becque-cornu ou bec-cornu

BECQUE-CORNU ou BEC-CORNU

(bèk-kor-nu) s. m.
Sot, imbécile.
Et sans doute il faut bien qu'à ce becque-cornu Du trait qu'elle a joué quelque jour soit venu [MOL., Éc. des femmes, IV, 6]
Que maudit soit le bec-cornu de notaire qui m'a fait signer ma ruine ! [ID., Méd. malgré lui, I, 2]
Au plur. Des becques-cornus ou becs-cornus.

ÉTYMOLOGIE

  • Becque ou bec, de l'ital. becco, bouc (voy. BOUC), et, figurément, homme que sa femme trompe, et cornu. L'orthographe becque-cornu est la meilleure, attendu que becque n'a rien de commun avec bec.