bienfaisant, ante

BIENFAISANT, ANTE

(biin-fe-zan, zan-t' ou biin-fè-zan, zan-t' ; cette dernière prononciation est usitée de préférence dans la récitation) adj.
Qui aime à faire du bien.
Vous serez fidèle, honnête, humble, reconnaissant, bienfaisant [PASC., dans COUSIN]
Elle a usé chrétiennement de la bonne et de la mauvaise fortune ; dans l'une elle a été bienfaisante ; dans l'autre elle s'est montrée toujours invincible [BOSSUET, Reine d'Anglet.]
Dans toute l'administration de la justice, il nous paraissait un homme que sa nature avait fait bienfaisant, et que la raison rendait inflexible [ID., le Tellier.]
Et vous, divinités aux hommes bienfaisantes, Qui tempérez les airs, qui régnez sur les plantes [LA FONT., Quinquina, II]
César bienfaisant est mort assassiné [VOLTAIRE, Triumv. V, 5]
Dont l'influence est utile, en parlant des choses. La bienfaisante nature. Des soins bienfaisants. Une liqueur bienfaisante.

HISTORIQUE

  • XIIIe s.
    Ja ne sera si bien fesans, Que chascuns ses ovres ne blasme [, la Rose, 8006]
  • XVe s.
    Là eut un fort assaut et perilleux, et moult de bienfaisans d'un costé et d'autre [FROISS., I, I, 163]

ÉTYMOLOGIE

  • Bien, faire ; bourguig. béfeusant. Dans l'ancienne langue, bienfaisant voulait dire non pas seulement celui qui a de la bienfaisance, mais, en général, celui qui fait bien en quoi que ce soit. Ainsi l'on était bienfaisant dans une bataille, quand on s'y comportait bravement.