bau

BAU

(bô) s. m.
Terme de marine. Nom donné à chacune des poutres qui, placées en travers, soutiennent les planchers ou ponts des navires. Le maître bau, le plus long des baux, celui qui dans la construction est placé à peu près à la moitié de la longueur du navire. Bau de lof, le dernier bau sur l'avant. Bau de dalle, le premier bau vers l'arrière. Faux-baux, ceux qui supportent les planches du faux-pont.

HISTORIQUE

  • XIIIe s.
    Et des autres barons chascuns s'est tant penés Que il ont de la porte tous les pans destornés, Tous les baus traversains ont à terre jetés [, Ch. d'Ant. VI, 860]

ÉTYMOLOGIE

  • Bau, comme on voit, est un mot fort ancien, qui, ayant le sens de poutre, vient sans doute de l'allemand Balken, solive. Si l'on s'étonnait que le k ait disparu, il faudrait se rappeler que le g, lettre analogue, a également disparu de l'ancien français bou, bracelet, qui vient de l'ancien haut-allemand boug, ancien scandinave, baugr.

bau

BAU. n. m. T. de Marine. Traverse de bois et généralement de fer qui est posée dans le sens de la largeur du bâtiment pour affermir les bordages et soutenir les ponts. Le grand bau ou maître bau sert à mesurer la plus grande largeur du bâtiment et à fixer les dimensions des mâts, des vergues, etc. Des baux d'assemblage.

Il désigne aussi la Traverse qui, dans les bateaux non pontés, soutient le grand mât.

bau

Bau, On dit entre mariniers parlant de la grandeur d'un navire, qu'il a tant de pieds de quille, c'est à dire de long, et tant de pieds de bau, c'est à dire, de large et ouverture, et tant de pieds de chete, c'est à dire, depuis le pont jusques à la quille, et tant de pieds de Loo, c'est à dire, depuis le mast jusques aux bords du navire comme il va à la bouline d'un bord ou d'autre, selon que les escoutes de la bouline sont amarrées.

Baus en faict de navires sont certains soliveaux, six ou sept en nombre couchez par travers de proe à poupe, et eslevez sept ou huit pieds par dessus le fonds du navire, pour vaisseau de charge, ou six pieds pour vaisseau de guerre, et servent pour tenir la rondeur et courbeure du navire en son entier et empescher que les bords ne viennent dedans, et que le vaisseau ne s'escache, et pour porter le tillac. Mais en fait de venerie, Baus sont chiens blancs, la plus part et les meilleurs, tous d'une piece, surnommez greffiers, voyez Bauds.

Bau de bite, voyez Bite.