bivac ou bivouac

BIVAC ou BIVOUAC

(bi-vak ou bi-vouak) Bivouac est plus usité ; il n'est que de deux syllabes. s. m.
Terme de guerre. Garde extraordinaire faite la nuit en plein air ; station qu'une armée en campagne fait, en plein air, pour prendre du repos ; la troupe même ; le lieu où elle s'arrête. Des bivouacs furent établis dans les rues. Le bivouac de l'armée au pied d'une montagne. Le bivouac prit les armes. Nous quittâmes le bivouac.
Et comme s'ils étaient en pays dangereux, L'ombre de Saint-Germain est un bivouac pour eux [CORN., Les victoires du roi.]
J'ai passé toutes les nuits au bivac à la tête de mes escadrons [PELLISSON, Conversat. de Louis XIV devant Lille, p. 57]
J'avais l'air d'un soldat qui sort du bivouac [CHATEAUBR., Italie, 60]
J'ai d'un géant vu le fantôme immense Sur nos bivouacs jeter un œil ardent [BÉRANG., Ch. du Cosaque.]

ÉTYMOLOGIE

  • Allem. Beiwache, bivouac, de bei, auprès, et wachen, veiller (voy. VEILLER).