iniqua.

Ordonner sa bataille, Aciem instruere.

Commencer la bataille, et donner dedans, Praelium committere.

Se mettre en bataille et entrer dedans, Committere se in aciem, Descendere in aciem.

Se mettre ou venir en champ de bataille, In aciem dimicationemque venire.

Presenter la bataille, Potestatem pugnae facere, B. ex Liu.

Livrer ou recevoir une bataille, Dimicare acie vel praelio.

Venir au milieu de la bataille, Deuenire in medium certamen atque discrimen.

¶ Demesler une bataille, Praelium dirimere.

Il entre dedans la bataille et meslée, In pugnam succedit.

Quiter la bataille, Hastam abiicere.

Gagner la bataille, Pugnam indipisci.

Ils avoient gagné plusieurs batailles, Plurima praelia secunda fecerant.

Perdre la bataille, Praelium aduersum facere.

batâille


BATâILLE, s. f. [2e lon. mouillez les ll: batâ-glie.] Combat général entre deux armées. = La batâille est une action plus générale, et ordinairement précédée de quelque préparation. Le combat semble être une action plus particulière, et souvent imprévûe. = * On disait autrefois, batâille, pour corps de batâille. "La batâille des Indiens fut rompûë. Vaug. "Il dona beaucoup de hauteur à sa batâille. D'Ablanc. On dit aujourd'hui, corps de batâille. L. T.
   Rem. On dit livrer batâille, sans article.
   L'ataquer, le mettre en quartiers;
   Sire Loup l'eût fait volontiers;
   Mais il faloit livrer batâille.       La Font.
Mais ce n'est pas une conséquence pour d'aûtres verbes, et je pense qu'on ne doit pas dire, par exemple: présenter batâille, doner batâille, et qu'il faut dire: présenter la batâille; et livrer, au lieu de doner batâille. "Il n'y eut que de légères escarmouches de part et d'aûtre, sans que les Lacédémoniens osassent présenter batâille à l'énemi. Rollin. "Il se mit en état de doner (livrer) batâille à l'énemi. Hist. d'Angl.
   On dit, en parlant d'une armée, le corps de batâille, et non pas le corps de la batâille, comme dit M. Targe, Traducteur de Smollet: "Le corps de la batâille, et l'aile droite.... furent pris en flanc.
   On dit, figurément, qu'il a bien falu doner, ou qu'on a doné bien des batâilles, pour venir à bout d'une chôse, quand il a falu beaucoup contester et surmonter bien des obstâcles. Il a bien choisi son champ de batâille: le lieu, les circonstances lui sont favorables. Le champ de batâille lui est demeuré: il a tout l'avantage dans cette contestation. — C'est son cheval de batâille; il en fait son cheval de batâille: c'est la chôse sur laquelle il compte le plus. — Ce qu'on a sauvé de la batâille: le peu qui reste après des malheurs, des procès.

Synonymes et Contraires

bataille

nom féminin bataille
1.  Combat entre deux armées.
2.  Lutte réelle ou simulée.
conflit, duel, échauffourée, mêlée, pugilat, rixe -familier: bagarre -populaire: baston, castagne.
Traductions

bataille

Schlacht, Hieb, Kampf, Schlag, Streichbattle, fight, action, blow, scuffle, struggle, clash, combat, fray, hit, strike, stroke, war, whackveldslag, gevecht, slag, strijd, flap, houw, kamp, klap, mep, treffen, (veld)slag, bataillespel [kaarten]מלחמה (נ), מערכה (נ), קרב (ז), קְרָב, מַעֲרָכָהgeveg, slagbatalla, copslag, kamp, slagsmål, træfningαγώνας, μάχηbatalo, batobatalla, acción, golpeslag, slagsmálbattaglia, colpo, combattimento戦い, 戦闘proelium, pugnaslagsmål, kampbitwabatalha, combate, golpe, luta, pancada, peleja, pugnabătaie, luptăбитва, бой, борьбаslag, batalj, hugg, kamp, slagsmål, stridmuharebe, boğuşmakمَعْرَكَةbitvataistelubitka전투การสู้รบcuộc chiến战役戰鬥 (batɑj)
nom féminin
combat une bataille navale

bataille

[batɑj] nf
(= combat) → battle
en bataille [cheveux] → tousled; [stationnement] → at an angle
bataille rangée nfpitched battle