bestion


Recherches associées à bestion: bastion

BESTION

(bè-sti-on) s. m.
Petite bête.
Le pauvre bestion tous les jours déménage [LA FONT., Fab. III, 8]
La sœur de Philomèle, attentive à sa proie, Malgré le bestion happoit mouches dans l'air [ID., ib. X, 7]
Au plur. Bestions a signifié autrefois des représentations de bêtes sur des tapisseries. Tapisseries de bestions.
Dans l'ancienne marine, le bec de la proue, parce que la proue portait souvent la figure d'une bête.

HISTORIQUE

  • XVIe s.
    Les ouvriers ne font pas seulement une clef suspendue au droict de la croisée d'ogives, mais aussi plusieurs, avec claire-voyes, feuillages crestés de choux, et plusieurs bestions et animaux [PHILIBERT DELORME, Architecture, IV, 10]
    Torquemad Espagnol a escrit, comme l'ayant veu, les femmes de Naples estre en si grand danger en leurs accouchements, que si un petit animal qui sort avant que l'enfant vienne au monde touche la terre, incontinent qu'il en sera sorty, la femme meurt à l'instant ; et pour ce, dit Torquemad, quand une femme veut accoucher en ce païs-là, on tend les draps par toute la chambre de peur que ce bestion ne tombe [BOUCHET, Serées, II, 23]
    Un cordon de chapeau, fait en façon de triomphe, où sont representées plusieurs figures de personnages et bestions [DE LABORDE, Émaux, p. 225]

ÉTYMOLOGIE

  • Génev. bêtion, nigaud, niais. Bestion est un diminutif de beste (bête) ; l'italien bestione est un augmentatif, grosse bête.