bercail

(Mot repris de bercails)

bercail

[ bɛrkaj] n.m. sing. [ du lat. berbex, brebis ]
Fam. Foyer familial ; pays natal : Nous rentrons au bercail chez nous

bercail

(bɛʀkaj)
nom masculin
région natale, maison familiale rentrer au bercail

BERCAIL

(bèr-kall, ll mouillées, et non bèrka-ye) s. m.
Étable où on loge les moutons. Fig. Ramener au bercail une brebis égarée, retirer quelqu'un de ses erreurs ou de ses désordres. Rentrer au bercail, revenir au bien.
Exhortait-il ses domestiques à rentrer dans le bercail de Jésus-Christ.... [FLÉCH., M. de Mont.]
Les saints se réjouissent sept fois lorsqu'un pécheur retourne au bercail [CHATEAUB., Mart. 79]
Du bercail il chassait les loups, Sans abuser de la houlette [BÉRANG., Petite fée.]

HISTORIQUE

  • XIIe s.
    Deus vus ad comandé sun berzil à guarder ; E s'il est vostre oeille, vus le devez mener [, Th. le mart. 29]
  • XVIe s.
    Tant n'est la guespe ennemie au raisin, Ny au bergeail le moleste cusin [AM. JAMYN, liv. V, Ép. à Gellia.]

ÉTYMOLOGIE

  • Bas-latin, vervecale ; de vervex, bas-lat. berbex, bélier, mais qui, dans les langues romanes, a pris le sens de brebis (voy. BREBIS). Berzil de l'historique vient de vervecile.

bercail

BERCAIL. n. m. Synonyme ancien de BERGERIE. Voyez ce mot.

Fig., Ramener au bercail une brebis égarée, Ramener un hérétique dans le sein de l'Église; ramener à des sentiments de piété, à une conduite pieuse une personne qui s'en était écartée. On dit dans un sens analogue Revenir, rentrer au bercail.

bercail


BERCAIL, s. m. [Bèrkail, 1re ê ouv. mouillez l'l finale de la 2de. tout bref.] Bergerie. Il ne se dit guère au propre: mais il est beau au figuré: "Ramener un hérétique, une brebis égarée au bercail de l'Église.

Traductions

bercail

ovile

bercail

stână

bercail

ovile

bercail

[bɛʀkaj] nmfold
rentrer au bercail (fig) → to return to the fold