bâton

(Mot repris de baton)

bâton

n.m. [ lat. bastum ]
1. Long morceau de bois cylindrique que l'on peut tenir à la main : Il marche en s'appuyant sur un bâton
canne : Elle se sert d'un bâton pour gauler les noixRecevoir une volée de coups de bâton
perche : Recevoir une volée de coups de bâton
une bastonnade
2. Tige métallique sur laquelle le skieur s'appuie : Le slalomeur garde son équilibre grâce à ses bâtons.
3. Petit morceau cylindrique d'une matière consistante : Bâton de craie, de colle, de réglisse. Bâton de rouge à lèvres
4. Trait vertical que font les enfants qui apprennent à écrire ou que l'on trace pour compter.
5. Anc., fam. Un million de centimes : Gagner trois bâtons au Loto
trente mille francs
Bâton de golf,
au Québec, club de golf.
Bâton de hockey,
au Québec, crosse de hockey.
Bâton de maréchal,
insigne de commandement du maréchal ; fig., la situation sociale la plus élevée à laquelle qqn puisse prétendre.
Bâton de vieillesse,
soutien d'une personne âgée : Sa fille est son bâton de vieillesse.
Mettre des bâtons dans les roues à qqn,
lui créer des difficultés.
Parler à bâtons rompus,
avoir une conversation décousue.

BÂTON

(bâ-ton) s. m.
Morceau de bois assez long qu'on peut tenir à la main. Bâton servant d'appui. Un gros bâton. Un bâton noueux.
Ils étaient armés de piques et de bâtons durcis au feu [VAUGEL., Q. C. III, 2]
Si on veut donner un coup de bâton [PASC., Prov. 7]
Dont la conduite mériterait vingt coups de bâton [HAMILT., Gramm. 9]
Jouer du bâton, manier un bâton avec dextérité, et aussi donner des coups de bâton. Familièrement. Une volée de coups de bâton, un grand nombre de coups de bâton. Fig. et familièrement. À coups de bâton, par force.
Sa mère [de l'abbé de Mailly] l'avait fait prêtre à coups de bâton, et l'avait laissé mourir de faim longues années à Saint-Victor [SAINT-SIMON, 52, 122]
Fig. Le bâton haut, d'autorité.
Le chevalier de Lorraine mena Monsieur le bâton haut toute sa vie, fut comblé d'argent et de bénéfices [SAINT-SIMON, 93, 231]
Mettre des bâtons dans les roues, entraver, susciter des obstacles. Sauter le bâton, faire quelque chose malgré soi, à contre-cœur ; locution tirée des chiens et des singes auxquels les bateleurs font sauter un bâton.
Toutes les dames voulaient être nommées [du voyage], c'est ce qui leur fit sauter le bâton de s'entasser dans les carrosses des princesses [SAINT-SIMON, 60, 3]
Quand on a compté sur un mariage de cette autorité, il ne se trouve plus de porte de derrière, et il leur fallut [aux Mailly] sauter le bâton d'assez mauvaise grâce [ID., 3, 55]
À quelques réponses brusques [de Pierre le Grand] aux derniers messages, ils [les ambassadeurs Anglais] sentirent bien qu'il fallait sauter ce dangereux bâton, et ils montèrent [aux échelles de corde] [ID., 54, 144]
Fig. Battre l'eau avec un bâton, perdre sa peine. Fig. Prendre un bâton, faire mauvais accueil.
Et, lorsque pour me voir ils font de doux efforts, Dois-je prendre un bâton pour les mettre dehors ? [MOL., Mis. II, 1]
Sortir d'une place le bâton blanc à la main, se disait d'une garnison qui se rendait en consentant à sortir sans armes et sans bagage. Fig. Sortir d'un emploi, d'une administration avec le bâton blanc, ou le bâton blanc à la main, en sortir pauvre. On dit de même : il est venu en cette ville le bâton blanc à la main, il y est venu pauvre. Le bâton, la peine de la bastonnade. Condamner au bâton. Faire mourir sous le bâton.
Fig.
Sa charge de prévôt est un dangereux bâton dans la main d'un méchant homme [SCARR., Rom. com. IIe p. ch. 15]
Bâton d'aveugle, bâton qui sert aux aveugles à se conduire. Fig.
Ce bâton d'aveugle avec lequel marchait le modeste Locke, cherchant son chemin et le trouvant [VOLT., Lettr. à M*** 1740]
L'analyse, qui est le bâton que la nature a donné aux aveugles [VOLT., Métaph. 4]
Un aveugle sans bâton, se dit de celui qui n'est pas pourvu des objets nécessaires à sa profession. Bâton de vieillesse, celui qui est le soutien, l'appui d'un vieillard. Cet enfant sera un jour votre bâton de vieillesse.
Bonne maman, consolez-vous, Prenez un bâton de vieillesse [BÉRANG., B. mam.]
Bâton de chaise, morceau de bois qu'on met dans les portants d'une chaise à porteur. Bâton se dit aussi des bois tournés qui maintiennent les quatre pieds d'une chaise à s'asseoir. Ne mettez pas vos pieds sur les bâtons. Bâton de cage, bâton sur lequel se perche l'oiseau.
Bâton s'est dit jadis des armes montées sur un fût ou hampe. Les arquebuses, les mousquets, les fusils ont été dits de la sorte bâtons à feu. Bâton à deux bouts, espèce d'arme offensive qui consiste en un bâton ferré par les deux bouts.
Il faisait le moulinet autour de soi avec une houssine qu'il avait arrachée à un laquais, et il s'en escrimait comme d'un bâton à deux bouts [, Francion, liv. XI]
Batterie à bâtons rompus, batterie de tambour qui désigne l'action des mains donnant chacune deux coups de suite ; ce jeu de baguettes est un moyen d'étude, et l'accélération des battements produit un bruissement et non une batterie d'ordonnance ; de là la locution figurée : à bâtons rompus ou à bâton rompu, avec interruption, à diverses reprises.
J'entendis à bâtons rompus leurs propos [, Francion, liv. IV]
Selon ma coutume paresseuse de travailler à bâton rompu [J. J. ROUSS., Avert.]
Vous voyez comme je travaille ; tout ce qu'on appelle décousu, bâton rompu, n'est rien en comparaison [P. L. COUR., Lett. I, 288]
Bâtons rompus, espèce de tapisserie qui représente plusieurs bâtons rompus et entremêlés l'un dans l'autre. Cela s'est dit aussi de certains ornements d'architecture.
Bâton pastoral, la crosse d'un évêque. Bâton de chantre, sorte de bâton fort orné et recouvert d'argent que le chantre d'une église tient à la main pendant l'office divin en marchant en chape dans le chœur. Bâton de prieur, le bâton qu'un religieux, en qualité de prieur, porte derrière l'écu de ses armoiries.
Le bâton de la croix, d'une bannière, le bâton au haut duquel la croix, une bannière sont portées. Bâton de confrérie, le bâton de la bannière d'une confrérie.
Court bâton, petit bâton qui, mis avec d'autres plus longs, sert à tirer au sort. On dit a jourd'hui courte paille. Fig. Tirer au bâton, au court bâton avec quelqu'un, contester avec lui sans vouloir se relâcher sur rien. Il ne faut pas tirer au court bâton avec ses amis.
10° Bâton de croisure, outil des ouvriers de haute lisse. Bâton de preuve, celui qu'on trempe dans le sirop pour essayer la cuite.
11° Bâton se dit des choses qui ont la forme d'un petit bâton. Bâton de casse ; bâton de cire d'Espagne ; bâton de sucre d'orge.
12° Bâton de commandement, bâton que portent certains officiers investis d'un commandement. Bâton de maréchal, ou simplement bâton, dignité de maréchal.
Il est du nombre des désespérés de n'avoir point de bâton [de n'être pas maréchal] [SÉV., 201]
Bâton d'exempt, sorte de bâton qui marquait que celui qui le portait était un exempt. Bâton de mesure, petit bâton avec lequel un chef d'orchestre indique le mouvement.
13° En géométrie, on appelait bâton de Jacob un instrument composé de deux règles mobiles, avec des pinnules à l'extrémité, qui servait à prendre les hauteurs ou les distances, par la méthode des angles. Les anciens astronomes sont peints avec un bâton de Jacob à la main. Bâton de Jacob, trois étoiles du baudrier d'Orion qui sont en ligne droite. Le bâton de Jacob, la baguette d'un escamoteur. Il sait bien le tour du bâton, il est fin et adroit, il sait faire sa main ; locution prise des joueurs de passe-passe, qui ont d'ordinaire en main un petit bâton. Familièrement. Tour du bâton, profit secret et illicite.
Phelypeaux était général des îles à la Martinique, qui est un emploi indépendant, de plus de 40000 livres de rente, sans le tour du bâton, qu'il savait faire valoir [SAINT-SIMON, 351, 127]
J'ai du bien, du crédit et de l'argent comptant ; Quant au tour du bâton, vous en serez content [BOURSAULT, Ésope à la cour, IV, 5]
14° En architecture, bâton, moulure en saillie ou gros anneau qui s'appelle aussi tore, et qui est un ornement de la base des colonnes.
15° En termes de blason, bâton, le tiers d'une colonne en brisure.
16° Terme de marine. Bâton de pavillon ou d'enseigne, petit mâtereau qui sert à arborer le pavillon. Bâton de flamme, bâton qui tient la flamme au bas du mât. Bâton d'hiver, petit mâtereau qui, lorsque le temps est mauvais, remplace le mât de perroquet dans un bâtiment de commerce.
17° Rouleau de bois dont l'orfévre se sert pour aplanir une plaque de métal. Cylindre de bois garni de peau de chien, pour frotter divers ouvrages.
18° Terme de botanique. Bâton de saint Jean, la persicaire d'Orient (les jardiniers appellent bâton toute plante dont les fleurs sont disposées en épi le long d'un axe redressé et rigide). Bâton de Jacob, asphodèle jaune. Bâton d'or, violier jaune ou giroflée jaune. Bâton royal, l'asphodèle blanc ou l'asphodèle rameux. Dit aussi hache royale. Bâton de St Jacques, la rose trémière.
19° Dans l'écriture, traits longs et droits que font les commençants. Cet enfant fait des bâtons. Dans la musique, sorte de barre qui traverse perpendiculairement une ou plusieurs lignes de la portée et qui, surmontée d'un chiffre, exprime la quantité de mesures qu'il faut passer en silence
20° Par rain et par bâton, locution de droit féodal dont on se servait dans les solennités des investitures. Rain veut dire branche, de ramus ; mot à mot, par branche et par bâton. Le bâton, dans les coutumes féodales, était un signe par lequel on confiait une mission : on en verra des exemples dans l'historique.

HISTORIQUE

  • XIe s.
    Livrez m'en ore le gant et le bastun [, Ch. de Rol XVII]
  • XIIe s.
    Qui donc veïst le duc sur un cheval gascon Poindre parmi les rues, à sa main un baston.... [, Sax. VIII]
  • XIIIe s.
    Et ne puent ne ne doivent les mestres ne les vallez donner deux goffres [gaufres] pour un denier, et sept bastons [sorte de pâtisserie] pour un denier, bons et loyals et metables [, Liv. des mét. 351]
    Poi me porrai mès soustenir, Fors à baston ou à potence [, la Rose, 12949]
    Por ce l'avons eslit qu'il a cuer de baron, Et qu'il reset assés d'escu et de baston [, Ch. d'Ant. VII, 776]
    Et fust ainsi qu'il eust ja l'escu et le baston por combatre [BEAUM., LXIII, 1]
  • XIVe s.
    Un baston, appelé le baston au Lyon, et est fait en maniere de potence, et a, au bout du dist baston, une pointe d'argent [DE LABORDE, Émaux, p. 159]
    Deux bastons de cedre, garnis d'or, à deux pommeaux rons dessus, où, en l'un, a les armes de France et, en l'autre, de Mons. le Dalphin [ID., ib.]
    Un baston de ybenus aorné d'argent, pour l'office du chantre [ID., ib.]
    Un baston à seigner [bénir], qui a la teste d'une aigle de cassidoine, assise sur un pommel d'or esmaillé, et a ou bout une virole d'or à la pointe d'argent [ID., ib.]
    Vous ressemblez celui, à mon entention, Qui va merci priant, en sa main un baston [, Guesclin. 21384]
  • XVe s.
    Ceux qui le baston du gouvernement avoient [FROISS., II, III, 27]
    Les dicts ambassadeurs, qui assez savoient le tour de leur baston [, Bouciq. III, ch. 11]
    Le clerc, sachant le tour de son baston, s'en fit beaucoup prier [LOUIS XI, Nouv. XII]
    Un jeu que l'on nomme le jeu de baston, c'est assavoir l'un à tapper ou frapper et rompre le baston de son compaignon [DU CANGE, basto.]
  • XVIe s.
    Quelques capitaines d'infanterie, lesquels, estant payez pour cent hommes, n'en tiennent pas trente en leurs compagnies, et encores se moquent-ils des autres qui n'entendent pas le tour du baston [LANOUE, 106]
    Le vassal peut demembrer, bailler à cens et arrentement son fief, sans l'assens de son seigneur, jusqu'au tiers de son domaine, sans s'en dessaisir, ou la main mettre au baston ; qui est ce qu'on dit : se jouer de son fief, sans demission de foi [LOYSEL, 641]
    Il avoit bon nombre de chevaux de service, grande quantité de bastons et d'armes offensives de toutes sortes, et d'engins de baterie à tirer au loing [AMYOT, Timol. 18]
    Lesdiguieres batit de quatre moiennes Guillestre, qu'il eut au bout de 900 coups, les soldats de Gascongne rendus au baston blanc, ceux du païs à discretion [D'AUB., Hist. III, 35]
    Discours premier sur le fait des harquebusades, et autres bastons à feu [PARÉ, IX, 1er disc.]
    Cela fait [le vif-argent ainsi préparé], on peut dire estre un maistre Jehan, qui fait choses grandes et quasi miraculeuses, pourveu qu'on le sache bien manier à luy faire sauter le baston [ID., XXIII, 47]
    Deux appuyés sur ung baston (proverbe) [GÉNIN, Récréat. II, p. 237]

ÉTYMOLOGIE

  • Norm. gaton et vaton ; provenç. et espagn. baston ; portug. bastao ; ital. bastone. Baston est un dérivé d'un simple qui se trouve dans l'espagnol bastos, bâtons, trèfle dans les cartes, et dont le radical est dans bâtir et bât (voy. ces mots).

SUPPLÉMENT AU DICTIONNAIRE

    BÂTON.
    Ajoutez :
  • Anciennement, bâton de confrérie, bâton qui servait à porter aux processions l'image de quelque saint ou la représentation de quelque mystère ; fête à bâton, celle où l'on célèbre la fête du saint qui est au bout de ces bâtons.
  • 21° Le bâton blanc, se disait pour exprimer la déchéance, la défaite, la pauvreté.
    Adieu, ville peu courtoise Où je crus être adoré ; Aspar est désespéré ; Le poulailler de Pontoise Me doit ramener demain Voir ma famille bourgeoise, Me doit ramener demain Un bâton blanc à la main [RAC., Épigr. contre Fontenelle]
    C'est qu'alors un père pourrait, Pour punir son libertinage, Sevrer de tout son héritage, Chasser son gars comme un coquin, Et, le bâton blanc à la main, L'envoyer jouer à la paume, Glaner ou ramasser du chaume [, 2e Harangue des habitants de Sarcelles, dans CH. NISARD, Parisianismes, p. 19 (1740)]
  • On peut voir à l'historique le bâton blanc mis entre les mains d'une garnison qui se rend ; l'exemple est d'Aubigné.
  • PROVERBE

      Il ne fait pas bon aller à sa porte sans bâton, se dit à propos d'un homme irascible et prompt à l'offense.

    HISTORIQUE

    • À la fin, ajoutez :
      Les confrairies, assemblées et banquets accoutumez pour bastons et autres choses semblables [, Ordonn. de Moulins sur la réforme de la justice, févr. 1566, art. 74]

bâton

BÂTON. n. m. Long morceau de bois qu'on peut tenir à la main et qui sert généralement d'appui ou de défense. Gros bâton. Bâton noueux. S'appuyer sur un bâton. Marcher avec un bâton. Donner des coups de bâton. Il l'a menacé du bâton. Il le fit mourir sous le bâton.

Jouer du bâton, Manier un bâton avec dextérité ou encore Donner des coups de bâton.

Fig. et fam., Une volée de coups de bâton, Voyez VOLÉE.

Fig., Bâton de vieillesse, Celui, celle qui sert d'appui à un vieillard et qui l'assiste dans ses besoins. Cet enfant sera un jour votre bâton de vieillesse.

Bâton de commandement, Bâton qui est le signe de l'autorité et que portaient certains officiers investis d'un commandement.

Le bâton de maréchal, ou simplement Le bâton, Bâton de commandement qui est l'insigne de la dignité de maréchal de France. Il se dit, par extension, de cette dignité même. Le roi l'a fait maréchal de France, lui a donné le bâton. Le gain de cette bataille lui a valu le bâton de maréchal. Fig. et fam., Ce sera son bâton de maréchal, C'est le plus haut emploi, le plus haut grade auquel il puisse parvenir. Prov., Tout soldat porte son bâton de maréchal dans sa giberne, Le simple soldat, dans l'armée française, peut atteindre à la plus haute dignité militaire.

Bâton pastoral, La crosse d'un évêque.

Le bâton de la croix, Le bâton au haut duquel on met une croix pour la porter dans les processions. Le bâton d'une bannière, Le bâton au haut duquel une bannière est attachée et qui sert à la porter déployée. Bâton de confrérie, Bâton surmonté de la statuette du saint, patron de la confrérie.

Bâton de mesure, Petit bâton avec lequel un chef d'orchestre indique le mouvement et marque la mesure. On dit aussi BAGUETTE.

Bâton à deux bouts, Espèce d'arme offensive qui consiste en un bâton ferré par les deux bouts. Jouer du bâton à deux bouts. Le bâton à deux bouts est une arme familière aux Bas-Bretons.

Le bâton d'un sergent de ville, d'un gardien de la paix, d'un agent de police, Bâton blanc dont se servent les agents pour régler les mouvements de la circulation dans les rues passagères.

Fig. et fam., Faire faire quelque chose à quelqu'un le bâton haut, mener quelqu'un le bâton haut, Le faire obéir par violence, par force.

Fig. et fam., Mettre, jeter des bâtons dans la roue ou dans les roues, Susciter des obstacles, entraver, retarder une affaire.

Fig. et fam., Battre l'eau avec un bâton, Voyez BATTRE.

BÂTON se disait autrefois des Baguettes servant à battre la caisse.

Battre à bâtons rompus signifiait Exécuter des batteries de tambour intermittentes. On dit aujourd'hui, figurément et familièrement, Faire une chose, parler d'une chose à bâtons rompus, Faire une chose, en parler avec des interruptions et sans ordre.

Fig. et fam., Tour de bâton, Profit secret et illégitime. Cet homme d'affaires ne passe pas un marché sans se ménager le tour de bâton. Cet employé double son traitement avec le tour de bâton.

Bâton de perroquet, Bâton établi sur un plateau de bois et garni de distance en distance d'échelons sur lesquels cet oiseau monte et descend à sa fantaisie. Il se dit, figurément et familièrement, d'une Petite maison de plusieurs étages dont chacun n'a qu'une chambre. Cette maison est un bâton de perroquet.

Bâton de chaise, Bâton qui sert à relier les montants d'une chaise. Bâton de chaise à porteur, Bâton qui servait à transporter les chaises à porteur. Fam., Mener une vie de bâton de chaise, Mener une vie agitée et déréglée.

Il se dit aussi de Diverses choses qui ont ou auxquelles on donne la forme d'un petit bâton. Bâton de cire. Bâton de réglisse, de cannelle, de sucre d'orge. Pommade en bâton.

Il se dit aussi des Traits droits que font ceux qui apprennent à écrire. Cet enfant ne fait encore que des bâtons.

En termes d'Arts, il sert aussi à désigner des Instruments de forme cylindrique servant à fabriquer des pièces d'orfèvrerie, de bijouterie, d'horlogerie, de passementerie, de tapisserie, etc.

bâton


BâTON, s. m. [1re longue.] Long morceau de bois qu'on peut tenir à la main, servant à divers usages. S'appuyer avec un bâton; marcher avec un bâton; doner des coups de bâton. Menacer du bâton. Faire mourir sous le bâton. = Bâton de commandement, bâton de Maréchal. Bâton de Chantre, de Confrérie. Bâton de la Croix, de la Banière. = Fig. bâton de vieillesse; celui ou celle qui sert d'apui à une vieille persone. "Cet enfant sera votre bâton de vieillesse. "Il est bien assuré de son bâton; il est sûr de son fait.
   BâTON, se dit aussi de diverses chôses qui ont la forme d'un petit bâton. Bâton de cire d'Espagne, de réglisse, de canelle etc.
   BâTON, fournit à plusieurs expressions proverbiales. Faire sauter le bâton à quelqu' un; l'obliger à faire quelque chôse contre son gré. Mener le bâton haut, avec hauteur et dûreté. "Les peuples jusqu'ici menés, le bâton haut, par des Oficiers, Domestiques gagés du Seigneur, demandèrent que l'on révoquât ces Prévôts, qui se regardoient plutôt comme exacteurs..... que comme chargés de la police du territoire. Moreau. Tirer au court bâton avec lui; ne vouloir rien céder. Être réduit au bâton blanc; être entièrement ruiné. Batre l'eau avec un bâton; faire des éforts inutiles. "Notre malade ne se lassait pas, quoiqu'on lui dît qu'elle batoit l'eau avec un bâton. Tour de bâton; profits casuels, et souvent illicites, d'un emploi. À~ bâtons rompus; sans ordre, sans suite, sans liaison. Rouss. de Genève dit, à bâton rompu, au sing. "J'ai ajouté quelques notes à cet ouvrage, selon ma méthode paresseûse de travailler à bâton rompu. L'usage, jusqu'à présent, n'a admis que le pluriel. — Martin-bâton, locution employée dans les Fables.
   Déjà leur sang couloit, et leur rage mortelle
   Eût conduit l'un des deux au bord de l'Achéron,
   Si le Maître aussi-tôt, pour finir leur querelle,
   N'eût fait jouer martin-bâton.        Reyre.

Synonymes et Contraires

bâton

nom masculin bâton
Morceau de bois.
Traductions

bâton

Stock, Stab, Barre, Stange, Stecken, Personalstick, baton, cane, pole, rod, bat, club, staff, bar, handle, shaft, spar, stake, stavestok, staf, baar, paal, pijp, roede, schacht, spijl, stang, sport [van stoel], sta(a)fמוט (ז), מטה (ז), מקל (ז), שבט (ז), שרביט (ז), שֵׁבֶט, מוֹט, מַקֵּלstokbarra, bastó, pal, varabastonopalo, bastón, barra, vara, personalkeppi, henkilökuntabot, husángbastone, barra, asta, personalearundo, asser, baculum, baculus, contus, hasta, trudisstang, stav, stokk, pinne, stabbastão, pau, bengala, bordão, cacete, cana, estaca, haste, mastro, percha, poste, varaпалка, палочка, брусок, шест, прутstång, stav, personal, pinneعَصَاhůl, klacekpind, stavκλαρί, προσωπικόštap棒, 棒切れ나뭇가지, 지팡이pałka, patykไม้เท้า, ไม้ค้ำ เสาค้ำ ไม้เท้าsopanhân viên, thanh, (bɑtɔ̃)
nom masculin
1. morceau de bois long et rond un coup de bâton
2. tige rigide avec laquelle on skie
3. objet long et rond un bâton de rouge à lèvres

bâton

[bɑtɔ̃] nm
(lit)stick
un coup de bâton → a blow with a stick
(fig) mettre des bâtons dans les roues à qn → to put a spoke in sb's wheel
parler à bâtons rompus → to talk about this and that
reprendre son bâton de pèlerin → to go back on the campaign trail
retour de bâton → backlash
bâton de rouge nm (aussi bâton de rouge à lèvres) → lipstick
bâton de ski nmski stick