berne

berne

n.f.
Drapeau en berne,
drapeau hissé à mi-hauteur du mât ou roulé autour de sa hampe, en signe de deuil : Mettre les drapeaux en berne.

berne

(ɑ̃bɛʀn)
adverbe
drapeau à demi hissé, en signe de deuil mettre les drapeaux en berne en mémoire des victimes de la guerre

BERNE1

(bèr-n') s. f.
Tour que l'on joue à quelqu'un en le faisant sauter en l'air sur une couverture.

ÉTYMOLOGIE

  • Espagn. bernia, étoffe de laine grossière ; ital. bernia et sbernia ; anc. français, bernie dans Nicot, étoffe grossière, et manteau qu'on faisait avec cette étoffe. Les étymologistes Nicot, Covarruvias, Ménage, Diez, tirent ce mot de Hibernia, Irlande, à cause que cette étoffe se fabriquait dans cette île. Cependant un des continuateurs de Du Cange propose l'arabe burnous, manteau, et M. Legoarant appuie cette étymologie en citant de Rabelais : portoyt bernes à la moresque ; ce qui est le bernous ou burnous des Arabes. Mais ce qui s'oppose à cette étymologie, c'est qu'on ne voit pas comment burnous aurait perdu sa finale, pour devenir berne. La berne était l'étoffe, le manteau, sur lequel on bernait, en latin sagum.

BERNE2

(bèr-n') s. f.
Terme de marine. Pavillon en berne, pavillon hissé, mais roulé sur lui-même. Le pavillon hissé en berne est un signal de deuil ou d'une détresse qui appelle un prompt secours.
Dans le port, les vaisseaux avaient leurs vergues croisées, leurs pavillons en berne [BERN. DE S. P., Paul et Virg.]

ÉTYMOLOGIE

  • L'italien dit derno. Étymologie inconnue, d'après Jal, Dict. de marine.

SUPPLÉMENT AU DICTIONNAIRE

    2. BERNE. - ÉTYM. Ajoutez : Les mariniers de la Loire appellent berne une petite voile.

BERNE3

(bèr-n') s. f.
Un des noms du ver macaque (voy. MACAQUE, n° 2).

berne

BERNE. n. f. Tour que l'on jouait à quelqu'un en le faisant sauter en l'air sur une couverture dont plusieurs personnes tenaient les coins et les côtés.

berne

BERNE. n. f. T. de Marine. Il ne s'emploie que dans la locution Pavillon en berne, Pavillon hissé à la place ordinaire, mais roulé, et non déployé, soit en signe de deuil, soit comme signal de détresse, soit pour appeler un pilote. Mettre le pavillon en berne. On dit aussi Mettre un drapeau en berne.

berne


BERNE, s. f. BERNEMENT, s. m. BERNER, v. a. [1re ê ouv. 2e e muet aux deux premiers, é fer. au 3e.] La berne est une espèce de jeu, où quatre persones, tenant les quatre bouts d'une couvertûre, mettent quelqu'un au milieu et le font sauter en l'air. Bernement est l'action de berner. — Berner, c'est faire sauter quelqu'un en l'air par le moyen d'une couvertûre.
   Berne et Bernement ne se disent qu'au propre: berner se dit aussi au figuré: "Il se fait berner (tourner en ridicule) par-tout où il se montre. Trév. "Si je disois cela: je me ferois berner. Acad.
   Tous en chorus bernent le pauvre Sire.
       Ver-vert.
  Le seul Horace en tous genres excelle...
  Chante les Dieux, les Hérôs, les Buveurs,
  Des sots Auteurs berne les vers ineptes.   Rouss.

Traductions

berne

Bern

berne

Berne, Bern

berne

Bern

berne

Berna

berne

Берн

berne

Bern

berne

Bern

berne

ברן

berne

베른

Berne

[bɛʀn] nBern

berne

[bɛʀn]
en berne adv → at half-mast
mettre en berne → to fly at half-mast