blanc

(Mot repris de blancs)
Recherches associées à blancs: globules blancs

1. blanc, blanche

[ blɑ̃, blɑ̃ʃ] adj.
1. De la couleur de la neige, du lait : De la peinture blanche. Pendant le vol, il était blanc de peur blême
2. De couleur claire : Avoir la peau blanche. Raisin blanc (par opp. à noir). Vin blanc.
3. Parfaitement propre, sans tache : Ce voilage n'est plus très blanc immaculé
4. Innocent ; pur : Il est sorti entièrement blanc de cette histoire de vol coupable
5. Qui ne porte aucun signe écrit, aucun dessin : Une rame de papier blanc vierge
6. Qui n'est marqué par aucun profit ou perte importante, par aucun succès : Opération blanche.
7. Relatif aux Blancs : Une chanteuse de jazz blanche.
Blanc comme neige,
innocent.
Bois blanc,
bois léger (sapin, peuplier, hêtre) utilisé pour faire des meubles à bon marché.
Bulletin blanc,
bulletin de vote qui ne porte aucun nom.
Examen blanc,
examen que l'on passe avant l'épreuve officielle, pour s'y préparer.
Marche blanche,
marche collective silencieuse organisée à la suite d'un fait divers tragique.
Mariage blanc,
mariage non consommé charnellement.
Nuit blanche,
nuit passée sans dormir.
Sauce blanche,
sauce préparée avec du beurre et de la farine.
Voix blanche,
voix sans timbre, sans intonation particulière.

2. blanc, blanche

[ blɑ̃, blɑ̃ʃ] n.
1. (Avec une majuscule) Personne ayant la peau blanche (par opp. à Noir, Jaune) : Il s'est marié avec une Blanche.
2. Adversaire du régime communiste, après 1917, en Russie (par opp. à rouge).
3. Insurgé vendéen, pendant la Révolution française.

3. blanc

[ blɑ̃] n.m.
1. Couleur blanche : Le blanc de la neige me fait mal aux yeux.
2. Matière colorante blanche : Le clown s'est passé du blanc sur le visage.
3. Partie blanche de qqch : Manger un blanc de poulet. Battre des blancs d'œufs en neige.
4. Vin blanc : Boire une bouteille de blanc.
5. Linge de maison : Faire une lessive de blanc.
6. Partie d'une page où rien n'est écrit ni imprimé : Laisser un blanc entre deux mots 2. espace
7. Interruption d'une conversation ; lacune dans un récit : Après cet incident, il y eut un blanc dans la discussion.
8. Note, rapport administratif sans en-tête : La juge a été avertie par un blanc.
9. En Suisse, trou de mémoire : Avoir un blanc.
À blanc,
de manière à rendre blanc : Un métal chauffé à blanc.
Blanc de baleine,
substance huileuse contenue dans la tête du cachalot, utilisée en cosmétique spermaceti
Regarder qqn dans le blanc des yeux,
le regarder en face et avec fermeté.
Saigner qqn à blanc,
l'épuiser ; le ruiner.
Signer en blanc,
signer un papier en laissant de la place pour écrire qqch dont on assume par avance la responsabilité : Signer un chèque en blanc sans écrire de somme
Tir, cartouche à blanc,
sans projectile.

BLANC2

(blan ; le c ne se lie pas) s. m.
La couleur blanche. Distinguer le blanc du noir. Tirer sur le blanc, être blanchâtre. Ce papier est d'un beau blanc. Blanc sale, blanc dont l'éclat est terne. Saigner quelqu'un jusqu'au blanc, le saigner jusqu'à ce que le sang devienne moins rouge ; et, figurément, lui enlever ses dernières ressources. On dit quelquefois, dans le parler négligé, saigner à blanc. Mettre à blanc, dévaliser, ruiner.
Sache que dernièrement allant à la picorée, je me ruai dans la case d'un pauvre manant et non content de l'avoir mis à blanc.... [, La seconde partie du Courrier polonais, 1649, p. 5]
Fig. et familièrement. Aller, passer du blanc au noir, passer d'une opinion à l'opinion contraire, d'une extrémité à l'autre.
Voilà l'homme en effet, il va du blanc au noir [BOILEAU, Sat. VIII]
Si vous lui dites blanc, il répond noir ; il se plaît à contredire. Voir tout en blanc, voir les choses sous un aspect favorable.
Le duc de Chevreuse toujours équanime, toujours espérant, toujours voyant tout en blanc [SAINT-SIMON, 322, 209]
Mettre du noir sur du blanc, écrire, faire des livres, avec un sens de raillerie. Le voilà fier depuis qu'il met du blanc sur du noir.
Substance qui sert à peindre. Blanc de céruse, blanc de plomb, nom vulgaire du carbonate de plomb. Blanc de fard ou, simplement, blanc, sorte de fard qui teint la peau en blanc.
Mais elle met du blanc, et veut paraître belle [MOL., Mis. III, 5]
Point d'autre rouge sur son visage que celui que causait la pudeur, ni de blanc que celui que donne l'abstinence [BOSSUET, Pensées chrét. 43]
Loin ces études d'œillades, Ces eaux, ces blancs, ces pommades, Et mille ingrédients qui font des teints fleuris [MOL., Éc. des F. III, 2]
Blanc de fard est l'ancien nom du sous-azotate de bismuth. Blanc de chaux, eau dans laquelle on a délayé de la chaux, et avec laquelle on blanchit les murailles. Craie. Faire une croix à une porte avec du blanc. Fig. Marquer de blanc une journée, la compter parmi les jours heureux ; locution tirée de l'habitude des Romains de marquer les jours heureux avec de la craie. Au billard, morceau de craie avec lequel on frotte le bout de la queue pour rendre les coups plus sûrs. Mettez du blanc à votre queue. Passez-moi le blanc. À blanc, locut. adv. De manière à devenir blanc. Chauffer à blanc, chauffer jusqu'à ce que la chaleur soit assez forte pour faire passer le métal du rouge au blanc. Il a gelé à blanc, il y a eu une gelée blanche. Poudré à blanc, poudré de façon que la couleur des cheveux ne se voie plus.
On voit Caton poudré à blanc et Brutus en panier [J. J. ROUSS., Hél. II, 17]
Mets au blanc, mets accommodé à la sauce blanche.
Vêtements blancs.
Ils étaient tous vêtus de blanc [FÉN., Tél. IX]
Vouer un enfant au blanc, faire vœu, en l'honneur de la Vierge, de le vêtir de blanc jusqu'à un certain âge.
Le blanc de l'œil, le blanc des yeux, la partie blanche de l'œil qui est formée par la portion de la sclérotique revêtue de la conjonctive.
Le duc de Chevreuse rougit jusqu'au blanc des yeux, il s'embarrassa, il balbutia [SAINT-SIMON, 192, 64]
Regarder quelqu'un dans le blanc des yeux, le regarder fixement. Fig. Ils se sont mangé le blanc des yeux, ils se sont violemment querellés.
Si Sa Majesté avait la bonté de nous laisser manger le blanc des yeux [SÉV., 176]
On se mange dans Paris le blanc des yeux fort mal à propos [VOLT., Lett. Mme du Deffant, 24 oct. 1772]
Celui qui n'a pas de blanc dans l'œil, le diable, qui, suivant la croyance populaire, avait l'œil tout noir.
Un blanc d'œuf, la partie glaireuse, albumineuse de l'œuf.
Un blanc de poulet, la chair qui tient à l'estomac, dit ici pour poitrine.
Terme d'imprimerie. Toute distance plus grande que l'interlignage ordinaire. Espace libre laissé dans une pièce d'écriture. Écrire dans les blancs.
La patente de premier ministre que le roi [Louis XIII] écrivit de sa main, laissant en blanc les appointements de la place [VOLT., Mœurs, 176]
Je laissais aux endroits qu'ils [les bibliothécaires] n'avaient pu lire des espaces en blanc [P. L. COUR., I, 76]
Il [M. de Bouillon] leur dit [aux envoyés d'Espagne] que son sentiment était qu'ils remplissent un blanc de l'archiduc [RETZ, II, 371]
En blanc, état d'un papier où les choses essentielles ne sont pas encore écrites.
Peu de gens sont disposés à signer une confession de foi en blanc [PASC., Prov. 17]
Procuration, billet en blanc, procuration, billet où on laisse du blanc pour écrire le nom du mandataire, du créancier. Endossement en blanc, endossement où l'on met une simple signature avec l'espace nécessaire pour écrire l'ordre ou le reçu.
Terme de jeu. Coup nul. Amener blanc.
Espace blanc dans une cible, but. Ceux qui tirent au blanc.
M. le Dauphin tirait au blanc [SÉV., 202]
Comme s'il eût tiré au blanc [ID., 476]
Tantôt on dispute un prix en tirant au blanc [J. J. ROUSS., Hél. IV, 10]
.... Il ne levait de ban Que pour tirer quatre fois l'an Au blanc [BÉRANG., Yvet.]
Fig.
Tous ces beaux talents l'avaient rendu sans contredit le blanc (si je l'ose ainsi dire) de tous les désirs amoureux des servantes [SCARR., Rom. com. II, 19]
Terme d'artillerie. Tirer de but en blanc, tirer à la distance où, la pièce étant horizontale, le boulet, qui s'élève d'abord, vient couper la ligne horizontale qui va de la pièce au blanc. Fig. De but en blanc, inconsidérément, brusquement.
S'aller marier de but en blanc avec une inconnue [MOL., Fourb. I, 6]
Pensez-vous aller de but en blanc exposer votre ouvrage au salon ? [J. J. ROUSS., Ém. III]
10° Anciennement, petite monnaie de cinq deniers. Six blancs valaient deux sous six deniers.
Faire des tours de toute sorte, Passer en des cerceaux : et le tout pour six blancs [LA FONT., Fabl. IX, 3]
Les grands blancs sous Louis XI et Charles VIII valaient treize deniers. Mettre quelqu'un au blanc, le ruiner, lui gagner tout son argent.
11° Diverses acceptions d'arts et de métiers. Blanc de baleine, substance solide, blanche, onctueuse, qui ne provient pas de la baleine, ce que le nom semble indiquer, mais qu'on trouve dans diverses espèces de cachalots, notamment le physeter macrocephalus, d'où on la retire par expression. Blanc, l'argent que le batteur d'or mêle comme alliage à l'or ; le plâtre que l'on applique sur les pièces à dorer ; la terre dont le salpêtre a été extrait ; le dépôt au fond des tonneaux chez les amidonniers. Blanc d'albâtre, chaux réduite en poudre qu'on emploie dans la peinture en détrempe. Blanc d'argent, nom, dans le commerce, du plus beau blanc de plomb (sous-carbonate de plomb). Blanc de craie, craie délayée dans de l'eau gommeuse. Blanc en bourre, enduit composé d'argile, de chaux, de bourre. Blanc d'Espagne, blanc de Meudon, sous-carbonate de chaux pulvérisé, réduit en pâte au moyen de l'eau, et moulé sous forme de pains ovoïdes ou cylindriques. Blanc de zinc, oxyde de zinc.
12° Blanc de champignon, nom que les jardiniers donnent à une matière blanche, d'aspect de moisissure délicate, qui se développe lorsqu'on abandonne plusieurs mois à l'air des tas de feuilles mortes, du fumier à demi putréfié et peu humide. Ces débris, ainsi préparés et mis en couches, procurent le développement de diverses espèces de champignons, de l'agaric comestible entre autres. Blanc, nom donné par les cultivateurs à deux sortes de maladies des végétaux : le blanc sec et le blanc mielleux, l'un et l'autre formés par la réunion de plantes parasites de la famille des champignons.
Melons qui ont le blanc [LA QUINTINYE, Jardins, t. I, p. 100, dans RICHELET]
13° Terme de botanique. Blanc d'eau, nénuphar blanc. Blanc de Hollande, variété de peuplier blanc.
14° Terme de pêche. Le blanc, hareng salé et prêt à être mis en caque. Blanc, non donné à de petits poissons que les pêcheurs emploient comme appâts.
15° Terme de manége. Ce cheval boit dans le blanc, boit dans son blanc, ou, adverbialement, boit blanc ; il a le tour de la bouche blanc et le reste d'une autre couleur.
16° Voir en blanc, se dit, en langage vulgaire, des femmes qui sont affectées de leucorrhée.

HISTORIQUE

  • XIe s.
    Diz blanches mules fist amener Marsile [, Ch. de Rol. VII]
    De Charlemagne qui ert chenuz et blancs [, ib. X]
    Que tout [il] lui tranche le vermeil et le blanc [de son écu] [, ib. XCIX]
  • XIIe s.
    Ses confenons fu blans à or listez [, Ronc. p. 36]
    Les chefs floris, mainte barbe i out blance [, ib. p. 134]
    Ses blanches mains, ses doigts lons et tretis [, Couci, V]
    Le nez moult très bien fait, les denz menuz et blanz [, Sax. V]
    Dous freres blancs [deux moines blancs] mena avec sei li buens ber [, Th. le mart. 48]
    Custume est anciene, si l'ai oï cunter, Que tuit li blanc abé de çà et de là mer, Chascun tierz an se solent à Cistaus asembler [, ib. 95]
  • XIIIe s.
    Tant ert [elle était] blanche et vermeille qu'on s'i peüst mirer [, Berte, III]
    La chair [elle] avoit plus blanche que ne soit blanche laine [, ib. L]
    Il m'avoit pris à menacier, Et je le soi si enlacier De blanches paroles et pestre, Que j'en ai esté à bon mestre [, Ren. 16281]
    Et il ara [aura] le visage et le blanc des iex rouge [ALEBRANT, f° 10]
  • XIVe s.
    Ce que est blanc, il est blanc as tous et par tout [ORESME, Eth. 178]
    Froument mondé le quel on treuve sur les espiciers tout mondé pour un blanc la livre [, Ménagier, II, 5]
  • XVe s.
    Et amenerent ce jour là en la cité de Tournay plus de dix mille blanches bestes et bien autant, que porcs, que bœufs, que vaches [FROISS., I, I, 107]
    L'enfant qui fut tout surpris et esbahi ne sonna mot, mais devint tout blanc de paour et tout esperdu [ID., II, III, 13]
    Il estoit si aveugle de ce duc d'Irlande que, si il dit : sire, ceci est blanc, et il fait noir, le roi ne dit point du contraire [ID., II, III, 72]
    Je ne les prise pas deux blancs Tous les biens qui sont en amer [aimer] [CH. D'ORL., Bal. 88]
    Et oÿ crier plusieurs cris, La cote, la chape, vieulz draps, L'engin à prendre les souris, Pastez chaus, le sel blanc, le riz [E. DESCHAMPS, Bal.]
    Il y en eut qui vendirent grant quantité de platz et d'escuelles d'argent pour deux grans blancs la piece, cuydans que ce fust estaing [COMM., V, 2]
  • XVIe s.
    Si la foy decline tant peu que ce soit de ce blanc auquel elle doit prendre sa visée, elle ne retient plus sa nature [CALVIN, Instit. 421]
    Nostre prieur ayme fort le blanc de chappon [RAB., Garg. I, 39]
    Heureux celluy qui tousjours tendra on but et on blanc que Dieu nous ha prefix [ID., ib. I, 58]
    Le sergent ne meit si hault le blanc à la butte que.... [ID., Pant. II, 11]
    Les Souisses, tous armez à blanc, la juque ou poing, pour guarder la place [ID., Sciom.]
    L'archer qui oultrepasse le blanc fault [MONT., I, 224]
    Mille routes desvoyent du blanc ; une y va [ID., I, 37]
    Peindre de mesme creon le blanc et le noir [ID., I, 248]
    Je ne m'habille gueres que de noir ou de blanc [ID., I, 261]
    Proculus afferma qu'il avoit rencontré Romulus armé à blanc d'armeures claires et luisantes comme feu [AMYOT, Rom. 45]
    Il n'est point raisonnable que celuy qui ne tire point attaigne au blanc [ID., P. Aem. 32]
    Craignant leur bel equippage et la lueur de leur harnois fourbis à blanc [ID., Pomp. 99]
    Quant aux capitulations de la paix, il voulut que les Atheniens leur envoyassent carte blanche [ID., Phoc. 36]
    Blanc chapeau et chapeau blanc, est-ce pas tout un ? [MARG., Nouv. X]
    Par cette manœuvre la cour de Navarre changea du blanc au noir [D'AUB., Vie, LXXIII]
    Une estrange multitude de blancs-vestus [pénitents], avec le fouet à la ceinture [ID., Hist. II, 330]
    Un vieillard tout blanc [ID., ib. III, 216]
    Des mentelets couvers de fer blanc [ID., ib. III, 276]
    Nous ne devons les faire marcher sous les drappeaux de la croix blanche, qui leur ont servi et doivent servir encores de quintaines et de blanc [ID., ib. II, 429]
    Vous le prenez un peu trop haut pour frapper au blanc [YVER, p. 550]
    Le blanc des yeux [PARÉ, Introd. 23]
    Et voila les pauvres medecins, chirurgiens, apoticaires et barbiers à blanc, lesquels ayans ceste marque d'avoir esté constitués à penser les pestiférés, tout le monde après les fuit comme la peste mesme [ID., XXIV, 12]
    Blanc d'amidon [PARÉ, XXV, 44]

ÉTYMOLOGIE

  • Provenç. blanc ; espagn. blanco ; portug. branco ; ital. bianco ; de l'anc. haut-allem. blanch, blanc. Pour l'explication de but en blanc voy. BUT.

SUPPLÉMENT AU DICTIONNAIRE

    2. BLANC. Ajoutez :
    17° Terme de commerce. Le blanc, l'ensemble des étoffes blanches en toile, en calicot, etc. Spécialité de blanc.
    18° Écrire en blanc, écrire avec de l'encre de sympathie.
    Elle trouve aussi que notre manière d'écrire en blanc est très mauvaise, étant très connue [KLINGLIN, Corresp. t. I, p. 485]
    19° Livre en blanc, livre non relié.
    .... ils se conserveraient beaucoup mieux reliés qu'en blanc........ les livres en blanc qui restent à relier... [, Lettre de Baluze, du 14 avril 1671, dans Lettres, etc. de Colbert, t. VII, p. 376]
    20° Blanc et rouge, s'est dit pour argent et cuivre, en termes de monnaie.
    Les carats qui sont les degrés de la bonté [de l'or] diminuent à proportion de la quantité du blanc ou du rouge qui y sont incorporés : ce sont les noms qu'on donne d'ordinaire à l'argent et au cuivre, de sorte qu'un quart de blanc, un quart de rouge et deux quarts d'or alliés ensemble, feraient de l'or à douze carats [CH. PATIN, Introduct. à la connaissance des médailles, ch. VII.]
    21° Terme de fortification. Blanc d'eau, inondation qui n'a que peu de hauteur au-dessus du sol.
  • Terrain dans lequel on rencontre l'eau à une petite profondeur.
  • PROVERBE

      Il n'a pas de blanc dans les yeux, il est impudent.

blanc

BLANC, ANCHE. adj. Qui est de la couleur du lait, de la neige, etc. Marbre blanc. Satin blanc. Plume blanche. Papier blanc. Couleur blanche. Ruban blanc. Écharpe blanche. Cheveux blancs. Barbe blanche.

Il se dit aussi de Plusieurs choses qui ne sont pas tout à fait blanches, pour les distinguer de celles de même espèce qui ne le sont pas tant, ou qui sont d'une autre couleur. Vin blanc. Poivre blanc. Sel blanc. Verre blanc. Bière blanche. Raisin blanc. Figues blanches. Mûrier blanc. Bois blanc. Métal blanc. Poisson blanc. Chair blanche. Avoir le teint blanc, la gorge blanche, les mains blanches, la peau blanche. La race blanche.

Drapeau blanc, Drapeau qu'un des partis belligérants arbore lorsqu'il demande à capituler. Il se disait aussi de l'Ancien drapeau national de la France.

Gelée blanche, Gelée qui, le matin, se forme de la rosée ou du brouillard congelé.

Eau blanche, Eau dans laquelle on a jeté du son pour la faire boire aux chevaux. Il se dit, en termes de Médecine, d'une Liqueur formée d'un mélange d'eau et d'extrait de Saturne. Faire des lotions avec de l'eau blanche.

Ver blanc, Larve du hanneton. Terme populaire.

Papier blanc se dit d'un Papier sur lequel il n'y a rien d'écrit ou d'imprimé. Un feuillet de papier blanc. On dit de même Une page blanche. Un cahier blanc.

Livre blanc, Livre dont tous les feuillets sont blancs.

Bal blanc, Bal où ne sont invitées que des jeunes filles.

Armes blanches, Armes offensives, comme épées, sabres, baïonnettes, etc., par opposition aux armes à feu. Se battre à l'arme blanche. Combat à l'arme blanche. On appelait autrefois aussi Armes blanches des Armes défensives qui n'étaient ni gravées, ni dorées, ni bronzées.

Voix blanche, Voix claire mais qui manque de timbre.

Sur Argent blanc, Bâton blanc, Bulletin blanc, Houille blanche, Magie blanche, Nuit blanche, Sauce blanche, Viande blanche. Voyez ARGENT, BÂTON, BULLETIN, etc.

BLANC, en termes de Jeu, désigne un Coup qui ne produit rien. Ainsi, Amener blanc, à certains jeux de Dés, se dit lorsque tous les dés présentent la face qui n'est marquée d'aucun point.

Coup blanc se dit quelquefois pour Coup nul. On dit dans le même sens Chou blanc. Faire chou blanc, au jeu de Quilles, Ne rien abattre; figurément, et dans un sens général, Manquer son but, ne pas réussir.

On dit de même Mariage blanc, Mariage qui n'a pas été consommé. Opération blanche, Opération qui n'a pas donné de résultat.

Fig., Vers blancs, en termes de Versification, Vers non rimés. " Le Paradis perdu " de Milton est en vers blancs.

En termes d'Administration forestière, Couper une forêt, faire une coupe à blanc estoc ou à blanc être, ou simplement à blanc, En couper tout le bois, sans y laisser de baliveaux. On dit dans le même sens Coupe blanche. On dit aussi Couper un arbre à blanc estoc, Le couper au pied sur la souche.

Prov. et fig., Se faire tout blanc de son épée, se faire blanc de son épée, Locution empruntée aux duels judiciaires du moyen âge et qui signifiait Répondre à une accusation, se justifier d'une accusation par l'épée, par la force. Elle signifie, par extension, Se prévaloir de sa force, se vanter de faire quelque chose en se supposant un pouvoir ou un crédit qu'on n'a pas. On dit dans ce sens Faire blanc de son épée.

Prov., Rouge soir et blanc matin, ou Rouge au soir et blanc au matin, c'est la journée du pèlerin, Quand le ciel est rouge le soir et blanc le matin, c'est ordinairement un indice qu'il fera beau temps.

BLANC signifie aussi Qui est propre, par opposition à Sale. Linge blanc. Ces draps ont servi, ils ne sont pas blancs. Chemise blanche. Nappe blanche. Serviette blanche.

Blanc de lessive se dit du Linge propre, tel qu'il est au sortir de la lessive. Ces draps, ces rideaux sont blancs de lessive.

Fig. et fam., Sortir d'une accusation, d'une affaire blanc comme neige, ou simplement Sortir blanc d'une affaire, Être déclaré innocent, être acquitté par un arrêt ou un jugement, en matière criminelle ou correctionnelle.

BLANC s'emploie aussi comme nom et désigne la Couleur blanche et Ce qui est de cette couleur. Le blanc à côté du noir en a plus d'éclat. Cette couleur tire sur le blanc. Blanc mat. Le blanc est le symbole de l'innocence. S'habiller de blanc. Ne porter que du blanc, que des vêtements blancs. Être en blanc. Il y a autant de différence de l'un à l'autre que du blanc au noir.

Vouer un enfant au blanc, Faire voeu qu'un enfant sera entièrement vêtu de blanc, jusqu'à tel âge, en l'honneur de la Sainte Vierge. On dit aussi Se vouer au blanc.

Il désigne particulièrement la Couleur ou Matière blanche que les peintres, les maçons, etc., emploient pour rendre une surface blanche. Blanc de plomb. Blanc de céruse. Broyer du blanc. Peindre en blanc. Une couche de blanc.

Blanc de lait, blanc de perles, Nuance du blanc semblable à celle du lait, des perles.

Blanc sale, Couleur blanche dont l'apparence est terne, sans éclat. Cette étoffe, ce papier sont d'un blanc sale.

Fig. et fam., Aller, passer, changer du blanc au noir, Passer d'une opinion à l'opinion contraire, passer d'une extrémité à l'autre.

Fig. et par exagération, Si vous lui dites blanc, il répondra noir, Il se plaît à contredire.

Fam., Mettre du noir sur du blanc, Écrire, composer. Depuis qu'il met du noir sur du blanc, il se croit un personnage.

Par exagération, Saigner quelqu'un jusqu'au blanc, Le saigner abondamment, jusqu'à ce que le sang qui sort de la veine perde de sa couleur rouge. On dit plutôt aujourd'hui Saigner à blanc. Figurément, Saigner à blanc signifie Exploiter, pressurer une personne, un peuple, d'une façon violente et inique.

Mets au blanc, Mets accommodé à une sauce blanche. Un plat de cardons au blanc. Des laitues au blanc. Poulet au blanc.

Chauffer à blanc. Voyez CHAUFFER.

Poudré à blanc, Extrêmement poudré, de manière que la poudre cache entièrement la couleur des cheveux.

Il a gelé à blanc, Il y a eu une gelée blanche.

Le blanc de l'oeil, La partie de l'oeil qui paraît blanche et qu'en termes d'Anatomie on appelle la SCLÉROTIQUE.

Fig. et fam., Ils se sont mangé le blanc des yeux, Ils se sont fortement querellés. Regarder quelqu'un dans le blanc des yeux, Le regarder fixement, avec assurance ou impudence. Rougir jusqu'au blanc des yeux, Rougir beaucoup.

Blanc d'oeuf, Substance glaireuse de l'oeuf qui entoure le jaune et qui devient blanche par la cuisson. Un blanc d'oeuf. Le blanc d'un oeuf. Battre des blancs d'oeufs.

Blanc de chapon, blanc de poulet, blanc de perdrix, La chair de l'estomac de ces oiseaux quand elle est cuite.

Blanc de baleine, ou Sperma ceti, Matière grasse, blanche et cristalline que l'on retire du tissu cellulaire interposé entre les membranes du cerveau de certaines espèces de cachalots. Le blanc de baleine sert à faire des bougies demi-diaphanes.

Blanc de fard, ou simplement Blanc, Sorte de fard, de cosmétique qui fait paraître la peau blanche. Cette femme met du blanc, a du blanc.

Blanc d'Espagne, Craie pulvérisée. Le blanc d'Espagne est de la même nature que le marbre.

Blanc de chaux, Eau dans laquelle on a délayé de la chaux et dont on peint les murailles. Faire un blanc de chaux. Donner un blanc de chaux à une muraille.

Blanc de céruse ou Blanc de plomb, Sous- carbonate de plomb.

Blanc de zinc, Oxyde de zinc.

BLANC désigne aussi les Étoffes de fil ou de coton blanc. Maison de blanc, Maison de commerce où l'on ne vend que des tissus de cette sorte. Le commerce du blanc. Exposition de blanc.

En termes d'Imprimerie, il se dit d'un Intervalle plus grand que les espaces ou les interlignes ordinaires. Une ligne de blanc. Laisser beaucoup de blanc entre le titre et la matière.

Il se dit encore d'un Espace réservé dans une pièce d'écriture pour être rempli plus tard. Le Code ne permet pas que les actes de l'état civil renferment aucun blanc. Le notaire a laissé des blancs dans le contrat pour y mettre les noms des contractants et la somme dont ils conviendront. En transcrivant ce manuscrit, le copiste a réservé un blanc pour une ligne qu'il n'a pas pu lire. On dit de même Laisser une ligne, deux lignes en blanc. Procuration en blanc, Procuration où le nom de celui qui doit en être chargé est laissé en blanc.

Il se dit encore, en termes d'Agriculture, d'une Maladie de végétaux caractérisée par des moisissures.

Il désigne encore la Partie d'une cible la plus rapprochée du centre, partie qui est peinte en blanc. Tirer au blanc. Donner dans le blanc. Mettre dans le blanc.

Tirer de but en blanc. Voyez BUT.

BLANC, ANCHE, se dit en outre, comme nom, des Races d'hommes qui ont le teint blanc, ou même olivâtre, à la différence de celles qui l'ont noir, jaune ou rouge. Cet enfant est fils d'un blanc et d'une négresse. Il est né d'une blanche et d'un nègre. Il y a, dans cette colonie, moins de blancs que d'hommes de couleur.

Traite des blanches, Racolage de femmes ou de jeunes filles en vue de la prostitution.

BLANCHE, n. f. s'emploie spécialement, en termes de Musique, pour désigner la Note qui vaut la moitié d'une ronde ou deux noires.

Il s'emploie aussi, en termes de jeu de Billard, par abréviation de Bille blanche. Jouer sur la blanche.

blanc

Blanc, m. Celuy qui est de couleur blanche. Albus candidus. Blancho. Espagnol, Et bianco, Italien: Il se prend particulierement pour l'endroit de la peau du parchemin, qui estoit joignant la chair, parce que au parer il se fait plus blanc que l'autre endroit, où tenoit la toison: ainsi disent les notaires, tel nommé au blanc, et, comme Il est contenu au blanc. Et quelque fois, au blanc de l'autre part, qui est quand ils endossent quelque chose en l'autre endroit du parchemin, où tenoit la toison, qui est moins blanc, parce qu'ils commencent l'escriture des contracts audit blanc. Alba membranae facies aut pagina.

Blanc signé, m. acut. Peut estre prins pour composé, Ex duobus integris, Et est substantif. Et pour non composé. Et est entre financiers, une quittance en parchemin, signée au dos ou page moins blanche dudit parchemin, par le quitteur en ces mots, pour servir de quittance à tel tresorier. Pour la somme de, etc. Tel signé, au blanc duquel, auquel n'y a rien que le seul cachet en placard d'iceluy quitteur, ledit tresorier payeur escrit par apres en estendu laditte quittance, où le baille tout tel en rendant son conte. Et cela rapporte au blanc des notaires. voyez Blanc. Mais en autres affaires Blanc signé est une fueille ou demie de papier blanc où n'y a que le seing manuel de celuy, qui ou promet, ou quitte, ou atteste quelque chose sans plus, pour estre le blanc qui est au dessus remply au fait et au prendre par celuy qui est porteur dudit blanc signé. En quoy est veu que il differe de l'autre espece de blanc signé dessusdit: Et aussi que ce n'est ce qu'on appelle Carte blanche, Carte en icelle n'y a rien de signé ne cacheté de la part de celuy qui la baille ou envoye, tant que celuy à qui elle est baillée ou envoyée y ait escrit ce qu'il luy a pleu, et qu'elle ait esté rapportée à celuy qui l'a baillée ou envoyée, lequel est obligé et tenu de sa foy et de son honneur la signer et cacheter ou seeller du seel à ses armes, la renvoyer à qui premier envoyée l'avoit.

Blanc de vieillesse, Canus, Senio.

Devenir blanc, Albere, Albicare, Albicari, Canere, Candorem trahere, Inalbescere.

Faire blanc, Candicare,

Sembler blanc de force d'estre embrasé et allumé, Candere, recandere.

Eschauffer tellement une chose qu'elle semble par feu estre blanche, Candefacere.

Tirer ou retirer sur le blanc, Subalbicare, Interalbicare, In alborem vergere.

Couleur qui tire sur le blanc, et sur le noir, Aquilus color.

Vestu de blanc, Candidatus.

¶ Les blancs où sont escrits les noms des Juges, Album iudicum.

Blanc d'Espagne, ou blanc de plomb. voyez Ceruse.

blanc

Un Blanc, id est, Cinq deniers, Quincunx. B. in asse.

Blanc d'eau, Nom d'herbe aquatique, Nymphea, Les Apoticaires la nomment Nenuphar.

blanc


BLANC, CHE, adj. [1re long., 2e e muet. Le c ne se prononce pas au masc.] 1°. D'une couleur oposée au noir, comme la neige, le lait, etc. = 2°. Il se dit des chôses qui ne sont pas tout-à-fait blanches, pour les distinguer de celles de la même espèce qui sont d'une autre couleur. Vin blanc, verre blanc, bierre blanche, etc. = 3°. Il se dit aussi par oposition à sale: linge blanc, chemise blanche; ces draps ont servi, ils ne sont pas blancs.
   BLANC, entre dans plusieurs expressions figurées du style familier. — Passer du blanc au noir, d' une extrêmité à l'autre. — De butte en blanc; sans façon, hardiment, sans préambule. — On dit, d'un homme heureux, qu'il est le fils de la poule blanche; d'un fanfaron, qu'il se fait tout blanc de son épée; de celui qui d'abord a été bien et ensuite mal, qu'il a mangé son pain blanc le premier.
   Rem. BLANC, se met toujours après le substantif; et le proverbe qui dit: blanc bonet, bonet blanc, n'est pas un proverbe de Gramaire.
   Non, tout ce que je sais n'est que blanche magie.
       Mol.
Cette inversion est dûre et irrégulière, même en vers.
  BLANC, s. m. Le blanc, la couleur blanche; le blanc de l'oeil, le blanc d'un oeuf; le blanc des volâilles, etc. = Marque blanche qu'on met à un but: tirer au blanc. = Anciène monoie, qui valait cinq deniers. = Mettre au blanc quelqu'un, lui gagner tout son argent, etc.
   En blanc, adv. Laisser ce côté en blanc, n'y écrire rien. Livre en blanc, où il n'y a rien d'écrit.

Synonymes et Contraires

blanc

adjectif blanc
1.  Qui a la couleur de la neige.
argenté, blanchâtre, crème, laiteux, livide -littéraire: éburné, éburnéen, ivoirin, lacté, lactescent, opalescent, opalin, ventre-de-biche.
Traductions

blanc

(blɑ̃)

blanche

(blɑ̃ʃ)
adjectif
1. de la couleur la plus claire, comme la neige pantalon blanc
2. de couleur claire du vin blanc
3. figuré qui ne compte pas un examen blanc
4. nuit que l'on passe sans dormir passer une nuit blanche
5. bulletin de vote sur lequel rien n'est inscrit

Blanc

masculin

Blanche

féminin
nom
personne dont la peau est claire

blanc

weiß, rein, Weißerwhite, blank, pure, breast, space, gapwit, louter, puur, zuiver, (het) wit, doelwit, roos, wit linnengoed, witte wijn, blankלבן (ז), לבן (ת), מרווח בין המילים (ז), צחור (ת), צָחוֹר, לָבָןblank, witblancbílýhvidάσπρο, λευκό, άσπρος, λευκόςblanka, blankuloblanco, canovalkea, valkoinenसफेदfehérputihhvíturbianco, albo, candido, petto白いalbus, candidus, canushvitbiałybrancoalbбелый, белокvit, blank-eupebeyaz, ak白色, 白的أَبْيَضbijeliสีขาวtrắng
nom masculin
1. couleur de la neige La mariée est en blanc.
2. espace où rien n'est inscrit laisser des blancs entre les mots
3. vin blanc un verre de blanc
4. chair claire du poulet cuit
5. partie transparente de l'œuf
6. chèque où le montant n'est pas inscrit

blanc

[blɑ̃, blɑ̃ʃ]
adj
(couleur)white
un chemisier blanc → a white blouse
aux cheveux blancs → white-haired
sur fond blanc → on a white background
(race)white
de race blanche → white
l'homme blanc → the white man
(fig) (sans les caractéristiques habituelles) [page, feuille] → blank; [examen] → mock; [vote, bulletins] → blank
une page blanche → a blank page
un examen blanc → a mock exam
d'une voix blanche → in a toneless voice
(= innocent) → pure
blanc comme neige → pure as the driven snow
nm/f (de race blanche)white, white man/woman
nm
(= couleur) → white
Colette est habillée tout en blanc → Colette is dressed all in white.
un mariage en blanc → a white wedding
(= linge) le blanc → whites pl
(= espace non écrit) → blank
laisser en blanc → to leave blank
chèque en blanc → blank cheque (Grande-Bretagne), blank check (USA)
(aussi blanc d'œuf) → egg white
un blanc d'œuf → an egg white
(aussi blanc de poulet) → breast, white meat
un blanc de poulet → a chicken breast
(aussi vin blanc) → white wine
un verre de blanc → a glass of white wine
le blanc de l'œil → the white of the eye
regarder qn dans le blanc des yeux → to look sb straight in the eye
(autres locutions) à blanc [chauffer] → white-hot; [tirer, charger] → with blanks
saigner qn à blanc → to bleed sb dry
nf (MUSIQUE)minim (Grande-Bretagne), half-note (USA) (= drogue) → smack