battu, ue

BATTU, UE

(ba-tu, tue) , part. passé du verbe battre.
Qui a reçu des coups. L'enfant battu par le maître. Battu de verges. Grain battu. Eau battue par les rames. Viande battue. Fig. Battu de l'oiseau, découragé par une suite de revers, de mécomptes, etc. Locution tirée de la fauconnerie, qui désigne le gibier battu et finalement surmonté par l'oiseau de proie.
M. de Bellisle était sauvage au dernier point, et néanmoins de fort bonne compagnie, mais battu de ses malheurs [SAINT-SIMON, 424, 128]
Fig. Il y a longtemps que j'ai les oreilles battues de ces discours, il y a longtemps qu'on me les répète, que j'en suis importuné. Terme de vétérinaire. Sole battue, voy. SOLBATURE. Brocart battu d'or, brocart dans lequel il entre beaucoup d'or. Avoir les yeux battus, avoir autour des yeux une teinte qui montre qu'on est fatigué, et que l'on compare à la meurtrissure que produirait un coup.
Foulé. Le sol battu par les pieds. Aire bien battue. Chemin battu, chemin foulé par les pieds des passants, et de là, chemin fréquenté ; et fig. l'habitude, le train habituel, les moyens ordinaires.
Elle a quitté les voies battues de la vertu pour aller à Dieu par des routes inconnues et nouvelles [FLÉCH., Panég. Ste Thérèse.]
On n'ose pas s'écarter du chemin battu [BOSSUET, II, Pent. 1]
En allant devant soi dans le chemin battu par nos pères [ID., II, Polit.]
Il nous mène par des voies si singulières et si peu battues [MASS., Affliction.]
Frappé par l'artillerie ou par un engin de guerre. Le mur battu en brèche. La tour battue par le bélier.
Contre lequel une chose vient frapper. Rocher battu par les vents.
La tempête dont sa flotte fut battue [BOSSUET, Reine d'Anglet.]
Aïeux de Malvina, du sein de vos nuages Veillez sur ses destins battus par tant d'orages [DUCIS, Oscar, II, 2]
La ville était battue des flots de tous côtés [VAUGEL., Q. C. liv. IV]
Mêlé, en parlant d'un liquide. Un blanc d'œuf bien battu.
Parcouru, exploré. Les buissons battus par les chasseurs. La campagne battue par un parti de cavalerie.
Vaincu. Les Français battus en 1557 par les Espagnols à la bataille de St-Quentin. Battu sur ce point, en parlant d'un orateur. Ils insistent et ne se tiennent pas pour battus.
En termes de danse, pas battu, pas fait en battant légèrement et vivement une jambe contre l'autre.
S. m. Les battus, les gens qui ont reçu des coups. Les battants et les battus. Nom qu'on a donné quelquefois aux flagellants. Trait d'or ou d'argent doré qui est écaché. Battu de feutre, défaut du papier dans lequel on trouve des endroits barbouillés.

PROVERBES

  • Les battus payent l'amende, ceux qui ont reçu le dommage, l'offense, loin d'obtenir une réparation, sont en butte à de nouvelles vexations. Locution prise des combats judiciaires, où en effet le battu, le vaincu, était condamné.
  • Autant vaut bien battu que mal battu, c'est-à-dire puisqu'il faut, en tout état de cause, risquer quelque chose, il est raisonnable de braver le risque tout entier.

SUPPLÉMENT AU DICTIONNAIRE

  • BATTU. Ajoutez : - REM. Pour la locution : Battu de l'oiseau, l'explication est tout autre : les fauconniers avaient, pour dresser le faucon, un mannequin qui représentait un oiseau ; et, quand le faucon à dresser commettait quelque faute, on le battait avec ce mannequin, comme on corrige un chien avec un fouet ; ce qui l'humiliait beaucoup (Note du comte D'HAUSSONVILLE).