blet, blette

BLET, BLETTE

(blè, blè-t') adj.
Dont la chair, en parlant des fruits, sans s'être gâtée, s'est tout à fait ramollie. Poires blettes. Les nèfles ne sont bonnes que quand elles sont blettes.
On mange à l'état blet les fruits de quelques espèces de.... [ADRIEN DE JUSSIEU, dans JAUBERT, Glossaire.]

REMARQUE

  • L'Académie n'indique que le féminin ; mais le masculin est dans l'usage tant de la parole que de l'écriture ; et il n'y a aucune raison d'infliger à la langue une exception qui, au fond, n'existe pas.

ÉTYMOLOGIE

  • Berry, un fruit blet, et aussi blosse ; bourguig. blô, une poire bliôse ; norm. blèque ; piém. biet. Diez en rapproche l'ancien haut-allemand bleizza, tache bleue par contusion ; d'autres ont cité le bavarois blätellen, commencer à se corrompre, et surtout l'ancien scandinave bleyta, amollir ; suédois, blöt, mou, ramolli ; danois, blöd ; anc. scandinave, blaud. Enfin il y a aussi le celtique : kymri, blydd ; bas-breton, blôd, mou, délicat. Scheler cite l'all. blütt, poire blette. Le nom blèque conduirait à blèche. L'historique manquant, on est sans guide. Diez rapporte blosse à l'all. blotzen, écraser.

SUPPLÉMENT AU DICTIONNAIRE

    BLET. - REM. Ajoutez :
  • 2. À Boulogne-sur-Mer et aux environs, les paysans et les ouvriers disent blet de ce qui offre peu de consistance : des os blets, de vieux ossements ; il ne faudrait guère de peine pour faire de tous ces os un excellent engrais, tant ils sont blets. (Note transmise par M. Vaillant, de Boulogne-sur-Mer.)