beau ou bel, belle

BEAU ou BEL, BELLE

(bô ou bèl, bè-l' ; au pluriel l'x se lie : de beaux hommes, dites : de bô-z hommes ; bel se dit devant un mot commençant par une voyelle, mais non pas indifféremment ; c'est seulement devant le substantif auquel il est joint : un bel homme, un bel enfant, mais non pas : il est bel en tout temps, ni : ce drap est bel et bon, mais : est beau et bon ; toutefois on prononce bel dans ces deux phrases presque proverbiales : Tout cela est bel et bon, mais.... On l'a bel et bien mis en prison) adj.
Qui plaît par la forme, en parlant des êtres animés. Ô le bel enfant. Un beau garçon. Femme très belle. Sa pudeur la rendait encore plus belle. Un beau cheval. Un bel arbre. Des traits beaux et réguliers.
J'ai vu souhaiter d'être fille, et une belle fille, depuis treize ans jusqu'à vingt-deux, et, après cet âge, de devenir un homme [LA BRUY., 3]
Un beau visage est le plus beau de tous les spectacles [ID., ib.]
Vous vieillirez, ô ma belle maîtresse, Vous vieillirez et je ne serai plus [BÉRANG., La bonne vieille]
Ce n'est pas le moyen de plaire à ses beaux yeux Que de priver du jour ce qu'elle aime le mieux [CORN., Cinna, III, 1]
....Le lierre Qui croît beau tant qu'à l'arbre il se tient bien serré, Et ne profite point s'il en est séparé [MOL., Sgan. 2]
Il s'emploie quelquefois avec de et un nom sans article : il était beau d'indignation et de colère. Le beau sexe, les femmes. Ma belle amie, ma belle enfant, ou simplement ma belle, expression affectueuse et familière dont on se sert envers une jeune fille ou une jeune femme. Familièrement, élégant, bien vêtu. Une belle dame. Pourquoi vous faites-vous si beau ? Distingué. Le beau monde. Les gens du bel air. Beau fils, jeune élégant à mise recherchée, à manières affectées.
Ce Saumery avait un cadet qui faisait le beau fils et l'homme à bonnes fortunes [SAINT-SIMON, 366, 91]
Remarquable par les proportions, en parlant des choses, qui plaît à la vue, agréable. Une belle maison. Un beau théâtre. Beaux jardins. Un très beau site. Toutes les belles choses sont rares. Chacun trouve beau ce qu'il possède. Les statues de Phidias, qui sont ce qu'il y a de plus beau en ce genre. La plus belle saison de l'année.
Rien n'est beau que le vrai, le vrai seul est aimable [BOILEAU, Art poét. I]
Qui est en bon état, bon, qui fait bien une chose. Très belle flotte. Champ de belle apparence. Belles moissons. Beau feuillage. Belle santé. Cette maison est en bel air. Un beau mangeur. Un beau danseur. Un beau diseur. Beau joueur, celui qui fait les plus grandes pertes au jeu, sans laisser apercevoir le chagrin qu'il éprouve, et figurément, celui qui supporte galamment les diverses chances. Belle humeur, bonne disposition de l'âme, gaieté.
On dit, par belle humeur et dans la liberté de la conversation, de ces choses froides qu'à la vérité on donne pour telles, et que l'on ne trouve bonnes que parce qu'elles sont extrêmement mauvaises [LA BRUY., 5]
Hier dans sa belle humeur elle entretint Valère [CORN., Hor. I, 1]
Que cette belle humeur soit véritable ou feinte [ID., Agésil. IV, 7]
Digne d'être écouté. De belles paroles, de belles promesses.
Combien de belles et inutiles raisons à étaler à celui qui est dans une grande adversité, pour essayer de le rendre tranquille ! [LA BRUY., 5]
Ironiquement, de belles paroles, de belles promesses, des paroles dites, des promesses faites, sans qu'on veuille les faire suivre d'effets. Un beau pinceau, un beau ciseau, un beau burin, pour dire un bon peintre, un bon sculpteur, un bon graveur.
Pur, serein. Beau jour. Par un beau temps. Quel beau ciel ! Il fait beau temps, il fait beau, le temps est beau.
Elle se promène dès qu'il fait beau [SÉV., 253]
Ironiquement, il fera beau temps, il fera beau quand.... c'est-à-dire à l'avenir la chose ne se passera plus de même. Il fera beau temps quand je lui confierai un secret. Les beaux jours, la saison chaude de l'année ; et figurément, les beaux jours, les belles années, le bel âge, le temps, l'époque de la jeunesse. En termes de marine, une belle mer, une mer qui n'est pas agitée. Mourir de sa belle mort, mourir de sa mort naturelle. À la belle étoile, en plein air.
Fig. Grand, relevé, en parlant des choses de l'esprit. Beaux poëmes. Beaux génies. Belle harangue. De très belles expressions. Il a laissé de beaux ouvrages.
J'aime encore les beaux morceaux de Lulli, malgré tous les Glucks du monde [VOLT., Lettr. Mme du Deffant, 25 janv. 1775]
Bel esprit, genre d'esprit qui ne manque ni de distinction ni d'élégance, mais qui tombe facilement dans la prétention.
La Garouffière, qui prétendait fort au bel esprit, se fit apporter un portefeuille [SCARR., Rom. com. II, ch. 13]
Un bel esprit, un homme dont l'esprit est orné de connaissances agréables.
Voiture est le premier qui fut en France ce qu'on appelle un bel esprit [VOLT., Louis XIV, Écrivains, Voiture.]
Je le sais, Théobalde, vous êtes vieilli ; mais voudriez-vous que je crusse que vous êtes baissé, que vous n'êtes plus poëte ni bel esprit ? [LA BRUY., 5]
Ascagne est statuaire, Hégion fondeur, Eschine foulon, et Cydias bel esprit, c'est sa profession [ID., ib.]
Oui, allez dire qu'on peut nous voir ; c'est sans doute un bel esprit qui a ouï parler de nous [MOL., Préc. 7]
Vous recevez beaucoup de visites ? Quel bel esprit est des vôtres ? [ID., ib. 10]
Il se prend souvent en mauvaise part. C'est un bel esprit ennuyeux ; une femme bel esprit. Les belles-lettres, la grammaire, l'éloquence et la poésie.
Il y avait des savants à belles-lettres qui ne cherchaient que la pureté des langues [FÉN., XXI, 44]
Les beaux-arts, l'éloquence, la poésie, la peinture la sculpture, l'architecture, la musique et la danse d'expression.
Noble, élevé, généreux, glorieux. De beaux sentiments. Un beau caractère. Belle âme. Une belle naissance. Les beaux temps de notre histoire.
Jugez mieux du beau feu qui brûle l'un et l'autre [CORN., Rodog. III, 4]
Don Rodrigue et don Sanche à l'envi font paraître Le beau feu qu'en leurs cœurs ses beautés ont fait naître [ID., Cid, I, 1]
Qu'il mourût, Ou qu'un beau désespoir alors le secourût [ID., Hor. III, 6]
Rome unique objet d'un désespoir si beau [RAC., Mithr. III, 1]
Par un beau désespoir me secourir moi-même [ID., Baj. II, 3]
Au nom d'une amitié si constante et si belle [ID., Bérén. III, 1]
Conduisez ou suivez une fureur si belle [ID., Andr. IV, 3]
Mon malheur est parti d'une si belle cause ? [ID., Mithr. IV, 2]
Ah ! que d'un si beau sang dès longtemps altérée Rome tient maintenant la victoire assurée [ID., ib. V, 1]
Vous ne souffrirez pas que le fils d'une Scythe Commande au plus beau sang de la Grèce et des Dieux [ID., Phèd. I, 3]
Là, si tu veux mourir, trouve une belle mort [CORN., Cid, III, 6]
Je mourrai trop heureux, mourant d'un coup si beau [ID., ib. III, 4]
Il est beau de mourir maître de l'univers [ID., Cinna, II, 1]
S'efforce à noircir une si belle vie [ID., Nicom. III, 8]
Ah ! Seigneur, d'une si belle vie Un si faible ennemi peut-il troubler la paix ? [RAC., Esth. II, 1]
Et beau pour vous sera faire mentir Tout ce qu'a dit de moi la médisance [CHAULIEU, à Mme de Bouillon.]
Qu'il est beau de périr dans des desseins si grands ! [VOLT., Mort de Cés. II, 4]
Bienséant, convenable, honnête. Il est beau de.... Il serait très beau, à mon avis, de.... Le plus beau rôle est de regarder. Il y a un langage qui est beau pour les vieillards. Trouvez-vous que cela soit beau ? Cela n'est pas beau. Il n'est pas beau que vous ayez pris sa place.
Heureux, favorable. Un très beau succès. Un bel emploi. Avoir de belles protections. Être en belle passe. Un beau commencement.
L'occasion est belle, il la faut embrasser [RAC., Plaid. V, 1]
Seigneur, l'occasion ne peut être plus belle [CORN., Nicom. II, 8]
Cependant puisqu'enfin l'apparence est si belle [ID., ib. IV, 2]
La paix à qui nos feux doivent ce beau succès [ID., Hor. I, 4]
Pour moi qui, gémissant sous le poids des années, Ne dois plus espérer de belles destinées [ROYOU, Phocion, III, 3]
Et si ton entreprise a quelques beaux effets, Nous te reconnaîtrons par de plus grands bienfaits [MAIR., Mort d'Asdrub. II, 1]
Hélas j'ai cru ce jour le plus beau de ma vie [VOLT., Brutus, III, 5]
Un vieillard qui succombe au poids de ses années Peut-il troubler ici vos belles destinées ? [ID., Zaïre, III, 6]
Gros, grand, considérable, précieux. De belles pommes. Une belle quantité d'or. Une belle somme d'argent. Belle fortune. Belle provision de livres. Ces conquêtes seraient déjà d'assez beaux prix de la victoire. Très beaux présents. Belles promesses. Vous nous avez fait une belle peur. Une belle et bonne fluxion de poitrine.
Mais beaux et bons sangliers, daims et cerfs bons et beaux [LA FONT., Fabl. II, 19]
Il vous en rapportera un beau nombre [PASC., Prov. 4]
Familièrement. Il y a beau temps qu'il est parti, il y a longtemps qu'il est parti. Dans un sens ironique. Répondez, beau défenseur des mauvaises causes. Ô le beau général ! Mon bel ami ! Oh ! la belle victoire que vous remportez ! La belle chose, la belle affaire si... ! Me voilà dans un bel état ! Arrangé de la belle manière.
Le bel appui que j'ai là ! Belle demande ! Aussi on en a fait beau bruit en Flandre [PASC., Prov. 19]
Si faut-il voir si cette belle philosophie.... La belle chose de crier à un homme.... [PASC., dans COUSIN]
La reine les mande [les maîtres des requêtes], les appelle de belles gens pour s'opposer à la volonté du roi [RETZ, II, 104]
Vous vous taisez exprès et me laissez parler par belle malice [MOL., D. Juan, III, 1]
Pendant ce beau discours Seigneur loup étrangla le baudet sans remède [LA FONT., Fabl. VIII, 17]
Quand tout le monde est descendu dans la rue, il s'y fait un bel embarras [MONTESQ., Lett. pers. 24]
Familièrement. Vous avez fait un beau coup, c'est-à-dire, vous avez fait une maladresse, une action blâmable. En faire de belles, en dire, en conter de belles, faire, dire des sottises, des extravagances. De belle sorte, ironiquement, de la bonne manière, sans ménagement.
.... Que si la colère une fois me transporte, Je vous ferai chanter hélas de belle sorte [MOL., Sgan. 1]
Nous les avons menés de la belle manière [P. L. COUR., I, 218]
On lui en fera voir de belles, on le malmènera. Dans le même sens, il verra beau jeu.
10° Quelquefois beau est rédondant. Un beau jour il pourra, je l'espère.... A beaux deniers comptants. Au beau milieu de la rue. Crier comme un beau diable. Le cheval le déchira à belles dents.
Le chat et le renard comme beaux petits saints S'en allaient en pèlerinage [LA FONT., Fab. IX, 14]
Au beau premier lapidaire [ID., ib. I, 20]
Que sa chatte en un beau matin [ID., ib. II, 18]
Fig. Déchirer à belles dents, médire.
11° Il fait beau, suivi d'un infinitif, il est agréable de.
Qu'il fera beau chanter tant d'illustres merveilles ! [RAC., Poésies, 2]
Ironiquement, il fait beau, on serait mal reçu à....
Il serait étrange.... Il ferait beau alléguer l'opinion publique à Mademoiselle de Pisseleu [P. L. COUR., II, 391]
Il me ferait beau voir aller à la fontaine des fées [PERRAULT, 23]
Il nous ferait beau voir attachés face à face [MOL., Amph. I, 4]
Il ferait beau voir une province entière se disperser dans les forêts [DIDER., Pens. phil. 6]
12° Terme de jeu. Donner beau jeu à quelqu'un, lui donner des cartes maîtresses ; et figurément, donner à quelqu'un les moyens de réussir contre nous. Avoir beau jeu, avoir les cartes maîtresses ; et figurément, avoir l'occasion favorable. Cela lui fait beau jeu, cela lui donne un grand avantage. Faire un beau coup, avoir un coup heureux. Fig.Un beau coup de bourse, un grand gain. Au jeu de paume, donner beau, jouer la balle de manière qu'elle soit facile à prendre. Donner beau sur les deux toits, envoyer la balle à son adversaire de manière à ce qu'elle porte sur les deux toits, ce qui la rend aisée à prendre. Fig. et familièrement. Donner beau ou la donner belle à quelqu'un, fournir à quelqu'un une occasion favorable.
Pour lui donner plus beau, elle ne cessait de le railler [HAMILT., Gramm. 10]
Nous convînmes [Bezons et moi] que, s'il [le duc d'Orléans] nous le donnait beau dans la conversation à l'un de nous deux, celui qui trouverait jour le saisirait pour pousser l'ouverture [SAINT-SIMON, 251, 107]
Ironiquement. La donner belle à quelqu'un, se moquer de lui.
Cet inconnu, dit-il, nous la vient donner belle D'insulter ainsi notre ami [LA FONT., Fables, XII, 2]
Pinuccio nous l'allait donner belle [ID., Berc.]
La bailler belle à quelqu'un, lui en faire accroire.
On m'en baille, en discours, de belles [RÉGNIER, Épît. III]
L'avoir beau ou l'avoir belle, avoir l'occasion favorable.
Mme de Nemours fut desservie auprès du roi, Puysieux eut beau à la donner comme peu mesurée avec un prince du sang [SAINT-SIMON, 129, 169]
Au jeu du mail, mettre en beau, ajuster au milieu pour franchir la passe.
13° L'échapper belle, échapper à un grand péril.
Nous l'avons en dormant, madame, échappé belle [MOL., Femmes sav. IV, 3]
Je viens de l'échapper bien belle, je vous jure [ID., Éc. des f. IV, 6]
La manquer belle, perdre une bonne occasion.
Le galant indigné de la manquer si belle [LA FONT., Fiancée.]
14° Avoir beau, faire inutilement. Il a beau se remuer, il ne réussira pas, c'est-à-dire bien qu'il se remue, il ne réussira pas.
La mort a des rigueurs à nulle autre pareilles, On a beau la prier [MALH., à du Périer.]
On a beau la défendre, on a beau le prier [CORN., Rod. I, 6]
J'ai beau faire et beau dire afin de l'irriter [ID., Héracl. V, 2]
Je suis reine, seigneur ; et Rome a beau tonner, Elle ni votre roi n'ont rien à m'ordonner [ID., Nicom. I, 1]
Crois que dorénavant Chimène a beau parler, Je ne l'écoute plus [ID., Cid, IV, 3]
Et mes feux dans mon âme ont beau s'en mutiner.... [ID., Rodog. IV, 4]
Ils ont beau se cacher ; l'amour le plus discret Laisse par quelque marque échapper son secret [ID., Baj. III, 8]
Ses vœux depuis quatre ans ont beau l'importuner [ID., Brit. II, 2]
J'ai beau pleurer, sa mort est résolue [ID., Andr. III, 6]
On a beau avoir des troupes [BOSSUET, Hist. III, 3]
Vous avez beau dire et beau faire [SÉV., 4]
On a beau étudier les hommes [FÉN., Tél. XI]
Ce fait [l'Iliade renfermée dans l'alphabet] étant supposé, un homme qui voudra trouver de l'art dans l'Iliade, raisonnera très mal ; il aura beau admirer l'harmonie des vers, la justesse et la magnificence des expressions [ID., Exist. 74]
Nous avons beau leur annoncer qu'on meurt comme on a vécu [MASS., Car. Mort.]
Vous avez beau faire montre d'une vaine intrépidité [ID., Carême, Évidence.]
Les prophètes avaient beau alors leur reprocher leurs injustices [ID., Car. Culte.]
15° En termes d'escrime, avoir les armes belles, faire bien des armes et avec grâce.
16° En termes de manége, ce cheval porte beau, il porte bien la tête.
17° S. m. Ce qui est beau, le beau côté d'une chose. Le beau est rare. Où est le beau dans un monceau d'or ? Le beau de cette victoire c'est.... Quand on achète, il faut prendre du beau.
Lorsqu'on en est maître une fois, il n'y a plus rien à souhaiter, tout le beau de la passion est fini [MOL., Festin, I, 2]
Pendant qu'il [le roi de Suède] rassemble de nouvelles forces, Dieu tonne du plus haut des cieux ; le redouté capitaine tombe au plus beau de sa vie, et la Pologne est délivrée [BOSSUET, Anne de Gonz.]
Tout ce qui élève l'âme en lui faisant éprouver un sentiment de plaisir. Le beau idéal.
Vous y cherchiez le vrai, vous y goûtiez le beau [VOLT., Loi nat.]
C'est ce beau universel [de Platon] qui enlève le corps et qui fait oublier toute beauté particulière [FÉN., XVIII, 323]
En beau, en donnant plus de beauté, et figurément, sous un favorable aspect. Peindre quelqu'un, quelque chose en beau.
Je mets dans son portrait un peu de Grignan en beau [SÉV., 575]
Au beau, en parlant du temps, à un état serein. Le baromètre est au beau. Le beau fixe auquel le baromètre se tient depuis quelques jours.
Faites un soupir ou un sourire, et dites que le temps est au beau [P. L. COUR., I, 60]
S. m. Un beau, un homme recherché dans sa toilette et dirigeant la mode. Familièrement. Faire le beau, la belle, se pavaner. S. f. Une belle, une femme qui a de la beauté.
.... le fécond pinceau qui, sûr dans ses regards, Retrouve un seul visage en cent belles épars [A. CHÉN., 3]
Une belle, une maîtresse. Il attendait sa belle.
18° Elliptiquement. Belle, avec un substantif féminin sous-entendu. Prendre sa belle, saisir l'occasion. Attendre sa belle, attendre une occasion favorable.
M. Talon avait conclu en plein contre M. de Luxembourg ; ce fut aussi où il arrêta son affaire ; et à son érection nouvelle il attendit sa belle [SAINT-SIMON, 17, 195]
Terme de jeu. Jouer la belle, se dit de deux joueurs qui, ayant gagné chacun une partie, en jouent une troisième pour décider finalement du gain ou de la perte. De plus belle, en augmentant.
Le seigneur fait frapper de plus belle [LA FONT., Paysan.]
La main qu'on lui serrait de plus belle à cette déclaration [HAMILT., Gramm. 4]
Bien le connais, ce dieu sans foi ni loi, Qui de plus belle, et sans savoir pourquoi, Veut prendre encor chez moi son domicile [CHAUL., à Mme D.]
En conter de belles sur, raconter des choses peu honorables, peu favorables sur quelqu'un.
On m'en a conté de belles sur son peu de probité [HAMILT., Gramm. 9]
19° Tout beau, loc. adv. Doucement, modérez-vous.
Tout beau, ne les pleurez pas tous [CORN., Hor. III, 6]
Tout beau, ma passion, deviens un peu moins forte [ID., Cinna, I, 2]
Tout beau, Pauline, il entend vos paroles [ID., Poly. IV, 3]
Tout beau : que votre haine en son sang assouvie N'aille point à sa gloire, il suffit de sa vie [ID., Pomp. III, 2]
Tout beau, Flaminius, je n'y suis pas encore [ID., Nicom. IV, 4]
.... Il faut sans discourir Que tu meures. - Tout beau ! Mon âme pour mourir N'est pas en bon état [MOL., Dép. III, 7]
Tout beau, dira quelqu'un, vous entrez en furie [BOILEAU, Sat. I]
Tout beau, qui dans la langue de Corneille appartenait au style le plus élevé, n'est plus aujourd'hui que du style familier. Tout beau, tout beau ! expression dont on se sert pour modérer les mouvements d'un chien.
Ces chiens à qui l'on dit tout beau [SÉV., 499]
Bel et bien, bel et beau, bien et beau, loc. adv. Tout à fait, entièrement. Il le fit bel et bien.
Dis-lui bien et beau [clairement] que.... [MOL., Dép. I, 6]

PROVERBES

  • À beau jeu beau retour, rendre la pareille.
  • Ce que vous me proposez est beau et bon, mais je n'en ferai rien, se dit à une personne dont on ne goûte pas les propositions.
  • Il a le commandement beau, c'est-à-dire il ordonne des choses impossibles, ou peu importe ce qu'il commande, on n'en tient compte.
  • Voilà un beau venez-y-voir, se dit pour rabaisser une chose trop vantée.
  • La belle plume fait le bel oiseau, c'est-à-dire les beaux habits donnent de la bonne mine.

REMARQUE

  • 1. La locution avoir beau pour dire faire inutilement, peut s'expliquer ainsi : avoir beau, c'est toujours avoir beau champ, beau temps, belle occasion ; avoir beau faire, c'est proprement avoir tout favorable pour faire. Voilà le sens ancien et naturel. Mais par une ironie facile à comprendre, avoir beau a pris le sens d'avoir le champ libre, de pouvoir faire ce qu'on voudra, et, par suite, de se perdre en vains efforts. Vous avez beau dire, c'est, primitivement, il est bien à vous de dire ; puis, vous pouvez dire, on vous permet de dire, mais cela ne servira à rien.
  • 2. Molière a écrit : Nous l'avons échappé belle, et c'est ainsi qu'on écrit maintenant ; mais ce n'en est pas moins une irrégularité, et, dans le XVIe siècle, on écrivait : il l'a échappée belle.

SYNONYME

  • BEAU, JOLI. Le joli n'est qu'un diminutif du beau ; il n'en a ni la grandeur, ni la régularité, ni la généralité, ni l'idéal. La chaîne des Pyrénées vue du haut du pic du Midi est un beau spectacle ; un joli paysage est quelque chose de bien plus restreint. Un vieillard peut avoir une belle tête ; mais il n'a jamais un joli visage ; une femme jolie peut n'être pas belle. Enfin le joli n'a point un type idéal de perfection auquel les lettres et les arts cherchent à se conformer. TORIQUE :
  • Xe s.
    Bel avret [elle avait] corps, bellezour anima [, Eulal.]
  • XIe s.
    Que nous perdons claire Espagne la bele [, Ch. de Rol. IV]
    Bels fut li vespres, et li soleils fut clair [, ib. X]
    Bel sire reis, je vous ai servit tant [, ib. LXVII]
    Ancui [nous] aurons un eschec [butin] bel et gent [, ib. LXXXIX]
    Quand Charles veit si beles contenances [de ses guerriers] [, ib. CCXIV]
    Je vous durrai [donnerai] moillers gentes et beles [, ib. CCXLVII]
  • XIIe s.
    Li solaus luit, si fu et bel et cler [, Ronc. p. 32]
    Biaus douz amis, de moi aiez pitié [, ib. p. 92]
    D'or est la boucle, et belle à esgarder [, ib. p. 125]
    Bele suer Aude, ne vous esmaiez mie [, ib. p. 174]
    Mais à dame de valor Bele et bone et acesmée [parée] [, Couci, I]
    Moult m'a amors atournée Douce peine et biau labor [, ib. I]
    Et je la [ma dame] proi [prie] sans biau respons avoir [, ib. IX]
    Au mont [au monde] n'a [il n'y a] voir [vraiment] si cruel traïson Qu'un bel semblant et courage felon [, ib. IX]
    Bele dame me prie de chanter [, ib. X]
    Je ne me sai tenir ne conforter De vous, biaus cuers, servir entierement [, ib. X]
    Car quant je me repourpens Comme ele est bele à veoir [, ib. XI]
    Et sachez bien, se biauz servirs ne ment [trompe], Que tous les biens qu'on peut avoir d'aimer, Aura mes cuers qui adès s'i attent [, ib. XII]
    Mais moult m'est bel qu'à son vouloir [il] me maine [, ib. XI]
    De ses biauz ieuz [elle] me vint sans desfiance Ferir au cuer, que n'i ot autre effort [, ib. XVI]
    Biauz sire Diex, comment pourrai avoir Vraie merci ?... [, ib. XVII]
    Et quant mi mal [mes maux] lui sont bel et plaisant [, ib. X]
    Il est biaus et je suis gente ; Quant l'uns à l'autre atalente, Pour quoi nous as despartis ? [, Dame de Faiele dans Couci]
    Sa mere entra, si s'assiet devant li [elle] ; Bel li pria : fille, prenez mari [, Romancero, p. 73]
    La mere vit son enfant angoissous ; Trop bel lui dit : fille, rehaitiez-vous [, ib. p. 74]
    Ce fu à Pentecoste que il fait bel et cler [, Sax. XII]
    Helissant [ils] enmenerent, la bele au cors legier [, ib. XVI]
    Quant li cuens les i sut, moult lui fu bel et bon [, ib. XXII]
    Si bel leur a li cuens la parole taillie, [que] N'[y] a baron en la court qui de rien l'en desdie [dédise] [, ib. XXXII]
    Nis [même] pur les mues bestes [pour la chasse des bêtes] fait il mult grief justise, Les beaus hummes desfaire, metre maint à juise [jugement] [, Th. le mart. 152]
  • XIIIe s.
    Et por ce enveia li quens et Henris ses freres de lor nés [navires] chargies de dras et de viandes et autres belles choses [VILLEH., XXX.]
    Quant la saison du douz temps s'asseüre, Que biaus estez se rasraine [rassérène] et esclaire, Lors [je] chanterai.... [EUST. LE PEINTRE, dans Couci, p. 125]
    Biaus très dous fils, fait-elle, comment osas penser ? [, Berte, III]
    Par un jour si très bel qu'il ne pleut ni ne vente [, ib. X]
    Belle, ce dist li rois, laissez ce deuil ester [, ib. XVII]
    En la bele forest où ert [était] maint haut sapin [, ib. LV]
    Et Blanchefleurs leur a leur bel salut rendu [, ib. LXXIX]
    Bel et courtoisement [il] a le roi salué [, ib. LXVII]
    Je vos aporte bones noveles ; Je quit [pense] que moult vos seront beles [, Ren. 968]
    Si vi ung songe en mon dormant, Qui mout fut biax, et moult me plot [, la Rose, 27]
    Vers une riviere m'adresce, Que j'oi près d'ilecques bruire ; Car ne me soi aillors deduire Plus bel que sur cele riviere [, ib. 107]
    Mais face dire ses paroles le plus biau et le plus corteisement qu'il pora [, Ass. de Jér. 46]
    On ne li pot biau veer [empêcher] qu'il ne feist se [sa] volonté et cortoisie à son pere de ce qui sien estoit [BEAUMANOIR, XXXIV, 49]
    Et des autres conditions qui sunt entre les autres sers estranges, nous noz en avons biau taire, parceque nostre livre si est des coustumes de Biavoisis [ID., XLV, 31]
    Et porce qu'il peust le pueple garantir contre les enviex, et les malvès justicier, regarderent cix qui estoient li plus bel, plus fort et plus sage, et lor donerent seignorie sor eus [ID., XLV, 32]
    Tu iez Hester qui s'umelie, Tu iez Judit qui biau se pere [se pare] [RUTEB., II, 9]
    Onques [homme] si bel armé ne vi [je ne vis] [JOINV., 226]
    J'ai mes petis enfans à qui je sui tenus Plus qu'as povres estranges, ne qu'as freres menus ; Je les ai jusque ci bien et bel maintenus [J. DE MEUNG, Test. 355]
  • XIVe s.
    Et aussi nulle punicion ne deffence ne beau parler ou persuasion ne les pourroit retraire de mal faire [ORESME, Eth. 72]
    Par mon chief ! fist li ducs, voici chose faée ; Li vilains nous en a une belle donnée, Qui nous a fait venir et regarder la bée [, Guesclin. 1495]
  • XVe s.
    Nous nous en avons beau [nous ferons bien] taire et souffrir, velà les freres au duc de Glocestre qui bien y pourvoiront [FROISS., III, IV, 61]
    Il les rappaisa [ses gens] au plus bel qu'il pust [ID., I, I, 97]
    Et leur fit grace pourtant que si bel et si vaillamment ils s'estoient tenus et desfendus contre leurs ennemis [ID., I, I, 146]
    Et le gentil homme qui pris m'avoit estoit très bel homme [ID., III, IV, 42]
    Volontiers au matin, quand il estoit levé, mais que il fit bel, [Yvain de Galles] s'en venoit devant le chastel [ID., II, II, 30]
    Et leur montra adonc tant de belles raisons qu'ils s'en souffrirent [ils s'en contentèrent] [ID., I, I, 111]
    Si passa le roi son mautalent adonc au plus beau qu'il put [ID., I, I, 296]
    Et le lendemain au matin, les dits Anglois ordonnerent leurs batailles, et passerent à beau pié la dite riviere [AL. CHARTIER, Hist. de Charles VII]
    ... en nom de Dieu tu la bailles Belle ! de qui appelles-tu ? [, Mir. de Ste-Genev]
    À recommencer de plus belle, J'en voy jà les adjournements Que font, vers vieulx et jeunes gens, Amours et la saison nouvelle [CH. D'ORL., Rond.]
    Et pour ceste cause allerent à Pontoise les dicts ducs de Berry et de Bourgongne, et y eut articles faicts beaux et bons, lesquels pleurent à toutes les parties [JUVÉNAL DES URSINS, Charles VI, 1413]
    Les Gois estoient trois freres, fils de Thomas le Gois qui estoit boucher, bel homme, et en son estat bon marchand [ID., ib. 1411]
    Je vous l'ay appellée ma dame, Et devoye dire demoiselle, Là où j'ay failly par mon ame ; Pourquoy el' la me bailla belle [COQUILL., Le monologue du Pu ts.]
    Et [le roi] eust eu beau se retirer en France, sans peril, si n'eussent esté ses longs sejours sans propos [COMM., VIII, 5]
    Il fut là laissé toute la belle nuit [LOUIS XI, Nouv. XXVII]
    Il auroit bel attendre [ID., ib.]
    Si s'avisa bon jacobin de venir voir sa dame et qu'à l'aventure il pourroit estre si heureux que de la trouver en belle [ID., ib. XLVI]
    Quand il vit que par beau ne par laid [prières ni menaces] il ne la pouvoit oster de sa mauvaistié [ID., ib. LXXXIV]
  • XVIe s.
    Ses successeurs voyans qu'ils n'y gagnoient rien, se deporterent bien et beau de ceste obstination [CALVIN, Instit. 909]
    Mais dessus tout, qu'il fit beau voir Le roy armé, accompaigné de princes ! [J. MAROT, V, 29]
    Or est Cassan basty dessus ung hault, Et au beau pyé est la riviere d'Ade [ID., V, 90]
    ....Au beau travers [à travers] [ID., V, 143]
    Ô ! vous facteurs [poëtes], parlant beau comme ung ange, D'honneur et loz donnez un million Au roy Loys [ID., V, 136]
    De plus belle [J. MAROT, V, 155]
    De plus beau [même sens] [ID., V, 181]
    Homme faulx, et bel enlangaigé Vault pis que faulx ès mains d'un enraigé [ID., V, 194]
    On a beau dire : une colombe est noire [MAROT, II, 56]
    Belle en qui gist ma mort ou mon secours [ID., I, 353]
    À belles dents [MONT., I, 21]
    Cette belle [ironiquement] sentence [ID., I, 24]
    Eschylus a beau se tenir à.... [ID., I, 74]
    Tu as beau faire, douleur ! si ne diray je pas que tu sois mal [ID., I, 301]
    Tant que l'ennemy est en pied, c'est à recommencer de plus belle [ID., I, 351]
    Vrayement Protagoras nous en contoit de belles.... [ID., II, 311]
    Il a bel aller à pied, qui mene son cheval par la bride [ID., III, 287]
    Il est bel à veoir [évident] que d'ores en là ce leur est plus languir que vivre [LA BOÉTIE, 29]
    Et, pour ce qu'en ce nom le beau est accouplé avecques le bon, le premier que je voyois beau et bien formé, je m'approchois de luy [ID., 153]
    Il fait beau voir les habillements tous separez.... cela est beau à l'œil [ID., 178]
    Ce beau tiltre de Bel et Bon qu'on t'a donné [ID., 207]
    Voyla beau coude, ce dit quelqu'un. Bel estil vrayement, dit elle, mais non pas pour demeurer en veuë [ID., 298]
    Amorces de bonne esperance et de belles paroles [AMYOT, Timol. 16]
    Ilz employerent leur loisir à un très bel et très digne exploit [ID., ib. 23]
    Il s'en alla en tel equippage, dansant jusques au beau milieu de l'assemblée du peuple [ID., Pyrrhus, 27]
    Il feit imaginer à ses compagnons, que c'estoit belle couardise qui luy faisoit tenir ces propos là [ID., Nicia, 39]
    Ilz empoignoient à belles mains les bourdons des Parthes [ID., Crassus, 48]
    Les corbeaux recommencerent à crier arriere de plus belle [ID., Phoc. 12]
    Paulinus ne voulut pas, remonstrant qu'il falloit aller tout beau, et ne se travailler pas trop, ny aller chaudement [ID., Othon, 15]
    Et dès lors recommença plus beau que devant à siffler [DES PÉRIERS, Contes, CXV]
    Notre curé la bailla belle Aux huguenots de la Rochelle [D'AUB., Faen. II, 6]
    La royne d'Hongrie a beau [beau jeu pour] faire ce qu'il luy plaist, puisqu'on luy en donne le loisir [CARLOIX, IV, 26]
    De ce que, par sa faveur, ils l'avoient, non pas si belle, mais si mortelle et sanglante, eschappée [CARLOIX, VII, 4]
    À quoy le roy l'eschappa belle ; car l'harquebusade... [BRANT., Launoy.]
    Quand vous serez bien vieille, au soir à la chandelle, Assise auprès du feu, devisant et filant, Direz, chantant mes vers, en vous esmerveillant : Ronsard me celebroit du temps que j'estois belle [RONSARD, ]

ÉTYMOLOGIE

  • Berry, biau ; bressan, bal ; picard, biau et biel ; provenç. bel ; catal. bell ; espagn. et ital. bello ; de bellus. Bèze, au XVIe s. dit qu'on prononce beo, un e fermé s'entendant avec o et ne faisant qu'un son, et il recommande de ne pas prononcer biau comme font les Parisiens. Dans l'ancien français, au nominatif singulier, bels ou baus, au régime bel ; au nominatif pluriel bel, et au régime bels ou baus. C'est du régime singulier que nous est restée la forme bel.

SUPPLÉMENT AU DICTIONNAIRE

    BEAU. - REM. Ajoutez :
  • 3. Il est rare que bel se dise autrement que devant un substantif commençant par une voyelle ou une h muette : un bel arbre, un bel homme. Pourtant on en trouve quelques exemples dans un autre emploi, mais toujours devant une voyelle, bien entendu.
    S'il est vrai que l'homme laid de naissance soit plus bel encore que le plus beau des animaux [CH. LÉVÊQUE, Science du beau, t. II, p. 338, Paris, 1861]
    Cela n'est point une faute, mais maintenant c'est peu usité.