bienséance

bienséance

n.f.
Sout. Observation des usages, des règles de conduite en société ; correction, courtoisie : Ce que tu as dit n'est pas conforme à la bienséance décence, politesse, savoir-vivre ; inconvenance, incorrection

bienséance

(bjɛ̃seɑ̃s)
nom féminin
bonne conduite Ce qu'il a fait ne respecte pas les règles de bienséance.

BIENSÉANCE

(biin-sé-an-s') s. f.
Ce qui sied bien.
On peut rire des erreurs sans blesser la bienséance [PASC., Prov. 11]
Nous sommes prêts d'offenser la bienséance [SÉV., 141]
Il n'y a rien qui choque tant la bienséance que ces sortes de conduites [ID., 8]
Il était de la bienséance qu'il liât société avec ses semblables [BOSSUET, Serm. Sept.]
Les belles choses le sont moins hors de leur place ; les bienséances mettent la perfection, et la raison met les bienséances [LA BRUY., 14]
Ulysse préférait l'intérêt commun de la Grèce et la victoire à toutes les raisons d'amitié et de bienséance particulière [FÉN., Tél. X]
Un homme qui remplisse toutes les bienséances [ID., Tél. XXII]
Il y a des règles de bienséance et d'honneur qui doivent être gardées inviolablement, même à l'égard des ennemis [ROLLIN, Hist. anc. XVI, 8]
Vous regarderez son ministère comme une bienséance de maladie [MASS., Impén.]
Vous êtes d'un sexe et d'un rang qui vous met dans les bienséances du monde [ID., Élus.]
Joug qu'on ne porte plus que par bienséance [ID., Tiéd. 2]
Pour remplir les bienséances de leur rang [ID., Pass.]
La charité n'est pas une simple bienséance [ID., Pardon.]
Un prince qui a conservé la bienséance des mœurs publiques [ID., Pet. Car. Incarn.]
Ses amis, ses proches, ses esclaves même le fuient [un mourant], s'écartent, se retirent, n'osent l'approcher qu'avec précaution, et ne lui rendent plus que des offices de bienséance et de contrainte [ID., Mort du pécheur.]
Et même à notre sexe il est de bienséance De ne pas trop vous en presser [CORN., Agésilas, I, 2]
Que, sensible aux goûts des plaisirs, Éloigné de l'intempérance, je forme encor quelques désirs, Sans offenser la bienséance [CHAULIEU, Ode à M. le duc.]
Terme de littérature. Ce qui convient. Les bienséances oratoires.
.... La scène demande une exacte raison ; L'étroite bienséance y veut être gardée [BOILEAU, Art p. II]
Il semble que la bienséance y soit un peu forcée [CORN., Ex. de Poly.]
Le Tasse ne garde pas aussi exactement que Virgile les bienséances des mœurs, mais il ne s'égare pas comme l'Arioste [BOUHOURS, Nouv. rem.]
Être à la bienséance de quelqu'un, en parlant de choses, lui convenir.
Prends donc en récompense Tout ce qui peut chez nous être à ta bienséance [LA FONT., Fabl. IX, 15]
Ce beau morceau qui était si fort à votre bienséance [SÉV., 592]
Les nobles et les patriciens s'approprièrent sous différents prétextes la meilleure partie de ces terres conquises qui étaient dans leur voisinage et à leur bienséance [VERTOT, Rév. rom. liv. I, p. 66]
La Marche Trevisane, le Frioul étaient à la bienséance de l'empereur [VOLT., Mœurs, 113]
Par droit de bienséance, sans avoir d'autre droit que celui de sa propre convenance.

REMARQUE

  • Molière a dit en au lieu de à : Cette maison meublée est en ma bienséance, l'Étourd. V, 2. Cette tournure est hors d'usage.

HISTORIQUE

  • XVIe s.
    La grace et bienseance des vestements [MONT., I, 119]
    Je veulx que la bienseance exterieure, et l'entregent, et la disposition de la personne, se façonne quand et quand l'ame [ID., I, 182]
    Henri VIII sur cette bien-seance [conjoncture favorable] traita amitie avec lui [Charles Quint] [D'AUB., Hist. I, 16]
    Le conseil debattit longtemps si le roi devoit garder la bienseance à Meaux ou se sauver dans Paris [ID., ib. I, 210]

ÉTYMOLOGIE

  • Bienséant.

bienséance

BIENSÉANCE. n. f. Convenance de ce qui se dit ou se fait avec ce qui est dû aux personnes, à l'âge, au sexe, à la condition, et avec les usages reçus, les moeurs publiques, le temps, le lieu, etc. Cela choque la bienséance, blesse les bienséances. Il sait ce que demande, ce que prescrit, ce que veut la bienséance, ce que veulent les bienséances. Cela est contre la bienséance. Il l'a fait par bienséance. Connaître les bienséances. Observer les bienséances. Les règles, les lois de la bienséance. Se mettre au-dessus des bienséances.

Être à la bienséance de quelqu'un, se disait de Ce qu'il conviendrait à quelqu'un d'avoir. Cet emploi, ce poste est à votre bienséance. Cette terre est à votre bienséance, à cause du voisinage. On dit plutôt aujourd'hui Être à la convenance de...

Fam., Par droit de bienséance, Sans avoir aucun autre droit que celui de sa propre convenance, de sa propre commodité.

bienseance

Bienseance, La bienseance et rapport des parties l'une à l'autre, Conuenientia rerum, Decentia.

bienséance


BIENSÉANCE, s. f. BIENSÉANT, ANTE, adj. [2e é fer. 3e lon.] La bienséance est la convenance de ce qui se fait par raport aux persones, à l'âge, au sexe, au temps, au lieu, etc. Bienséant est ce qui est conforme à la bienséance, ce qui sied, ce qui convient: "Les règles, les lois de la bienséance; pécher contre la bienséance. "Il est bienséant, c'est une chôse bienséante aux femmes de s'habiller modestement.
   BIENSÉANCE s'emploie souvent au pluriel: observer ou négliger les bienséances.
   Rem. On dit d'une chôse, elle est à ma bienséance, à sa bienséance, pour dire elle me conviendrait, m'arrangerait, me serait utile et comode: "Nous nous fimes suivre par la Lune... parce qu'elle étoit tout-à-fait à notre bienséance. Mondes de Fonten. — Mais on le dit toujours au singulier. "Il se feroit un plaisir de leur acorder ce qu'ils croiroient être à leurs bienséances. Let. édif. Il falait, à leur bienséance.
   Bienséance du style. Elle consiste à employer des termes et des expressions qui conviènent aux genres des sujets qu'on traite, ou des ouvrages qu'on écrit; à éviter, par exemple, les expressions pompeûses dans la Comédie, et les expressions bâsses dans la Tragédie. Que dire donc des Prédicateurs, qui ne cherchent qu'à enluminer leurs sermons des mots du jour, mots souvent de ruelle, et à employer des expressions pleines d'afèterie, et ridiculement figurées.

Synonymes et Contraires
Traductions

bienséance

propriety

bienséance

דקדוקי נימוסים (ז״ר), נימוס (ז)

bienséance

fatsoen, gepastheid

bienséance

decenza

bienséance

slušnost

bienséance

[bjɛ̃seɑ̃s] nfpropriety, decorum no pl
les bienséances (= convenances) → the proprieties