bénitier

(Mot repris de benitier)

bénitier

n.m.
1. Bassin à eau bénite.
2. Mollusque dont les grandes valves étaient utilisées comme bénitiers.

bénitier

(benitje)
nom masculin
religion récipient contenant l'eau bénite tremper ses doigts dans le bénitier et faire le signe de croix

BÉNITIER

(bé-ni-tié ; l'r ne se lie jamais ; au plur. l's se lie : des bénitiers en marbre, dites : des bé-ni-tié-z en marbre) s. m.
Vase consacré à l'eau bénite.
La fièvre.... Un bénitier aux pieds, va l'étendre à la porte [BOILEAU, Épît. III]
Fig. Se démener comme un diable dans un bénitier, s'agiter violemment.
Bien vite il sut jurer et maugréer Mieux qu'un vieux diable au fond d'un bénitier [GRESS., Vert-Vert, ch. III]

HISTORIQUE

  • XVIe s.
    Prenans de l'eaue beniste, apperceusmes dedans le benoistier ung homme vestu d'estolles [RAB., Pant. IV, 45]
    Je l'attendois au benoistier, Pour lui donner de l'eau beniste ; Mais elle s'enfuyoit plus viste.... [MAROT, I, 206]

ÉTYMOLOGIE

  • Bénit ; Berry, bénêtier. Benoistier du XVIe siècle vient de benoit, équivalent de bénit. Ménage remarque qu'à Paris on disait bénitier (qui a définitivement pris le dessus), mais qu'en province on dit benestier (l's ne se prononce pas) et que c'est la meilleure prononciation. Benestier se trouve dans RÉGNIER : Pissent au benestier afin qu'on parle d'eux, Sat. II. Benestier est la prononciation normande de benoistier.

bénitier

BÉNITIER. n. m. Sorte de bassin ou de vase destiné à contenir l'eau bénite dont on se sert pour faire le signe de la croix, pour asperger. On met des bénitiers à l'entrée de toutes les églises. Bénitier de marbre, de pierre. Un bénitier fait d'une grande coquille. Suspendre un petit bénitier au chevet de son lit. Bénitier d'argent, de cristal, de porcelaine, etc.

Fig. et fam., Se démener comme le diable au fond d'un bénitier, comme un diable dans un bénitier, S'agiter beaucoup.

bénitier


BÉNITIER, s. m. [Béni-tié, 1re et 3e é fer. dout. à la 3e.] Dans le Dict de Trév. on met benetier, ou benitier, et l'on dit seulement que le dernier est le meilleur. Ménage penchait pour benetier, en avouant que l'usage est pour benitier. Il était aparemment frapé de l' étymologie de ce mot et de ce qu'on a dit longtems benoistier, qu'on prononçait benaitier, et que quelques-uns écrivaient de même. Aujourd'hui l'usage est constant pour bénitier, et cet usage est raisonnable: car, puisqu'on dit, eau bénite, il est naturel qu'on apèle bénitier le vase où on la met.

Traductions

bénitier

sant-aquuyo, acquasantiera, pila dell'acqua santa

bénitier

stoup

bénitier

[benitje] nmstoup