blanchi, ie

BLANCHI, IE

(blan-chi, chie) part. passé.
Rendu blanc. Linge bien blanchi. Chemise mal blanchie. Des flots blanchis d'écume. Tête blanchie par les années.
Il est merveilleux combien vous êtes blanchi [vos cheveux sont devenus blancs] depuis deux jours [LA BRUY., Théophr. 2]
Un jour sur ces coteaux le vigneron paisible, Mariant les ormeaux et la vigne flexible, Roulera sous ses pas des ossements blanchis [MASSON, Helvétiens, III]
Vieilli, et, par suite, expérimenté.
Et comme un vieux guerrier blanchi dessous les armes [RÉGNIER, Épîtr. II]
Attale, ce grand roi dans la pourpre blanchi.... [CORN., Cinna, III, 4]
.... Ne suis-je blanchi dans les travaux guerriers Que pour voir en un jour flétrir tant de lauriers ? [ID., Cid, I, 8]
Ainsi ces cheveux blanchis sous le harnois [ID., Cid, II, 9]
Ce père des chrétiens Resserré loin de nous, blanchi dans les liens [VOLT., Zaïre, II, 5]
Je me connais ; je sais que, blanchi sous les armes.... [ID., Mérope, I, 3]
Les papes sont presque toujours des Italiens blanchis dans les affaires [ID., Louis XIV, 2]
Des magistrats, blanchis dans la pourpre et sur les tribunaux [J. J. ROUSS., Ém. II]
Qui a reçu un blanc de chaux. Une muraille blanchie.
En termes de l'Écriture, sépulcres blanchis, gens hypocrites.
Passé à la lime ou à la meule, en parlant de pièces de fer et autres.