becqueter ou béqueter

Recherches associées à becqueter ou béqueter: becquée, becter, se pointer

BECQUETER ou BÉQUETER

(bè-ke-té. La syllabe que prend un accent grave quand la syllabe qui suit est muette : becquète, becquèterai)
V. a. Frapper avec le bec.
Figurez-vous un passereau qui becquèterait le bout des plumes d'un vautour [VOLT., Amabed, 5]
Des bonnes sœurs égayant les travaux, Il béquetait et guimpes et bandeaux [GRESSET, Vert-vert, ch. I]
Se becqueter, v. réfl. Se battre, se caresser avec le bec.

HISTORIQUE

  • XIIIe s.
    Il me venoient pooillier Et entre les jambes bechier [, Ren. 13024]
  • XIVe s.
    Je vi que de ses ailes [d'un aigle] tous acouvers j'estoie, Et me voloit beschier es yeux dont je veoie [, Guesclin. 17711]
  • XVe s.
    Cil bel oiseau, quand il se vit si au dessus de plumage, et que tous oiseaux l'honoroient, il se commença à enorgueillir, et ne fit compte de ceux qui fait l'avoient, mais les bequoit et poignoit et contrarioit [FROISS., II, III, 27]
  • XVIe s.
    Tous les autres oiseaux le viennent becqueter et courir sus à toute reste [PARÉ, Mumie et licorne. Dédic.]

ÉTYMOLOGIE

  • Wallon, bèchi ; provenç. bechar ; ital. beccare. Becqueter est un diminutif de l'ancien français bequer ou bechier, conservé dans la fauconnerie.