blâme

blâme

n.m.
1. Sanction disciplinaire ; réprimande : Cet élève a reçu un blâme pour son insolence
2. Jugement condamnant la conduite ou les paroles de qqn : En prenant cette décision, la France s'est attiré le blâme des autres pays européens

BLÂME

(blâ-m') s. m.
Expression de l'opinion, du jugement par lequel on trouve quelque chose de mauvais dans les personnes ou dans les choses. Le blâme et l'éloge. Encourir un blâme sévère. Il ne mérite pas le blâme.
Les louanges étaient précieuses, parce qu'elles se donnaient avec connaissance ; le blâme piquait au vif les cœurs généreux et retenait les plus faibles dans le devoir [BOSSUET, Hist. III, 6]
Épargnez-vous le blâme D'un coup peu convenable à la main d'une femme [ROTR., Bélis. III, 5]
Imputer à blâme, reprocher à quelqu'un une action comme une faute.
Une action ne peut être imputée à blâme lorsqu'elle est involontaire [PASC., Prov. 4]
Reproche, tache.
Après m'avoir chéri quand je vivais sans blâme, Qui m'aima généreux me haïrait infâme [CORN., Cid, III, 4]
Terme de jurisprudence. Réprimande faite par le juge.

HISTORIQUE

  • XIe s.
    Dist Oliviers : d'ice ne sai-je blasme [, Ch. de Rol. LXXXIV]
    Cil qui là sont n'en deivent aveir blasme [, ib. CXXVIII]
  • XIIe s.
    Par ma foi, Guenes, vous avez blasme grant [, Ronc. p. 181]
  • XIIIe s.
    Il s'en alla en une nef de marcheans et guerpi l'ost, dont il reçut grant blasme [VILLEH., LIV]
    Chose que on ne puist [puisse] à mal blasme atourner [, Berte, III]
    Et non pourquant jà pour moi ne demourra, ne je ne voel que on m'en mette blasme sus [, Chron. de Rains, 102]
  • XVe s.
    Or fut moult grant blasme [action blâmable] pour les premiers, et mieux leur valsist estre ordonnés à l'ordonnance du vaillant chevalier que ce qu'ils firent [FROISS., I, I, 286]
    Je veux bien que vous sachiez que je ne suis pas celle qui fera tel blame [honte] à l'hostel où je demeure [LOUIS XI, Nouv. XVIII]

ÉTYMOLOGIE

  • Voy. BLÂMER ; provenç. blasme ; anc. espagn. blasmo ; ital. biasimo.

blâme

BLÂME. n. m. Opinion défavorable qu'on exprime à propos de quelqu'un ou de quelque chose. Tout flatteur mérite le blâme. Une action digne de blâme. Encourir le blâme. Éviter le blâme. Porter tout le blâme d'une chose. Tout le blâme en tombe sur lui, en retombe sur lui. Rejeter sur un autre tout le blâme de quelque chose. Je veux bien prendre sur moi le blâme de cette affaire. S'attirer le blâme de tous les honnêtes gens.

En termes de Jurisprudence criminelle, il se disait d'une Réprimande faite par le juge à la suite d'une sentence ou d'un arrêt. La peine du blâme était infamante.

Par extension, en termes de Discipline administrative ou scolaire, il se dit de la Réprimande pour fautes de gestion ou pour insubordination adressée à un fonctionnaire ou à un élève.

Synonymes et Contraires

blâme

nom masculin blâme
Traductions

blâme

censure, blame, reproachגנאי (ז), גנות (נ), הוכחה (נ), הוקעה (נ), השתלחות (נ), נזיפה (נ), תוכחה (נ), הוֹכָחָה, הוֹקָעָה, גְּנַאי, גְּנוּת, תּוֹכֵחָה, הִשְׁתַּלְּחוּת, נְזִיפָהblaam, afkeuring, officiële berisping, berispingμομφήbiasimo, colpa, zaffataSchuldvinyskylden비난ตำหนิ (blɑm)
nom masculin
reproche, critique rejeter le blâme sur qqn

blâme

[blɑm] nmblame (= sanction) → reprimand