blesser

(Mot repris de blessât)

blesser

v.t. [ du frq. ]
1. Frapper ou percuter en causant une blessure, une plaie : Dans la bagarre, il a été blessé au bras.
2. Faire mal ; causer une sensation désagréable : La courroie de son sac à dos le blesse gêner
3. Faire souffrir moralement ; humilier : Ces insultes l'ont terriblement blessé heurter, offenser

se blesser

v.pr.
1. Se faire une blessure : Se blesser en ouvrant les huîtres se couper
2. Souffrir moralement à la suite d'une offense : Elle s'est blessée pour des broutilles se formaliser, se vexer

blesser


Participe passé: blessé
Gérondif: blessant

Indicatif présent
je blesse
tu blesses
il/elle blesse
nous blessons
vous blessez
ils/elles blessent
Passé simple
je blessai
tu blessas
il/elle blessa
nous blessâmes
vous blessâtes
ils/elles blessèrent
Imparfait
je blessais
tu blessais
il/elle blessait
nous blessions
vous blessiez
ils/elles blessaient
Futur
je blesserai
tu blesseras
il/elle blessera
nous blesserons
vous blesserez
ils/elles blesseront
Conditionnel présent
je blesserais
tu blesserais
il/elle blesserait
nous blesserions
vous blesseriez
ils/elles blesseraient
Subjonctif imparfait
je blessasse
tu blessasses
il/elle blessât
nous blessassions
vous blessassiez
ils/elles blessassent
Subjonctif présent
je blesse
tu blesses
il/elle blesse
nous blessions
vous blessiez
ils/elles blessent
Impératif
blesse (tu)
blessons (nous)
blessez (vous)
Plus-que-parfait
j'avais blessé
tu avais blessé
il/elle avait blessé
nous avions blessé
vous aviez blessé
ils/elles avaient blessé
Futur antérieur
j'aurai blessé
tu auras blessé
il/elle aura blessé
nous aurons blessé
vous aurez blessé
ils/elles auront blessé
Passé composé
j'ai blessé
tu as blessé
il/elle a blessé
nous avons blessé
vous avez blessé
ils/elles ont blessé
Conditionnel passé
j'aurais blessé
tu aurais blessé
il/elle aurait blessé
nous aurions blessé
vous auriez blessé
ils/elles auraient blessé
Passé antérieur
j'eus blessé
tu eus blessé
il/elle eut blessé
nous eûmes blessé
vous eûtes blessé
ils/elles eurent blessé
Subjonctif passé
j'aie blessé
tu aies blessé
il/elle ait blessé
nous ayons blessé
vous ayez blessé
ils/elles aient blessé
Subjonctif plus-que-parfait
j'eusse blessé
tu eusses blessé
il/elle eût blessé
nous eussions blessé
vous eussiez blessé
ils/elles eussent blessé

BLESSER

(blè-sé) v. a.
Faire une plaie, une contusion, une fracture, une écorchure. Blesser légèrement. Il fut blessé au bras. Sans qu'aucun des leurs fût blessé. Connaître quel organe intérieur a été blessé. Les liens blessent les bras. De peur que le bœuf ne se blesse la cuisse. Blesser, en bêchant, les racines d'un arbre. La selle blessait le cheval.
Des souliers qui me blessent furieusement [MOL., le Bourg. gent. II, 8]
.... plus d'un héros Dans le soulier qui le blesse Peut regretter ses sabots [BÉRANG., Gueux.]
Absolument.
Car enfin l'intention de celui qui blesse ne soulage point celui qui est blessé [PASC., Prov. 7]
Toucher, en parlant des passions, et surtout de l'amour.
La pitié qui me blesse Sied bien aux plus grands cœurs et n'a point de faiblesse [CORN., Poly. I, 1]
Fuyez un ennemi qui sait votre défaut, Qui le trouve aisément, qui blesse par la vue, Et dont le coup mortel vous plaît quand il vous tue [ID., Poly. I, 1]
Vous voulez rendre compte à l'objet qui vous blesse De la bonté d'Octave et de votre faiblesse [ID., Cinna, III, 2]
La main qui me blessait a daigné me guérir [ID., Rodog. IV, 3]
Causer une impression désagréable. Blesser la vue ou les yeux. Une amertume persistante qui blesse le goût.
Phèdre ici vous chagrine et blesse votre vue [RAC., Phèd. I, 1]
êtes-vous trop pour moi ? suis-je trop peu pour vous ? C'est m'offrir, et ce mot peut blesser les oreilles [CORN., Sertor. II, 2]
Ce grand prince vous sert et vous servira mieux Quand il n'aura plus rien qui lui blesse les yeux [ID., Nicom. IV, 2]
Il n'a devant les yeux que sa chère Troyenne ; Tout autre objet le blesse [ID., Andr. II, 3]
Offenser, choquer. Haïr ceux qu'on a blessés. Blesser quelqu'un par d'amères railleries. Blesser les oreilles par des paroles désagréables. S'il y a dans ma lettre quelque chose qui vous blesse. J'espère le dire sans blesser ce personnage.
Oenone, il peut quitter cet orgueil qui te blesse [RAC., Phèd. III, 1]
Ici tous les objets vous blessent, vous irritent [ID., Athal. II, 3]
Blesser quelqu'un au cœur, l'offenser dans ses sentiments les plus chers.
Apprends donc que Lélie A pu blesser mon cœur par une perfidie [MOL., Sgan. 19]
Causer un tort, un préjudice, un dommage. Les clauses de ce contrat blessent mes intérêts. Sans blesser l'intérêt général.
Contre un si grand rival j'agis à force ouverte, Sans blesser son honneur, sans pratiquer sa perte [CORN., Nicom. III, 8]
Ceux mêmes dont ma gloire aigrit l'ambition, M'arracheront peut-être un pouvoir qui les blesse [RAC., Iphig. I, 1]
Parle, et, sans espérer que je blesse ma gloire, Voyons comme tu sais user de la victoire [ID., Alex. V, 3]
Ah ! sans doute, l'horreur d'une action si noire Vous guérit d'un amour qui blessait votre gloire [VOLT., Zaïre, IV, 5]
Enfreindre, pécher contre. Son langage blessait les convenances. Blesser la pureté de la langue. Il ne put agir ainsi sans blesser sa conscience.
Sans blesser la charité et votre conscience mortellement [PASC., Lettr. 7]
Sans toutefois blesser la vérité [ID., Prov. 6]
Celui qui blesse la vérité offense les dieux [FÉN., Tél. III]
Je sais que, sans blesser l'honneur le plus sévère, Je ne puis m'affranchir des mains de votre père [RAC., Phèd. V, 1]
Malheur à qui, du ciel blessant les priviléges, Foule aux pieds ses décrets arbitres des humains ! [VOLT., Œdipe, III, 1]
Se blesser, v. réfl. Se faire une blessure. Il s'est gravement blessé avec son fusil. Se blesser l'un l'autre. Dans ce duel, les deux adversaires se sont blessés.
Fig. S'offenser. C'est un homme susceptible qui se blesse facilement.
En parlant d'une femme, faire une fausse couche.
Si l'on parle de se blesser à cinq mois [SÉV., 62]
Lorsqu'elle [l'électrice de Brandebourg] apprit que l'électeur [de Saxe] s'était fait catholique, elle en fut outrée au point qu'elle s'en blessa [SAINT-SIMON, 47, 60]

PROVERBES

  • Vous ne savez pas où le bât le blesse, vous ne savez pas quelle pensée, quel ennui le tourmente.
    Jusqu'au revoir, adieu, beau courrier offensé. - Ce n'est pas là, coquine, où le bât m'a blessé ; Mon cœur est plus navré de ton humeur sévère [REGNARD, le Distr. II, 1]

HISTORIQUE

  • XIe s.
    La gent de France iert blecée et blesmie [, Ch. de Rol. XLIII]
  • XIIe s.
    S'il chiet [tombe], jà ne se blecera ; que [car] Deux sor lui sa main tendra [, Liber psalm. p. 285]
  • XIIIe s.
    Amis, vo grant beautés, vos sens, vostre prouesse M'ont si feru d'un dart d'amour qu'au cuer me blece.... [AUDEFROY LE BAST., Romancero, p. 13]
    Nostres sires Diex redrece les bleciez que deables avoit navrez [, Psautier, f° 176]
    Ensi remest li assaus devers nostre gent, et mout en i ot de bleciés et de navrés [VILLEH., LXXVII]
    Estes-vous mout blecie ? nel me devez celer [, Berte, XVII]
    Sachiez qu'ele n'en bleça mie, Quant ele dist : biaus douz amis, Tout ont mon cuer el vostre mis Cist douz mot.... [, Lai de l'ombre]
    Et quant aucuns à honor monte Par son sens ou par sa proece, C'est la chose qui plus la [l'envie] blece [, la Rose, 250]
    On doit moult penre garde se li oirs est moult bleciés du testament [BEAUMANOIR, XII, 37]
    Et estoit [la reine] en trop grant peril de mort, pource qu'elle estoit bleciée d'un enfant qu'elle avoit eu [JOINV., 281]
  • XIVe s.
    Mais Bertran en jura, oiant tous les plus haus : Qui sans estre blecié retourra [retournera] es praiauls, Encroer le fera plus haut que une saux [saule] [, Guesclin. 20199]
  • XVe s.
    Si ne blesserez mie, la gentillesse ni la noblesse de vous [FROISS., I, I, 242]
    Le dieu d'amours me courut seure, Et me trest de la droitte fleche, Dont les plus amoureux il bleche [ID., Espin. amour.]
    Quant j'ay par vous aucun mal qui me blesse, Je l'endure par le conseil d'Espoir [CH. D'ORL., Ball. 19]
    S'il est aucun qui soit prins de tristesse, Voise veoir [qu'il aille voir] son douz maintenement ; Je me fais fort que le mal qui le blesse Le laissera pour lors soudainement [ID., Ball. 9]
  • XVIe s.
    Cela ne blesse en rien nostre foy [CALV., Instit. 103]
    Se sentant blecé à mort d'une arquebusade [MONT., I, 6]
    Je les veoy d'une veue moins blessée de passion qu'un aultre [ID., I, 103]
    J'ay veu tel grand blecer la reputation de sa religion pour.... [ID., I, 224]
    Il vouloit bien assommer, mais non pas blecer, et pourtant ne combattoit que de masse [ID., I, 323]
    Le son de nos mots blece la pureté de leurs aureilles [ID., III, 5]

ÉTYMOLOGIE

  • Wallon, blèsî ; namurois, blèser ; provenç. blessament, blessedura, blessure ; d'après Diez, du moyen allemand bletzen, rapiécer, bletz, lambeau de cuir, où le sens de mettre en pièces (escuz bleciez, boucliers rompus, dans le Chevalier au lion), puis celui de blesser.

blesser

BLESSER. v. tr. Frapper d'un coup qui fait une contusion, une plaie, une fracture. Blesser quelqu'un; le blesser légèrement, grièvement, dangereusement; le blesser à mort. Il a été blessé d'un coup d'épée, d'un coup de bâton, d'un coup de pierre. Quand il est question de la Guerre, il ne se dit que de Coups qui font une plaie ou une fracture. Cet officier n'a point encore fait de campagne qu'il n'ait été blessé. Il n'a pas été blessé, il n'a reçu qu'une contusion.

Il signifie également Occasionner, par choc, pression ou frottement, quelque plaie ou contusion. Il est tombé sur une pierre qui l'a blessé à la tête. Le joug peut blesser les jeunes boeufs. Cette selle blesse mon cheval.

Il signifie, par extension, Causer seulement quelque gêne, quelque douleur. Ces souliers me blessent.

Fig. et fam., Vous ne savez pas où le bât le blesse. Voyez BÂT.

Il signifie au figuré Causer une impression désagréable à la vue, à l'ouïe. Les couleurs trop éclatantes blessent la vue. Ces objets hideux blessent les regards. Ce son blesse l'oreille.

Il signifie, au sens moral, Offenser, choquer, déplaire. Qu'a donc ce discours qui vous blesse? Je ne vois rien là qui puisse blesser. Un tel procédé le blesserait, l'a blessé profondément, l'a blessé au vif. Son orgueil en fut blessé. Blesser quelqu'un dans son honneur.

Fig., Blesser quelqu'un au coeur, L'offenser dans ses affections, dans ses sentiments les plus chers. L'ingratitude de son fils l'a blessé au coeur.

Ces images, ces paroles blessent la pudeur, Sont contraires à la pudeur.

Blesser les convenances, la vraisemblance, Faire ou dire quelque chose de contraire aux convenances, ou qui s'écarte de la vraisemblance. On dit de même Blesser les usages, les règles, les principes, le goût, etc.

Il signifie aussi Faire tort, faire préjudice, porter dommage. Cela ne blesse personne. La clause de cette transaction, de ce contrat blesse mes intérêts.

Blesser l'honneur, la réputation de quelqu'un, blesser l'amitié, blesser la bonne foi, la justice, etc., Faire quelque chose contre l'honneur, contre la réputation de quelqu'un, contre ce qu'on doit à l'amitié, à la bonne foi, à la justice, etc.

SE BLESSER signifie Se faire du mal à soi- même par accident, par mégarde ou à dessein. Prenez garde de vous blesser en maniant cette arme. Ce poltron s'est blessé lui-même légèrement pour faire croire qu'il a pris part au combat. Il s'est blessé en tombant. Ils se sont blessés l'un l'autre.

Il signifie aussi figurément S'offenser de quelque chose. C'est un homme qui se blesse d'un rien. C'est un homme qui se blesse aisément, qui se blesse de tout.

Le participe passé BLESSÉ se prend aussi comme nom. Avoir soin des blessés. Les morts et les blessés.

blesser

Blesser, actiu. acut. Est offenser soit à playe sanglant, Sauciare, soit de coup orbe et de bosse, Pertundere, Contundere, et est prins de cest infinitif blapsai, Vulnerare, Conuulnerare, Laedere, Oblaedere, Sauciare, Consauciare, Plagam facere, infligere.

Blesser aucun en la teste, Caput alicui sauciare.

La picque ou javeline l'avoit blessé, Hunc hasta sauciarat.

Qui blesse et navre, Vulnificus, Sauciator.

Il n'y a rien qui blesse, Nihil offensionis est.

Se blesser, Noxam capere. B.

Se blesser quelque partie du corps, Offendere, Sauciare.

Blesser sa force, Carpere vires.

Blesser et entamer la peau, Vlcerare, Sauciare.

Blesser et gaster son loz et honneur, Gloriam suam sauciare, Obtundere.

Blesser la Republique, Vulnera Reipub. imponere.

Le membre blessé, Membrum affectum, vel offensum, B. ex Celso.

blesser


BLESSER, v. act. [Blècé, 1re è moy. 2e é fer.] 1°. Doner un coup, qui done de~ la douleur; soit que le coup fasse une plaie, soit qu'il n'en fasse point. Ainsi, blesser a un sens plus étendu que blessûre: — Celui-ci ne se dit que des plaies; celui-là se dit aussi des contusions, etc. Cependant, quand à la guerre, on dit que quelqu'un a été blessé; on entend toujours parler d'un coup qui a fait plaie. = Figurément, Blesser le coeur; inspirer de l'amour: "Ses yeux, ses atraits ont blessé le coeur de... = 2°. Incomoder, causer une fâcheûse impression: Au propre, mes souliers me blessent; cet objet blesse la vûe, ce son blesse les oreilles, etc. Au figuré, ces nudités blessent la pudeur; blesser l'honeur, la réputation, la bone foi, l'amitié, etc. = 3°. Faire tort, faire préjudice: Ce contrat, cette démarche me blesse; blesse mes intérêts. = 4°. Se blesser, se faire du mal par accident, par mégarde. "Il est tombé, et il s'est blessé. — En parlant d' une femme, se blesser, c'est acoucher avant terme. "Elle garde le lit, parce qu'elle s'est blessée. "On lui fait garder le lit, de peur qu'elle ne se blesse. "La Reine tomba si rudement, qu'elle se blessa, et perdit son fruit. D'Avrigni.

Synonymes et Contraires

blesser

verbe blesser
1.  Frapper en faisant une plaie.
2.  Meurtrir légèrement.
3.  Causer une sensation désagréable.
4.  Affecter douloureusement quelqu'un.
5.  Littéraire. Porter atteinte à quelque chose.

blesser (se)

verbe pronominal blesser (se)
Littéraire. Être froissé de quelque chose.
Traductions

blesser

verletzen, verwunden, ärgernwound, hurt, injure, maul, offend, spitekwetsen, verwonden, wonden, beledigen, pijn doen, (ver)wonden, drukken [kleding], knellen, krenken, bezeren, grieven, steken, treiterenסרח (פ'), עלב (פ'), עקץ (פ'), פצע (פ'), סָרַח, עָלַב, פָּצַעferirvundiherir, vulnerar, fastidiar, hacer daño, lesionarferire, percuotere, vulnerare, fare dispetto aferir, vulnerar, contrariar, machucar, magoarsåra, göra illa, reta, skadaπληγώνω, τραυματίζω, φουρκίζωيُؤْذِي, يَجْرَحُ, يُغِيطُrozčílit, zranitdrille, såre, skadehaavoittaa, olla ilkeä, satuttaa, vahingoittaaozlijediti, pakostiti, raniti傷つける, 意地悪をする괴롭히다, (...을) 다치게 하다, 상처를 입히다plage, såre, skadezranić, zrobić na złość (komuś)досаждать, причинять боль, ранитьกลั่นแกล้ง, ทำให้ได้รับบาดเจ็บ, ทำให้บาดเจ็บ, บาดเจ็บincitmek, kin gütmek, yaralamakchọc tức, gây tổn thương, làm đau, làm tổn thương伤害, 击伤, 损害, 激怒傷害 (blese)
verbe transitif
1. faire une plaie à qqn, faire mal à qqn blesser grièvement qqn
2. figuré faire de la peine, vexer Elle l'a blessé dans son amour-propre.

blesser

[blese] vt
(dans un accident) → to injure
Il a été blessé dans un accident de voiture → He was injured in a car accident.
(lors d'une agression, au combat) → to wound
[souliers] → to hurt
(= offenser) → to hurt
Il a fait exprès de le blesser → He hurt him on purpose. [blese] vpr/réfl → to hurt o.s.
se blesser au pied → to hurt one's foot, to injure one's foot
Je me suis blessé au pied → I've hurt my foot., I've injured my foot.