blêmir

blêmir

v.i. [ du scand. blâmi, couleur bleuâtre ]
Devenir blême : Il blêmit à ce récit pâlir

BLÊMIR

(blé-mir) v. n.
Devenir blême. Son visage blêmit. La lumière du jour blêmissait peu à peu.
Il entend sans blêmir murmurer le Cocyte [SEGR., 34]
Il se conjugue avec l'auxiliaire avoir.

HISTORIQUE

  • XIe s.
    La gent de France iert blecée et blesmie [, Ch. de Rol. XLIII]
  • XIIe s.
    Qui forment ot la chair et la couleur blesmie [, Ronc. p. 197]
  • XIIIe s.
    Sachiés qu'ele [la rose] en porra tost estre Blesmie ou pale ou mole ou flestre [, la Rose, 15626]
  • XVe s.
    J'ay grant paour d'une maladie ; Dejà ma face en est blesmie [BASSELIN, XXI]
  • XVIe s.
    Je voy dedans ces œillets Rougir les deux levres closes Dont les boutons vermeillets Blesmissent le teint des roses [DU BELLAY, VII, 16, recto]

ÉTYMOLOGIE

  • Blême ; provenç. blesmar, blasmar.

blêmir

BLÊMIR. v. intr. Devenir blême. Vous lui avez dit quelque chose qui l'a fait blêmir. C'est un comédien, il rougit, il blêmit quand il lui plaît. Blêmir de fureur.

blémir


BLÉMIR, v. n. [1re é fer. Blémi.] Pâlir, devenir blême; il a blémi tout d'un coup. Il blémit, il se trouve mal.

Synonymes et Contraires

blêmir

verbe blêmir
Devenir blême.
Traductions

blêmir

החוויר (הפעיל), חוור (פ'), הֶחְוִיר, חָוַרpale, blencherblassenimpallidire (blemiʀ)
verbe intransitif
devenir très pâle blêmir de peur

blêmir

[blemiʀ] vi [personne] → to turn pale, to go pale; [lueur] → to grow pale