bibus

BIBUS

(bi-bus') s. m.
Terme de mépris, employé uniquement dans la locution de bibus, qui signifie sans valeur, sans importance. C'est une affaire de bibus. Ce sont des raisons de bibus.
Princesse, quittez donc logogriphe et rébus ; Ce sont les vains efforts des esprits de bibus [CHAULIEU, à Mme de Conti.]
Ils se seraient coupé la gorge pour quelques querelles de bibus [VOLT., Lett. d'Argental, 17 janv. 1765]

ÉTYMOLOGIE

  • Origine ignorée. Cependant comparez l'ancien français bibete : XVe siècle :
    Par une bibete de feu qui monta au plus haut de la grange, le feu se y print, [DU CANGE, bibeta]
    Voyez aussi la locution populaire, un vieux bibon, pour un barbon. Y aurait-il dans ces mots un radical bib à sens péjoratif ?

bibus

BIBUS (On prononce l'S.) T. de mépris. Il ne s'emploie guère qu'avec la préposition de, pour désigner Une chose qui mérite peu d'attention, qui est de nulle valeur. C'est une affaire de bibus. Ce sont des raisons de bibus. Il est familier.

bibus


BIBUS: [On prononce l's.] Terme de mépris qui ne s'emploie qu'avec la prép. de, pour dire, qui mérite peu d'atention, qui est de nulle valeur. Afaire de bibus, raisons de bibus. — Il ne se dit point des persones, et je crois que c' est mal-à-propôs qu'on dit dans le Dict. de Trév. Poète de bibus, Avocat de bibus.